Centrale Lyon veut devenir le Caltech européen à l'horizon 2030

Clément Rocher
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Centrale Lyon veut devenir une référence européenne sur les grands enjeux de transition
Centrale Lyon ambitionne de devenir une référence européenne sur les grands enjeux de transition. // ©  Centrale Lyon
L'École centrale de Lyon construit une nouvelle stratégie pour devenir une école en pointe sur les questions de transitions environnementales et sociales, à l'image du California Institute of Technology (Caltech).

Devenir un "Caltech à l'européenne, reconnu sur les grandes transitions" à horizon 2030. C'est l'ambition que l’École centrale de Lyon a défendu lors de la présentation de son plan stratégique 2022–2030.

Caltech, c'est le California Institute of Technology (Institut de technologie de Californie), un établissement comparable à Centrale Lyon au niveau du nombre d'étudiants ou du nombre de laboratoires de recherche. Ses résultats dans les classements internationaux, ses prix Nobel, ses relations avec les entreprises et son modèle économique ont incité l'école française à utiliser Caltech comme modèle.

À l'image de Caltech, les transitions au cœur de la stratégie de Centrale Lyon

Pour parvenir à cette ambition, l’École centrale de Lyon souhaite notamment mettre un coup d'accélérateur sur la formation de ses étudiants aux enjeux des grandes transitions environnementales, énergétiques, numériques et sociales. Depuis la rentrée 2022, l'école d'ingénieurs a introduit dans le cursus ingénieur 16 heures de cours obligatoires autour des enjeux de transition écologique pour les élèves de première année du campus d'Ecully.

Réchauffement climatique : comment l'enseignement supérieur prépare sa transition

À partir de 2024, l'établissement lyonnais prévoit également la création d'un "Transition Lab", un grand centre d'expertise, de recherche et d'enseignement, pour un montant de 28 millions d'euros. Objectif : mettre en commun l'ensemble des expertises des chercheurs sur les grandes transitions (efficacité énergétique, protection de l'environnement, etc.) et favoriser la mise en œuvre de projets pluridisciplinaires.

L'Enise, nouvelle école interne de Centrale Lyon

La recherche représente un point clé de la nouvelle stratégie de l'école d'ingénieurs. "On construit une recherche pluridisciplinaire caractérisée par un partenariat fort avec des acteurs industriels, afin d'apporter des réponses pertinentes aux défis sociétaux actuels", explique Christophe Corre, directeur de la recherche et de l'innovation. Elle va s'articuler autour de trois grands axes que sont la décarbonation, la société numérique et l'économie circulaire.

Adapter le modèle Caltech au contexte européen

"Les grandes transitions doivent s'engager par des collaborations européennes", précise Pascal Ray, directeur de Centrale Lyon. L'école d'ingénieurs envisage ainsi de renforcer ses partenariats sur le continent européen mais aussi de développer de nouvelles alliances académiques en France.

Mines Saint-Étienne poursuit sa trajectoire sur l'industrie et la santé du futur

Le directeur souhaite aussi faire de Centrale Lyon un campus international en hébergeant des universités étrangères partenaires afin de nourrir de nouvelles pratiques pédagogiques. L'école recherche des bâtiments supplémentaires afin de mener à bien son projet.

Diversifier les profils des étudiants centraliens

Parmi les autres volets stratégiques de l'établissement, l'augmentation des effectifs étudiants. Centrale Lyon proposera ainsi une trentaine de places supplémentaires via le concours post-prépa. Mais l'établissement souhaite aussi renforcer la diversification de ses profils et va mettre en place des partenariats avec des collèges et lycées de la région Auvergne-Rhône-Alpes afin de leur faire découvrir les études d'ingénieur.

Colloque CDEFI : les écoles d'ingénieurs face aux enjeux de la réindustrialisation et de la transition écologique

La diversification passera par la création de trois nouveaux bachelors pour accompagner son développement. Emlyon business school et Centrale de Lyon lancent notamment à la rentrée 2023 un bachelor of science in data science for responsible business, un programme hybride qui mêle sciences de l’ingénieur et sciences du management.

Fin novembre, les quatre écoles d’ingénieurs délivrant le doctorat du site de Lyon-Saint-Étienne (Centrale de Lyon, l'ENTPE, l’Insa Lyon et Mines Saint-Étienne) ont annoncé l’officialisation de leur l’alliance avec la création du Collège d’ingénierie Lyon Saint-Étienne. Objectif : soutenir le développement de l'économie et mettre en œuvre des synergies dans les domaines de la formation, de la recherche et de l’innovation.

Retrouvez ici tous nos articles consacrés à l'actualité des écoles d'ingénieurs


Clément Rocher | Publié le