Classement QS 2022 des meilleures universités : PSL et IP Paris dans le top 50

Clément Rocher
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Classement QS 2022 des meilleures universités : PSL et IP Paris dans le top 50
L'université Paris Sciences & Lettres gagne huit places au classement QS des meilleures universités. // ©  PSL
Deux universités françaises se positionnent dans le top 50 du classement QS 2022 : l’université PSL et l’Institut Polytechnique de Paris. Malgré ce tour de force, la France accuse un certain retard face à la concurrence mondiale.

La nouvelle édition du classement 2022 du QS World University Rankings vient de paraître. Sans surprise, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) conserve pour la dixième année consécutive sa place de numéro un mondial. Le podium est complété par l’Université d’Oxford, puis l’Université de Stanford et l’Université de Cambridge se partagent la troisième place.

La meilleure université d’Europe se trouve en Suisse : il s’agit de nouveau de l’ETH Zurich (Swiss Federal Institute of Technology) à la huitième place (- 2 places).

L’université PSL, cheffe de file en France

Ce classement des universités internationales voit deux universités françaises dans le top 50 pour la première fois depuis 2016. L’université PSL (Paris Sciences & Lettres) gagne huit places pour se hisser au 44e rang mondial. Selon Daniel Egret, chargé de mission référencement et évaluation pour PSL, l'institution française – qui a officiellement obtenu son statut d'université en novembre 2019 – "a bénéficié du contexte des Idex dont l'objectif était de constituer des établissements qui soient plus visibles et plus attractifs au niveau international. Même si l'université est encore jeune, elle s'appuie sur la réputation d'établissements bien installés dans le paysage parfois depuis plusieurs siècles".

Elle est suivie de l’Institut Polytechnique de Paris, qui entre pour la première fois dans le top 50 du classement QS, en se positionnant au 49e rang mondial. Seule l’Ecole Polytechnique était classée les années précédentes.

Sorbonne Université ne démérite pas de nouveau cette année en se classant au 72e rang mondial (+ 11 places). L’Ecole normale supérieure de Lyon (ENS Lyon) affiche une belle progression en se plaçant à la 130e position (+ 31 places), son plus haut rang depuis 2009, précise le classement QS.

E. Labaye (IP Paris) : "Si nous voulons être aussi performant que le MIT ou l’EPFL, il nous faut intensifier notre force de frappe"

Une réussite en demi-teinte dans les critères de réputation

Si 32 universités françaises figurent dans le tableau global, soit quatre de plus que l’année dernière, la France doit néanmoins rester vigilante. En effet, neuf établissements améliorent leur classement, mais, à l'inverse 11 autres perdent des rangs dans cette nouvelle édition comme Science po Paris (261e) ou l’Université de Strasbourg (421e).

QS constate que "les universités françaises ont poursuivi leur tendance à la baisse pour les deux indicateurs de réputation de QS." Il s'agit des indicateurs de réputation académique et de réputation des employeurs. 21 universités françaises affichent des scores inférieurs d’une année sur l’autre parmi ces deux critères.

QS estime également que "les universités françaises continuent de lutter pour fournir une capacité d'enseignement suffisante" mais force est de constater que 27 institutions présentent une baisse dans le ratio professeurs/étudiants.

Classement thématique de Shanghai : Paris-Saclay reste championne en maths

La recherche française à la hauteur

Néanmoins, une grande majorité d’universités françaises (18 au total) affichent un score à la hausse dans l’indicateur du nombre de citations de travaux de recherche. "PSL et Sorbonne Université ont enregistré des améliorations significatives des scores d'impact de la recherche au cours de la dernière année", déclare Ben Sowter, directeur de la recherche chez QS.

"C'est un indicateur sur lequel on a sensiblement progressé. Cela signifie que nos équipes de recherche gagnent en influence au niveau national et international, soutient Daniel Egret. On connaît aussi nos axes de développement : on va travailler en particulier sur le bénéfice qu'on peut tirer de la construction de l'université en ouvrant les fenêtres disciplinaires et en étant attentif aux grands enjeux de société."

Classements internationaux : le positionnement des universités françaises, un gage d'attractivité

Elargir l'offre d'enseignement pour mieux se positionner à l'international

"Il reste également clair que l'enseignement supérieur français n'apportera pas d'autres améliorations systémiques tant qu'il n'élargira pas l'offre d'enseignement. Bien qu'excellentes dans de nombreux domaines, les universités françaises continuent de mal performer dans notre mesure de la capacité d'enseignement, et c'est le principal domaine de faiblesse du secteur, poursuit Ben Sowter.

Selon Daniel Egret, la pression est forte pour attirer les meilleurs étudiants et chercheurs. "L'objectif en réalité n'est pas tant que les universités progressent dans le classement mais qu'elles progressent tout court dans un contexte international. On se confronte à des universités avec de gros moyens. Au niveau national, il faut qu'on réfléchisse à un ajustement des moyens aux ambitions des universités. Le classement n'est qu'un signal."

Top 10 mondial du classement QS

Rang Université Pays
1 Massachussetts Institute of Technology (MIT) Etats-Unis
2 University of Oxford Royaume-Uni
3 Stanford University Etats-Unis
3 University of Cambridge Royaume-Uni
5 Harvard University Etats-Unis
6 California Institute of Technology (Caltech) Etats-Unis
7 Imperial College London Royaume-Uni
8 ETH Zurich (Swiss Federal Institute of Technology) Suisse
8 UCL (University College London) Royaume-Uni
10 University of Chicago Etats-Unis

Clément Rocher | Publié le