IAE France : le réseau renouvelle ses instances pour accompagner sa croissance

Agnès Millet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
IAE France : le réseau renouvelle ses instances pour accompagner sa croissance
Les membres du bureau d'IAE France : de gauche à droite : Christian Defélix, Laurence Macaluso, Hervé Penan, Claire Salmon et Corinne Van Der Yeught. // ©  IAE France
Structurer la gouvernance et se donner de nouvelles ambitions : telle est la volonté des membres d’IAE France, réunis le 2 juillet 2021. Renouvelé à la présidence, Éric Lamarque poursuivra son action pour renforcer le poids institutionnel des écoles universitaires de management, alors que le réseau continue à s'étoffer de nouveaux établissements.
 // © IAE PARIS

Les écoles universitaires de management ont choisi leur nouveau bureau, pour deux ans, lors de leur assemblée générale du 2 juillet 2021 : Éric Lamarque (à gauche), directeur de l’IAE Paris-Sorbonne, est donc renouvelé comme président du réseau IAE France, entouré de quatre vice-présidents et d'une directrice générale.

Le réseau IAE France, qui reste une association unique, a souhaité muscler sa gouvernance en créant d’autres instances, aux côtés de ce bureau des directeurs. Une nécessité pour accompagner l'augmentation du nombre d'IAE.

Réseau des IAE : de nouvelles ambitions pour l’année 2020–2021

L'essor du réseau des IAE

Aujourd’hui, il existe 36 IAE, répartis sur 39 sites. L’IAE de Toulon a intégré le réseau IAE France, tandis que trois nouveaux IAE ont vu le jour : ceux d’Angers et de Versailles et l’IAE de Nouvelle-Calédonie qui sera opérationnel en septembre 2021.

Le réseau pourrait par ailleurs atteindre 40 membres sur 45 sites, d’ici quelques années, notamment dans des villes moyennes, où des projets de création d'institut sont en cours de discussion avec le soutien des collectivités locales et, toujours, en laissant la décision finale aux universités.

"C’était un de nos objectifs depuis 2018 : nous voulions renforcer notre poids institutionnel", se réjouit le président d’IAE France, "mais c’est loin d’être gagné, dans certains endroits. Nous devons notamment être plus impliqués dans les projets concernant les établissements expérimentaux, lorsque des rapprochements s’opèrent avec des établissements privés. Nous sommes ouverts mais nous voulons participer aux discussions".

E. Lamarque : "Je fais le constat d'une défiance envers les IAE"

Organiser les forces d'IAE France

Pour renforcer sa gouvernance, IAE France crée deux conférences :

– la conférence des présidents de conseil d’administration, qui doivent encore fixer leur façon de travailler ;
– la conférence des secrétaires généraux et des directeurs et responsables administratifs et financiers qui souhaitent travailler ensemble pour agir auprès des services des universités.

Par ailleurs, le réseau IAE Partners qui rassemble les parties prenantes (BDE, junior entreprise, associations d’anciens), est également constitué en conférence.

Nous avons donc désormais organisé nos forces économiques, nos forces opérationnelles et nos forces administratives (E. Lamarque)

"Nous avons donc désormais organisé nos forces économiques, nos forces opérationnelles et nos forces administratives. Ces conférences devraient chacune avoir un président pour la rentrée 2021 qui nous appuiera et nous représentera dans des manifestations publiques", précise Éric Lamarque. De plus, IAE France fera appel à des chargés de mission sur des sujets précis, nécessitant un suivi important, comme la question des compétences, par exemple.

Ces instances construiront un plan stratégique, pour la rentrée 2021, dans la continuité du mandat 2018–2021, avec, comme objectif affiché : "être le premier choix pour les futurs étudiants dans le domaine des études supérieures au management".

Membres du bureau d'IAE France
Laurence Macaluso, directrice générale d’IAE France ;
Christian Defélix, directeur de l’IAE Grenoble : vice-président recherche & développement des projets territoriaux ;
Hervé Penan, directeur de Toulouse School of management : vice-président stratégie & partenariats nationaux et internationaux ;
Claire Salmon, directrice de l’IAE Savoie Mont-Blanc : trésorière et vice-présidente formation & innovation pédagogique ;
– Corinne Van der Yeught, directrice de l’IAE de Toulon : vice-présidente communication.

Des passerelles avec les nouveaux Bachelors universitaires de technologie

Parmi les chantiers que lance le réseau d'IAE, figure l'articulation avec les nouveaux bachelors universitaires de technologie. Des discussions sont en cours entre IAE France et l’Adiut (Assemblée des directeurs d'IUT) pour trouver la meilleure articulation entre les BUT, construit sur trois ans et l’offre de formation des IAE.

Surtout, cela "n’empêche pas de recruter dans un autre schéma", notamment pour des profils qui auront travaillé après leur BUT ou qui seront passés par de la VAE ou de la formation continue. "Il faut repenser les trajectoires de formation. Tout sera à redessiner dans les cinq ans à venir", pense Éric Lamarque.

Il est ainsi prévu de construire des passerelles entre des 2e année de BUT et des L3 d’IAE. Une convention nationale entre le réseau des IUT et celui des IAE est envisagée pour faciliter les discussions au niveau local, même si des frictions sont à prévoir là où les offres ne seront pas complémentaires.

"Arrêter des choses définitives me paraît prématuré aujourd’hui", indique le président d’IAE France, mais son ambition est "d’assurer une continuité de service public, pour que le premier choix des étudiants soit le binôme IUT et IAE plutôt que bachelor et PGE".

Éric Lamarque observe que "la licence pro n’est pas notre principal vivier de recrutement aujourd’hui. De même, on ne recrutera pas massivement des BUT à l’entrée en master 1". Mais certains très bons dossiers de titulaires de BUT pourront être retenus. "On ne va pas ostraciser s’il n’y a pas de baisse de niveau".

Le réseau IAE choisi pour former les dirigeants de l’Éducation nationale
À la suite du Grenelle de l’éducation, le ministère de l’Éducation nationale a créé, en juillet 2021, une direction de l’encadrement réunissant le service de l’encadrement de la direction générale des ressources humaines (DGRH) et la mission de la politique de l’encadrement supérieur (MPES).

C’est dans ce cadre que le réseau IAE France a été sollicité pour contribuer à former les proviseurs de lycée et les principaux de collège au management.


Agnès Millet | Publié le