L'Esdes ambitionne de devenir "l’école des managers responsables"

Agnès Millet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'Esdes ambitionne de devenir "l’école des managers responsables"
L'Esdes a présenté son plan stratégique 2020-2025. // ©  ESDES
Nouveau plan stratégique pour l'Esdes. A l'horizon 2025, l’école de commerce lyonnaise post-bac affiche plusieurs objectifs : devenir l’école de référence du management responsable, ouvrir un 3e campus pour atteindre 2.500 étudiants et s’internationaliser fortement.

Avec l'ambition de devenir l'école de référence du management responsable, l'Esdes met la barre haut pour son plan stratégique 2020–2025. "Nous voulons renforcer notre exemplarité en RSE, en créant plus de ressources en recherche dans ce domaine mais aussi dans l’économie circulaire et la transition écologique, pour une pédagogie qui forme mieux au management responsable", dévoile Olivier Maillard, directeur de l’Esdes.

Miser sur la pédagogie responsable

Cette évolution vers un "environnement éducatif agile, numérique et responsable" se fonde sur une pédagogie digitale qui prend en compte la question de la soutenabilité du numérique et la notion de qualité de vie au travail, notamment à distance.

Elle s'appuie aussi sur le centre de recherche de l'école, Institute for Sustainable Business and organizations, qui veut être "le moteur du leadership" du management responsable. L'Esdes a d'ailleurs consolidé son corps professoral dans son précédent plan stratégique en passant de 20 à 40 enseignants-chercheurs en quatre ans et prévoit le recrutement de 25 nouveaux professeurs.

"Nous avons comme objectif que 60% de publications soient dédiées à la RSE et que 50% des financements soient issus de chaires liées à ce thème", détaille le directeur de l'école.

Le classement 2021 des grandes écoles de commerce

Créer des parcours individualisés

Avec cette nouvelle stratégie, la business school de l'Université Catholique de Lyon veut poursuivre les avancées du plan 2016–2020, qui a notamment permis au PGE de décrocher le label Epas de l’EFMD en 2020.

Elle prévoit notamment la création de parcours individualisés. "Nous avons beaucoup appris de la crise sanitaire. L’hybridation présentiel/distanciel est utile, pour chaque élève, à des moments choisis de son cursus", précise Olivier Maillard.

Les étudiants seront régulièrement interrogés pour savoir s'ils souhaitent étudier en présentiel à distance ou dans un format hybride. "Ils pourront décider de se former en alternance ou en initial, en France ou à l'étranger", explique Olivier Maillard. Cette évolution ira de pair avec une réforme ambitieuse des programmes.

De plus, l’Esdes veut lancer des doubles diplômes au niveau master, notamment en philosophie et biologie, avec les composantes de l’Université Catholique de Lyon.

Montpellier BS : la RSE comme fil conducteur stratégique

Devenir une école multi-campus

Autre nouveauté : l’école est sortie de Lyon pour ouvrir un campus à Annecy. De quoi faire bondir les effectifs, passés de 1.000 à 1.500 étudiants, notamment via l’apprentissage.

Ce nouveau site annécien est conçu comme un laboratoire de l'Esdes. "Nous allons nous faire la main, pour en faire un site aussi qualitatif que celui de Lyon. Et nous développerons les échanges de l’un à l’autre", précise Olivier Maillard.

Tablant sur une hausse de 65%, l’école vise 2.500 étudiants. Le campus lyonnais passerait de 1.500 étudiants à 1.900, tandis que celui d’Annecy, qui compte 30 élèves cible 500 élèves.

J. Charroin (Essca) : "Les trois piliers traditionnels des business schools sont remis en cause par la crise"

S’internationaliser davantage

L'école lyonnaise prévoit aussi l'ouverture d'un troisième campus à l’international, avant 2025. En lien avec un ou des établissements français partenaires, l’Esdes prévoit de s'implanter en Amérique du Sud ou en Afrique subsaharienne.

Par ailleurs, l'école mise sur une croissance importante du nombre d'étudiants internationaux, via des accords avec des établissements partenaires. L'Esdes prévoit ainsi l'ouverture de plusieurs bureaux à l'international d'ici 2021. Un premier a ouvert au Vietnam en décembre 2020 et un second est prévu au Maroc en février 2021.

Et l’Esdes poursuit sa politique d’accréditation : l’audit AACSB est prévu pour septembre 2021. En ligne de mire : l’intégration dans le Top 100 du classement du Financial Times d’ici trois à quatre ans.

Doubler le budget sans augmenter les frais de scolarité

Pour financer ces développements, l'Esdes a l'ambition d'atteindre 25 millions d'euros de budget d'ici 2025 grâce à la formation continue, qui est encore peu développée par l'école, et le financement des chaires par des entreprises partenaires.

"Nous actionnerons peu le levier des frais de scolarité, en ligne avec notre volonté de responsabilité sociétale. Nous voudrions que des financements privés prennent le relai du financement par les familles", indique le directeur.


Agnès Millet | Publié le