La majorité des entreprises insatisfaites de la préparation des diplômés universitaires au monde du travail

Guillaume Mollaret
Publié le
Envoyer cet article à un ami
La majorité des entreprises insatisfaites de la préparation des diplômés universitaires au monde du travail
Les périodes de stage sont une des pistes évoquées pour améliorer les relations entre l'université et les entreprises. // ©  DEEPOL by plainpicture
Selon un sondage OpinionWay pour la CPU, 83% des dirigeants considèrent que les diplômés des facultés françaises ne sont pas assez préparés au monde du travail. Une vision qui traduit surtout une méconnaissance des entreprises vis-à-vis du monde universitaire.

Ces deux mondes ne sont pas encore tout à fait apprivoisés. Si le mot "employabilité" n’est plus un gros mot depuis longtemps à l’université, les entreprises ne sont pas encore totalement satisfaites des qualités déployées par les diplômés issus de ces établissements, malgré beaucoup d’efforts entrepris ces dernières années avec la création de nombreuses licences professionnelles et de masters en alternance.

Classement mondial QS de l'employabilité des entreprises : la cote des établissements français à la hausse

Une méconnaissance du monde universitaire

Selon un sondage OpinionWay réalisé pour le compte de la Conférence des présidents d’université (CPU), 83% des 500 décideurs consultés (420 chefs d’entreprise et 80 élus) estiment que "les diplômés de l’université ne sont pas assez préparés à la vie professionnelle et 64% qu’ils ne sont pas assez préparés à travailler à l’international." Un sentiment plus marqué encore chez les dirigeants d’entreprises de plus de 250 salariés (76%). En sus, selon le sondage, 44% des patrons interrogés estiment que ces diplômés ne sont pas capables de travailler en autonomie.

Au-delà de cette vision des diplômés universitaires, c’est surtout la méconnaissance des chefs d’entreprise pour le monde de l’université qui semble à l’origine de ce sentiment. Seulement la moitié des personnes interrogées (53%) déclare être bien informées des formations proposées par les établissements supérieurs publics, la recherche qu’ils produisent ou les moyens dont ils disposent, alors qu’à l’autre bout du spectre, 12% seulement se disent "très bien informées."

Autre argument plaidant dans le sens de la méconnaissance, les décideurs qui ont fréquenté l’université sont nettement plus positifs sur l’adaptation de ces établissements "aux transformations de la société". Près de 69% d’entre eux trouvent que les universités apportent "de bonnes réponses", tandis que "56% des personnes qui ne sont pas allées à l’université" affichent une opinion favorable en la matière.

Les filières littéraires et SHS, nouveaux viviers de recrutement des entreprises ?

Des attentes fortes vis-à-vis de l'université

Malgré ce constat mitigé, le président de la CPU Manuel Tunon de Lara préfère voir le verre à moitié plein puisque, selon ce sondage, 94% des élus et 85% des dirigeants d’entreprise ont une bonne opinion de l’université. "Les élus et chefs d’entreprise ont de fortes attentes vis-à-vis de l’université et de la recherche scientifique, en particulier pour atteindre les objectifs de développement durable, sur l’attractivité des territoires et la formation des compétences de demain. Nous devons donc faire plus et mieux car ces fortes attentes nous obligent. Elles nous indiquent des marges de progression et nous invitent à travailler encore plus, à accélérer nos transformations et à mieux faire connaître nos réussites et nos points forts", analyse-t-il.

Parmi les points d’amélioration à apporter figurent, en bonne place, la facilitation d’accès aux stages en entreprise. Une requête qui rejoint celle plaidant pour toujours plus de professionnalisation dans les formations et les cursus universitaires.


Guillaume Mollaret | Publié le