Sciences po, une appellation d'origine contrôlée

Marie-Anne Nourry
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Rentrée 2014 - Sciences po Saint-Germain-en-Laye. // © Marie-Anne Nourry
Rentrée 2014 - Sciences po Saint-Germain-en-Laye. // © Marie-Anne Nourry
Il aura fallu le mettre par écrit. Les directeurs des dix instituts d'études politiques ont signé un accord, le 30 janvier 2015, pour régulariser l'usage de la marque "Sciences po", propriété de la Fondation nationale des sciences politiques, comme celle-ci tient à le rappeler.

La FNSP (Fondation nationale des sciences politiques) et les dix IEP (instituts d'études politiques) ont signé un accord destiné à "clarifier et régulariser l'emploi de la marque", fin janvier 2015. Soit près d'un an après les incidents survenus entre l'institut parisien et celui de Saint-Germain-en-Laye, qui prévoyait initialement de s'appeler "Sciences po Grand Paris", ou encore avec l'université Paris 8.

Intitulé "Règlement conventionnel d'exploitation du signe Sciences po", ce texte établit que la FNSP est "seule habilitée à utiliser le nom Sciences po, mais que chaque IEP peut utiliser ce nom si et seulement si il est suivi du nom de la ville dans laquelle il se trouve".

En signant cet accord, l'ensemble des instituts s'engage à défendre la marque, "en particulier vis-à-vis des contrefaçons, et des éventuelles initiatives relevant du 'parasitisme' que pourraient prendre d'autres acteurs de l'enseignement supérieur en France et à l'étranger", indiquent les directeurs par communiqué.

Une problématique particulièrement sensible après l'affaire de Sciences po Aix : l'école a été menacée d'exclusion du réseau du concours commun en raison d'un certain nombre de partenariats jugés douteux et portant atteinte à la marque. Son directeur a finalement démissionné.


Marie-Anne Nourry | Publié le