Newsletter

Timothée Elkihel (REFEDD) : « Dans quelques années, tous les cours devront intégrer des modules sur le développement durable »

Propos recueillis par Fabienne Guimont
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Vice-président du REFEDD (Réseau des étudiants français pour le développement durable) , Timothée Elkihel a participé à l'élaboration du Plan vert adopté par toutes les universités et les écoles en juin 2010. Une sorte de check-list du développement durable (DD) que les établissements vont devoir mettre en place à la rentrée 2010. Plan vert : le socle de connaissances sur le DD dans toutes les formations...  Etudiant à Euromed Marseille où il fait son année de césure à la direction du développement durable de La Poste, Timothée Elkihel explique ce qui va changer et comment les étudiants peuvent s'investir sur cette thématique.

Comment le REFEDD s'est-il impliqué dans ce Plan vert pour les campus ?

Dans la loi découlant du Grenelle de l'environnement, il n'y avait qu'un article (art. 55) concernant le développement durable sur les campus. C'est le REFEDD qui a proposé le premier canevas d'un Plan vert pour concrétiser cet article de loi général. Nous l'avons soumis à Michèle Papalardo, commissaire au développement durable, qui y a été très favorable pour que nous servions d'interface entre la CPU [Conférence des présidents d'université] et la CGE [Conférence des grandes écoles] pour travailler à un plan vert commun. Nous avons été moteur sur ce projet.

Les étudiants sont-ils impliqués, au sein de leur établissement, dans le développement durable ?

Certaines universités ou écoles dispose d'un comité de pilotage sur le développement durable dans lequel les étudiants sont partie prenante pour définir leur stratégie. Certains établissements donnent des moyens aux associations étudiantes dans ce domaine, d'autres non. Mais la tendance est de nouer des contacts avec les étudiants car le développement durable demande beaucoup d'efforts et de moyens pour se mettre en place. Et les étudiants sont incontournables. Pourtant, certains établissements rechignent encore à leur donner une place, notamment lorsqu'ils ne sont pas élus dans les conseils des universités.

Qu'est-ce que le Plan vert peut changer pour eux ?

Avec le Plan vert, les étudiants auront une légitimité pour définir la stratégie des établissements en matière de DD. Ainsi, si un établissement décide de réaliser son bilan carbone, les étudiants devront être impliqués. Et il est sous-entendu qu'il faudra valoriser leurs compétences. Il ne faut pas avoir peur de s'impliquer dans des engagements collectifs. C'est enrichissant personnellement et c'est un moyen d'acquérir des compétences. Même si on a l'impression que l'administration est un gros mammouth, elle est de plus en plus prête à travailler avec nous.

Vous soutenez une formation au développement durable pour tous les étudiants, quelle que soit leur filière. Où ce projet en est-il ?

Une de nos premières revendications est de donner une éducation transversale au développement durable sans la cloisonner à des formations particulières. En 2017, tous les cours devront intégrer des modules sur le développement durable. Les formations actuelles ne permettent pas aux étudiants de dire qu'ils sont davantage responsables vis-à-vis du développement durable que les générations précédentes. Le REFEDD anime un groupe de travail interministériel (écologie, enseignement supérieur, agriculture, etc.) pour élaborer ce tronc commun de connaissances sur le développement durable. Cette sensibilisation destinée aux étudiants, mais aussi aux personnels des établissements, se déroulera sur une journée et a pour objectif de conduire à l'engagement dans son établissement.

Comment se déroulera cette journée ?

Le matin, le DD sera abordé à partir d'objets que les étudiants utilisent dans la vie de tous les jours en en faisant des objets de questionnement : quel est le cycle de vie d'un téléphone portable, d'un jean, d'une voiture... Les grands enjeux (par exemple, climatiques, etc.) seront abordés dans un second temps. À midi, on invitera les établissements à proposer un repas responsable. Et l'après-midi, un quiz testera de façon ludique l'engagement des étudiants par rapport au Plan vert. Cela pourrait être « si tu as tant de triangles, cela veut dire que tu n'es pas très engagé. Mais en faisant telle ou telle action, tu peux changer ton empreinte écologique ». Enfin, le chef d'établissement pourrait présenter sa stratégie de DD. Quelques établissements testeront ces outils de formation à partir de la rentrée 2010.
 

Petit historique du REFEDD

Le REFEDD (Réseau des étudiants français pour le développement durable) a été créé en 2008. Il rassemble aujourd'hui quelque 70 associations étudiantes œuvrant essentiellement dans le développement durable dans une trentaine de villes, au sein d'écoles et d'universités. Le REFEDD a été missionné en 2008 par l'Unesco pour formuler les propositions des étudiants en matière de DD. Le socle commun de connaissances sur le DD, comme première étape de sensibilisation, était l'une de ces propositions.

Pour en savoir plus

Retrouvez le dossier de letudiant.fr sur le développement durable.


Propos recueillis par Fabienne Guimont | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires