BSB agrandit son campus de Lyon pour en faire une "véritable 2e école"

Agnès Millet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
BSB agrandit son campus de Lyon pour en faire une "véritable 2e école"
Le nouveau campus de Burgundy School of Business à Lyon inauguré en avril 2021. // ©  BSB
L’école de management de Dijon développe son campus lyonnais créé en 2013. Depuis le printemps 2021, Burgundy School of Business dispose de 3.000m2 à Lyon, plus accessible et internationale que Dijon. Son objectif : accueillir 1.000 étudiants d’ici 2024 et lui donner une coloration tech.

C’est en école de management bi-campus que veut se présenter désormais BSB. "Il s’agissait de franchir un cap, avec un nouveau campus physique. Nous avons voulu investir pour faire du site une véritable 2e école", explique Stéphan Bourcieu, directeur de Burgundy School of Business.

En avril 2021, l’école ouvre ainsi son nouveau campus, situé dans le 8e arrondissement (secteur Monplaisir). L’établissement multiplie sa surface lyonnaise par trois, avec 3.000m2, répartis sur quatre niveaux.

Si le campus est équipé d’un amphi de 200 places, la plupart des salles de cours accueillent entre 20 et 40 personnes. Avec des espaces lounges, un wellness center comprenant une salle de fitness et des espaces de coworking, le site se présente comme un lieu de vie et de rencontre, notamment avec les entreprises et les alumni.

"L’école est à taille humaine, pour faire la part belle à l’accompagnement des étudiants et à la proximité. C’est aussi un lieu d’expérimentation, permettant les innovations pédagogiques, dans un esprit start-up", précise Jean-Christophe Cattane, le directeur du campus.

S. Bourcieu (BSB) : "Le recrutement en prépa décevant est un accident de parcours"

Lyon choisie pour ses atouts

BSB n’a pas choisi Lyon par hasard. Le dynamisme de l’écosystème économique, notamment autour du numérique et de l’IA (Intelligence artificielle), répond aux aspirations de ce campus pour deux raisons.

D’abord, parce que la pédagogie et la recherche du site seront orientées sur ces thématiques, mais aussi parce que le nombre d’alternants sera musclé. Le site passera de 14 étudiants en 2013 et 370 en 2020 à un plafond de 800 à 1.000 étudiants en 2024–2025 dont la moitié en alternance. Dès la rentrée 2021, 200 alternants étudieront à BSB Lyon.

Une ambition réaliste, selon le directeur. "Un campus est un outil marketing. Là, on s’est donné les moyens d’attirer les étudiants. On s’ouvre un marché amont d’étudiants et on augmente notre potentiel en post-bac – mais pas seulement – en touchant désormais les bassins Sud, Ouest et Nord de la France".

En effet, la ville est mieux desservie par le train et les liaisons aériennes que Dijon. Plus accessible pour ces candidats, elle est aussi plus attractive à l’international. Un atout alors que l’école qui enregistrait une perte de compétitivité dans ses recrutements post-prépa l’an dernier.

BSB : un nouveau PGE pour appréhender "la complexité du monde"

Un investissement de 10 M€ pour une 2e école, ancrée dans le territoire

Si, selon le directeur, "le potentiel existe pour que Dijon continue de croitre", BSB décide de "miser sur Lyon comme relais de croissance" : "Notre ADN est la proximité et, si nous avions grossi trop fortement à Dijon, cela aurait pu s’opposer cette volonté", estime ainsi Stéphan Bourcieu.

"Nous voulons garder cet ADN de proximité et déployer une véritable deuxième croissance, à Lyon, avec un directeur de campus, une équipe de professeurs, de la recherche…", ajoute-t-il.

Les équipes administratives seront renforcées puisque le site dispose de sa direction aux relations entreprises, sa direction académique, etc. Le corps professoral passera de cinq enseignants-chercheurs aujourd’hui, à dix à la rentrée 2021 pour atteindre, 20 à 25, en 2025. Au total, en 2021, BSB a recruté 18 enseignants-chercheurs et 5 chercheurs.

Gage de l’implication dans le territoire lyonnais, BSB est membre de l’Alliance des grandes écoles Rhône-Alpes-Auvergne (Agera) et discute avec la Comue Université de Lyon pour en devenir membre associé.

Dix millions d'euros seront investis entre le lancement du projet en 2018 et 2028. L’école aurait souhaité ouvrir plus tôt mais il a fallu du temps pour trouver le bon site. Et le printemps 2020 a ralenti la phase finale, en raison de la pandémie et de la période pré-électorale des municipales.

Les écoles de management créent leur conférence pour peser dans les décisions

Une coloration thématique pour la pédagogie et la recherche

La croissance des effectifs étudiants passera par l’alternance mais aussi par l’ouverture de programmes qui n’étaient pas encore proposés sur le site. À la rentrée, l’année de prémaster sera ouverte. "Pour 2021, il n’y aura pas de numerus clausus afin de voir combien d’étudiants choisissent Lyon ou Dijon", explique Stéphan Bourcieu.

Une spécialisation en digital marketing du Master grande école (MGE) ouvrira à la rentrée 2021 et le bachelor in management proposera une spécialisation en digital management et une nouvelle spécialisation en sustainable business management sur le campus lyonnais.

Les troncs communs de bachelor et de MGE sont les mêmes qu’à Dijon mais cette coloration en numérique et IA donne son identité au campus, qui reste généraliste, insiste le directeur général. Cette orientation s’illustre aussi par l’ouverture d’un :

  • nouveau MSc Green Tech and sustainable societies,
  • MSc Artificial intelligence et digital technology management, issu d’un ancien MSc,
  • MSc Climate change et corporate finance, déjà à Dijon.

Ils s’appuieront sur l’équipe du pôle d’excellence spécialisé en digital business, artificial intelligence et green tech.

Un an de crise sanitaire : comment les pratiques pédagogiques ont évolué dans l'enseignement supérieur ?

Investir dans l’innovation pédagogique

En lien avec ces réflexions, L’établissement a aussi créé un learning lab, dédié à l’innovation pédagogique et doté d’une équipe et d’un fonds d’investissement de 200.000 €. "Il a ouvert le 15 mars, après un an de travail sur l’hybridation, le learning by doing ou l’apprentissage hors les murs", expose Christine Sinapi, directrice académique et l’innovation pédagogique.

Par ailleurs, un digital learning center accessible à toute la communauté BSB est ouvert à Lyon. Cet espace et ce fond de documentation numérisée représentent un investissement de 300.000€. Des milliers d’articles, de livres, de revues et de conférences sont disponibles via un accès simplifié. Et un accompagnement personnalisé est proposé, y compris pour les démarches de mobilités internationales ou la construction du projet professionnel.

Le MGE toujours en cours d'évolution
BSB travaille encore à l'évolution de son MGE pour "former à la gestion de la compléxité". "À partir de la rentrée, nous allons créer un catalogue de cours dans lequel les élèves pourront piocher pour se créer des parcours uniques", détaille Alexandre Pourchet, le nouveau directeur du PGE mandaté pour mener la transformation encore en cours.


Agnès Millet | Publié le