Newsletter

Hollande aux Etats-Unis : le rêve d'une Silicon Valley française

SB
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'université de Stanford en Californie © Fotolia
L'université de Stanford en Californie © Fotolia

En visite officielle aux Etats-Unis, le président de la République fait un détour par la Silicon Valley, ce mercredi 12 février 2014. Accompagné notamment de sa ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Geneviève Fioraso, François Hollande doit rencontrer les "tycoons" de l'Internet. Retour, à cette occasion, sur quelques-unes des innovations dont fourmille l'écosystème californien avec, toujours, cette question en filigrane : dans quelle mesure la France peut-elle s'inspirer du modèle américain ?

Le voyage officiel de François Hollande aux Etats-Unis s'achève, le 12 février 2014, par une visite de la Silicon Valley, en présence, notamment, de Geneviève Fioraso. Au programme : rencontre des "tycoons" du web et promotion des start-up françaises.

La Silicon Valley, creuset d'innovation

La technopole californienne a construit un écosystème d'innovation unique en agrégeant les forces des universités, des laboratoires de recherche et des entreprises. Quelles leçons en tirer pour l'enseignement supérieur français ?
Réponses en vidéo avec les acteurs de la Silicon Valley, suite au voyage d'études EducPros du printemps 2013.

Lire notre dossier

Entrepreneuriat et innovation : un état d'esprit à conquérir

"Dans la Silicon Valley, les gens affichent leurs échecs comme autant de médailles d'honneur !" : pour être un résumé, cette phrase de Garth Saloner, doyen de la Graduate School of Business de Stanford, dit bien la différence de mentalités qui perdure entre la France et les Etats-Unis. Dans une interview donnée à EducPros en septembre 2013, il revient sur le succès de la perle californienne et donne sa vision de l'enseignement de l'innovation.

Lire l'entretien

Facebook, Google, Ebay... auraient-ils pu naître sur des campus français ? Que manque-t-il aux plus prestigieux établissements hexagonaux pour sortir ces success stories à l'américaine. Entrepreneurs de start-up et responsables d'incubateurs français livrent leurs analyses dans une enquête à lire sur letudiant.fr. Si les campus font une place de plus en plus importante à l'entrepreneuriat étudiant, tous les verrous n'ont pas sauté.

Lire l'article (janvier 2011)

En France aussi, des voix se font entendre pour défendre une politique d'innovation plus volontariste. C'est le cas notamment de Pierre Tambourin, directeur de Génopole, technopole dédiée à la génomique et aux biotechnologies. Co-auteur du rapport Beylat-Tambourin sur les enjeux du transfert et de l'innovation, remis le 5 avril 2013 aux trois ministres Fioraso, Pellerin et Montebourg, il revient dans Interface sur les principales préconisations adressées au gouvernement.

Lire l'interview (mai 2013)

Mais faut-il aller plus loin ? Quelques semaines après la publication du rapport Beylat-Tambourin "L'innovation. Un enjeu majeur pour la France", le cabinet de conseil en stratégie CMI revient, dans une tribune exclusive pour EducPros, sur quelques recommandations particulièrement importantes pour le développement de l'innovation et de la croissance en France.

Lire la tribune (mai 2013)

En France, des écosystèmes d'innovation en devenir ?

Si la Silicon Valley reste en tête des clusters les plus innovants, Paris-Saclay est entré, pour la première fois, en août 2013, dans le top 8 mondial des World Innovation Clusters. Un classement établi par la prestigieuse MIT Technology Review.

De quoi conforter les ambitions du pôle. Directeur délégué à l'innovation de Paris-Saclay, Pierre Gohar affirmait, dans une interview donnée à EducPros en septembre 2013, viser "le top 10 des campus internationaux d'ici dix ans".
Selon lui, "même si l'on a tous en tête ces écosystèmes performants que sont le MIT, Standford, Oxford ou Cambridge, chacun a ses spécificités et, compte-tenu des composantes culturelles, ils ne sont ni clonables ni transposables".

Lire l'entretien

Alors que les feux des projecteurs sont largement braqués sur Saclay, un autre campus technologique est en train de voir le jour dans l'Hexagone : Giant à Grenoble. Construit à partir du centre d'excellence en micro et nanotechnologies Minatec, Giant (Grenoble Innovation for Advanced New Technologies) a pour ambition de devenir l'un des 20 campus d'innovation mondiaux. Rien de moins.
Le campus rassemble aujourd'hui 6.000 chercheurs et 5.000 étudiants, l'objectif étant d'atteindre un effectif de 10.000 pour chaque population. Mais comme l'expliquait le directeur délégué de Giant Stéphane Siebert à EducPros en 2011, "un site de recherche comme celui-ci se construit sur cinquante ans".

Lire l'entretien

Aller plus loin
Au cœur de l'Open Science avec "HackyourPhD aux States
"Pendant deux mois, de juillet à septembre 2013, Célya Gruson-Daniel, cofondatrice du projet HackYourPhD, a parcouru les Etats-Unis à la rencontre des acteurs de l'Open Science et témoigné, sur EducPros, des initiatives qu'elle y a découvertes à travers des cartes postales numériques. Entre édition scientifique à San Francisco, hackathons en médecine à Boston, centre de recherches digitales à Columbia, retour sur les différentes étapes de ce voyage.
Lire le dossier

SB | Publié le

Vos commentaires (5)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Vicky2001.

Bonjour, (désolée si mon français n'est pas parfaite). Mon amie française travaille à Google avec moi en Mountain View en Californie et je veux partager le video qu'elle a fait d'une "Frenchy aux U.S."http://youtu.be/72loVxocUQo C'est peut être utile de connaître la vie des français aux U.S. - Ils veulent pas retourner en France car ils se sentent heureux en Californie.

Getafix.

Bon ben dis donc, il reste du chemin à faire. D'autant plus que l'on vient de faire deux ans dans le sens inverse. Le développement économique, cela ne se décrète pas du jour au lendemain. Cela me rappelle la bande dessinée "Dilbert", la femme de ménage parlant au directeur technique : "j'en ai ras le bol d'être mal payée comme femme de ménage, apprends moi à être ingénieur, je suis prêt à y passer la journée s'il le faut ".

jérôme gruchet.

Une silicon valley à la Française....comment Babar roi des éléphants (socialistes), marxiste pétri par un idéal fait de lutte des classes va-t-il faire pour attirer les entreprises en France ? augmenter les impôts sur les entreprises, rigidifier davantage le droit du travail, décourager le travail, décourager l'embauche par les entreprises... Qui peut croire de tels discours ? une fois de plus il nous enfume !!!

bechet.

Arnaud leretour a la tete de. Ubifrance aux etats UNIS Parle mal l'angl הais, Est

Mandalay.

Il faudrait déjà que comme aux US 80% des jeunes rêvent de créer leur entreprise ....au lieu de rêver d'entrer dans la fonction publique!!!!