Nantes Université : après plusieurs rebondissements, l'établissement expérimental voit le jour

Clément Rocher
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Nantes Université : après plusieurs rebondissements, l'établissement expérimental voit le jour
Le campus du Tertre de Nantes Université. // ©  Francks Tomps/Nantes Université
Un nouveau chapitre s’ouvre pour l’enseignement supérieur nantais avec le lancement de Nantes Université. Ce projet de grande ampleur associe différents acteurs académiques et de recherche de la métropole. L'établissement expérimental voit enfin le jour après de multiples rebondissements et dévoile ses ambitions.

Le paysage de l’enseignement supérieur nantais évolue avec la création de Nantes Université. L'établissement expérimental a officiellement été créé le 1er janvier 2022 après une longue série de rebondissements. Ce projet de grande envergure avait été initié en 2017 à la suite de l’obtention du label I-site pour le projet NExT mais n'avait pas pu aboutir immédiatement. En 2019, le CA de Centrale Nantes avait rejeté les statuts du projet initial.

Ce nouvel établissement est composé de l’université de Nantes, l’Ecole nationale supérieure d’architecture (Ensa) de Nantes, Centrale Nantes, l’Ecole des Beaux-Arts de Nantes, l’IRT Jules Verne et l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), ainsi que le CHU de Nantes. Cette configuration inédite en France par la diversité de ses établissements rassemble près de 42.600 étudiants et 1.500 doctorants.

Carine Bernault, élue à la présidence de Nantes Université en décembre, soutient que cette logique de regroupement représente "un symbole de force pour faire émerger un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche de rang mondial à Nantes."

C. Bernault (université de Nantes) : "Je porte des projets de transformation de l'établissement"

Renforcer les interactions entre les disciplines

Ancrée dans son territoire, Nantes Université cherche à s'inscrire dans un monde en pleine mutation. "Les attentes des étudiants et des partenaires socio-économiques ont changé", explique Carine Bernault. Ainsi, ce nouvel établissement affiche des ambitions très concrètes sur le plan de la pluridisciplinarité. Afin de renforcer les interactions entre les disciplines, Nantes Université sera organisée autour de quatre grands pôles transversaux (humanités, santé, sciences et technologies, sociétés). Ils regrouperont les composantes et les structures de recherche.

Dès la rentrée prochaine, ce nouvel établissement proposera des doubles diplômes, notamment entre l’école Centrale de Nantes et l’Ensa Nantes, ou Centrale Nantes et la faculté de pharmacie. L'établissement prévoit aussi de nouvelles opportunités pour les étudiants avec la création de passerelles entre les formations. Des étudiants issus de la faculté des sciences et des techniques pourront poursuivre leurs études dans le cursus ingénieur de Centrale Nantes.

"Cette hybridation des compétences est un enjeu majeur pour le monde d’aujourd’hui. Les vrais problèmes de la vie sont toujours interdisciplinaires. Cela répond aussi à la réforme du baccalauréat : nos étudiants par le jeu des spécialités ont des profils hybrides", avance Jean-Baptiste Avrillier, directeur de l'école Centrale de Nantes.

Un acteur de la transformation de la société

Nantes Université souhaite s'emparer des enjeux de développement durable. A ce titre, Carine Bernault affirme que "100% des étudiants seront formés aux enjeux de la transition écologique d’ici cinq ans." Eric Lengereau, directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes, voit dans cette nouvelle dynamique une mission à accomplir. "Nous sommes face à une nécessité d’inventer une manière d’habiter notre territoire régional, nos territoires urbains et ruraux. Nous partageons avec tous nos partenaires cette urgence."

Nantes Université tient également à faire de sa pluralité une force. "Cette université est aussi engagée pour la mixité sociale, l’égalité des chances et l’accueil de toutes les diversités", soutient Carine Bernault.

Présidence française de l'Union européenne : peu de place laissée à l'ESR

Une recherche tournée vers l'industrie du futur

L’initiative NexT a pour ambition de permettre au site nantais "d’affirmer une trajectoire innovante en recherche, formation et transfert technologique", et d’accompagner la création de Nantes Université. L’établissement souhaite renforcer sa recherche autour de deux filières stratégiques : l’industrie du futur (technologies avancées de production, ingénierie océanique) et la santé du futur (biothérapies innovantes, thérapies liées à l’oncologie et la médecine nucléaire).

"Partir dans cette aventure était une évidence. Le point important est de faire de Nantes Université une référence pour l’industrie du futur. On est en train de se positionner sur de grands projets nationaux comme la décarbonation du maritime ou les applications de l’hydrogène en aéronautique", explique Stéphane Cassereau, directeur de l’IRT Jules Verne.

Un centre de l'innovation de Nantes Université est également au programme, avec l'objectif d'augmenter la création de start-up liées aux projets de recherche de l'établissement.


Clément Rocher | Publié le