Newsletter

Geneviève Fioraso nommée secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Geneviève Fioraso © S.Blitman - septembre 2013
Geneviève Fioraso © S.Blitman - septembre 2013

Geneviève Fioraso conserve le portefeuille de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Jusqu'ici ministre, elle a été nommée secrétaire d'Etat sur ce périmètre, le 9 avril 2014, aux côtés du nouveau ministre de l'Education nationale et de l'ESR, Benoît Hamon. Une pétition avait rassemblé, durant cette vacance de pouvoir, plus de 8.000 signataires en faveur d'un changement de politique.

Geneviève Fioraso reste rue Descartes. La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche du gouvernement Ayrault a été nommée secrétaire d'Etat chargée des mêmes thématiques par le Premier ministre Manuel Valls.

Lire l'interview de la secrétaire d'Etat : "Je vois de nombreuses contradictions dans cette pétition d’universitaires"

Lire notre dossier "bilan" : Remaniement ministériel. Les deux ans de Geneviève Fioraso à l’Enseignement supérieur et la Recherche

- La crise budgétaire des universités, fil rouge du mandat Fioraso

- Formation : une nouvelle licence et une offre simplifiée

- Politique de site universitaire : le jeu des fusions, communautés et associations

Geneviève Fioraso a donc obtenu le soutien de l'Elysée et de Matignon, malgré la pétition lancée le 2 avril 2014, et signée désormais par plus de 8.000 universitaires. Ceux-ci sont montés au créneau pour demander un "réel changement" de politique en matière d'enseignement supérieur et de recherche. A quelques jours de la nomination d'un éventuel secrétaire d’Etat, chacun avait tenté de faire entendre sa voix.

Lire : Lobbying anti-Fioraso : une pétition lancée pour un "vrai changement"

Quant à Benoît Hamon, il reste attendu au tournant, lui qui a pris la tête d’un ministère unissant Éducation nationale, Enseignement supérieur et Recherche mercredi 2 avril 2014. Premières impressions de la communauté universitaire sur ce nouvel arrivant.

Lire : Benoît Hamon, ministre : premières impressions

Le nouveau ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a pris ses fonctions au moment où les inquiétudes et la défiance prédominent dans la communauté universitaire. Tour d'horizon des chantiers à venir.

Lire : Enseignement supérieur : les chantiers qui attendent Benoît Hamon


Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires