1. Logement étudiant : à Caen, une résidence aux allures (et au prix) d’un hôtel
Reportage

Logement étudiant : à Caen, une résidence aux allures (et au prix) d’un hôtel

Envoyer cet article à un ami
Le "Kafé" (salle à manger) de la résidence Kley à Caen : sa table avec prises incorporées et amovibles, pour petit-déjeuner, déjeuner ou travailler. // © Laure Antoine
Le "Kafé" (salle à manger) de la résidence Kley à Caen : sa table avec prises incorporées et amovibles, pour petit-déjeuner, déjeuner ou travailler. // © Laure Antoine

Depuis la rentrée 2015, une nouvelle résidence étudiante privée s’est installée à Caen : la résidence Kley de la société Dometude. Déco contemporaine, services hôteliers, sécurité… le standing est élevé, mais les tarifs peuvent l’être aussi. Reportage.

Ce matin de janvier, le vent est vif et glacé. Visible de loin, un bâtiment blanc de neuf étages siglé d'un gigantesque "K" surplombe la route principale qui mène au centre-ville. Proche de la rocade qui ceinture Caen et face à l'ESPE (école supérieure du professorat et de l'éducation), c'est là que s'est installée la toute récente résidence Kley de la société Dometude. Ouverte depuis le 12 août 2015, elle dispose de 288 logements à louer, de 19 m² à 35 m², répartis sur trois bâtiments. Les plus spacieux comprennent deux pièces. Les charges (notamment l'eau, le chauffage et l'électricité) sont incluses dans le prix (mais ni l'assurance, ni la taxe d'habitation). Pour rejoindre le campus, le tram est à 200 mètres (arrêt Copernic). Si l'on préfère prendre son vélo, la piste cyclable est en face de la résidence.

Des étudiants considérés comme des clients

Créée en 2014 par la société d'investissement américaine Oaktree Capital Management, Dometude lance ici sa première résidence étudiante. 180 étudiants y logent depuis son ouverture. Leur profil : en majorité des niveaux bac+1 et bac+3 originaires des régions de Haute et Basse-Normandie et en moindre proportion d'Île-de-France, attirés par l'EM Normandie (école de management).

Encore tout beaux, tout neufs, les studios comprennent une salle de douche/WC, une kitchenette équipée, un coin bureau, un lit de 120 ou 140 cm de large, des placards… Le Wi-Fi est inclus dans le prix. Et Dometude planche sur un nouveau studio, encore plus fonctionnel. Au programme : un espace salle de bain qui prendrait moins de place ou un bureau désolidarisé des caissons de rangement. Le prototype, grandeur nature, est en cours d'élaboration dans le parking à vélos ! Les étudiants y participent en donnant leurs idées.

Le "Squat" pour se détendre. Pratique, des prises sont intégrées dans les canapés. // © Laure Antoine

Des espaces communs et de coworking connectés

Côté services et équipements, la résidence est développée dans une logique hôtelière. À l'intérieur, l'ambiance est contemporaine avec de grands espaces communs vitaminés par des canapés oranges (le "Squat"), une salle à manger et sa table en longueur (le "Kafé") entourée de hauts tabourets métalliques, sur fond de mur végétal. Tous les espaces sont connectés au Wi-Fi. On y trouve des prises électriques partout à portée de mains, intégrées au mobilier, dans les canapés, sur la grande table… Et aussi aux étages, dans les espaces de coworking (le "Lab") qui jouxtent les studios et les espaces détente. Un soin particulier a été apporté à l'isolation phonique, pour réviser au calme. "J'apprécie de pouvoir faire venir mes copines de classe pour qu'on travaille ensemble après les cours", confie ainsi Gwladys, une résidente en seconde année de master à l'ESPE.

Chez soi comme à l'hôtel

Cagettes de fruits et légumes bio à 6 €, accueil et rencontre d'étudiants étrangers Erasmus, job-dating, soirées, ciné-club, appli "concierge digital" pour échanger et demander un service, prêt de linge de lit, boxs sécurisés pour les bagages... sont quelques exemples des services proposés. Parmi les résidents, une centaine échangent et s'entraident via une communauté Facebook qu'ils ont constituée. Ainsi, Gwladys fourmille d'idées... Pour recycler les cagettes, l'étudiante a suggéré un tutoriel, découvert sur Youtube, qui explique comment les transformer en petits jardins d'intérieur. "Je propose également, pour qui veut, des séances programmées de sport dans la résidence", explique-t-elle enthousiaste.

Chaque mois, les locataires sont invités à juger la qualité de leur résidence en répondant à un questionnaire et à apporter leurs suggestions. Côté équipements, citons : des machines à laver "communicantes" - elles devraient envoyer prochainement des SMS pour indiquer quand vous pouvez venir récupérer votre linge ! - , un baby-foot, un immense tableau mural pour communiquer (dans le "Patio"), un terrain de basket, un parking à vélos et son atelier de réparation… Pour la sécurité, 80 caméras de vidéo-surveillance ont été installées et permettent de laisser les espaces communs ouverts 24h/24. Un pass électronique permet de rentrer à toute heure.

L'entrée de la résidence Kley de Dometude à CaenL'entrée de la résidence Kley de Dometude à Caen. // © Laure Antoine

Des prix comme à l'hôtel aussi

Mais tout cela a un prix, et celui-ci n'est pas négligeable. Comptez 538 € par mois (toutes charges comprises) pour un 19 m² et jusqu'à 702 € par mois pour un 35 m². À titre de comparaison, la location d'un studio de 19 m² dans la ville de Caen revient à un peu moins de 300 €, hors charges (source Clameur, 2015). La concurrence des résidences universitaires publiques est également forte puisque la ville normande compte la plus grande part de chambres en cités universitaires en France par rapport à son nombre d'étudiants (16 %).

Cinq autres projets d'ouverture

Néanmoins, dans la lignée de la résidence Kley Caen, cinq nouveaux bâtiments de ce type, mais d'architecture différente, doivent ouvrir en 2017 et 2018. Ils devraient comprendre 565 lits sur le campus de Rangueil à Toulouse en 2017, 353 lits sur le campus de Belle-Beille à Angers en 2017, 340 lits dans le centre-ville de Marseille en 2018 (réhabilitation d'un immeuble de bureaux), 403 lits sur le campus de Beaulieu à Rennes en 2018 et 408 lits sur le campus de Paris-Saclay en 2018. À l'avenir, Dometude projette de rénover des immeubles d'entreprise pour en faire des résidences étudiantes.