Ilana nous raconte sa première semaine en Bachelor Business in Management à BSB

publié le 22 Octobre 2020
4 min

Ilana vient d’intégrer le bachelor BSB en filière anglophone avec un objectif très clair en tête : monter son entreprise. En classe depuis peu, elle nous livre ses premières impressions.

À tout juste 19 ans, Ilana Hoessler fourmille d’idées et sait déjà clairement ce qu’elle désire accomplir dans son futur professionnel. « Lors de mon année de BTS Tourisme, je me suis rendu compte que j’étais avant tout intéressée par l’entrepreneuriat. J’ai mille idées en tête et je ne veux pas attendre la fin de mes études pour me lancer. Si j’ai choisi BSB, c’est avant tout car je peux bénéficier d’un accompagnement de qualité dans l’accomplissement de mon projet entrepreneurial », nous explique-t-elle. À savoir que le Bachelor est volontairement généraliste les deux premières années afin de permettre aux élèves de découvrir de multiples univers avant de se spécialiser.

Une pédagogie de proximité

Actuellement, Ilana suit ses cours en présentiel une semaine sur deux. La classe de 40 élèves a été scindée en deux pour respecter les contraintes sanitaires. « Nos horaires sont fixes et nous avons 24 heures de cours par semaine, ce qui nous permet d’aménager notre temps comme nous le voulons. En l’occurrence, nous avons notre week-end et notre lundi, ce que je trouve très pratique pour avancer dans mon projet entrepreneurial », rapporte l’étudiante. Si les élèves disposent de temps personnel, c’est aussi pour qu’ils puissent étudier en amont leurs cours et ainsi échanger avec leur professeur lors de la classe. « Au lycée, on ne sait absolument pas de quoi le professeur va parler, on est spectateurs, alors que là, on est vraiment acteurs. Les enseignants nous considèrent plus comme de futurs professionnels que comme des étudiants. De plus, nous travaillons sur des supports dynamiques avec des diaporamas, on est vraiment loin de la simple prise de notes », souligne Ilana.

« Je conseille vivement la filière anglophone »

Consciente de la nécessité de bien maîtriser l’anglais, Ilana a opté pour la filière anglophone du Bachelor. «  J’avais un niveau tout à fait lambda en anglais, mais la filière est totalement accessible. Les professeurs sont flexibles et s’adaptent aux élèves. Je conseille donc vivement de suivre les cours en anglais. De plus, nous devons faire un stage à l’étranger pendant ce parcours anglophone », souligne Ilana.

BSB, un tremplin pour l’avenir

Impatiente de monter son entreprise, Ilana envisage BSB comme un véritable « tremplin pour atteindre (ses) objectifs ». Alors qu’elle en est encore au stade de l’idée, elle peut compter sur l’expertise de l’école dans la mise en place de son business plan ou encore s’entraîner à bien « pitcher » son projet face à de potentiels investisseurs. « Pour cela, je me suis présentée à l’incubateur de BSB The Entrepreneurial Garden, qui a validé mon projet », raconte la jeune femme. Il s’agit d’un espace collaboratif qui regroupe les étudiants, entreprises, entrepreneurs, enseignants, coachs, experts et institutions.

Les avantages d’un réseau

Si Ilana a choisi d’intégrer BSB, c’est aussi pour bénéficier d’un solide réseau à travers l’école, et notamment grâce aux associations. « Il est clairement conseillé de s’investir dans la vie associative. De mon côté, j’ai postulé à deux associations, Burgundy Finance et Madn’esc, l’association des sports extrêmes », affirme l’étudiante. « La vie de l’école est également animée par des événements comme le cycle de conférences, des rencontres diplômés-entreprises, des événements sportifs, le gala de Noël… malheureusement, avec la crise du Covid, nous n’avons pas encore pu profiter de tout, mais je ne désespère pas d’y goûter », conclut Ilana.