L’alternance, la voie royale vers l’insertion professionnelle

Par L'Etudiant Fab, publié le 22 Octobre 2020
7 min

En juin 2019, pas moins de 458 000 jeunes avaient fait le choix de l’alternance (source Dares). Un record selon les dires de la ministre du Travail de l’époque, Muriel Pénicaud. Il faut dire que l’alternance est le moyen idéal pour fourbir ses armes avant de décrocher son premier job. On vous explique pourquoi !

Avec l’alternance, financez vos études…

Vous avez entre 16 et 29 ans ? L’alternance est l’une des options qui s’offrent à vous. Le principe ? Vous permettre de suivre vos études tout en travaillant dans une entreprise. Une bonne manière d’acquérir les fondamentaux théoriques tout en pratiquant directement votre futur métier sur le terrain. Le gros plus ? C’est bien l’entreprise qui finance la formation de son apprenti. Plus précisément, il s’agit de l’Opérateur de Compétences (OCPO) auquel l’entreprise contribue et qui se charge de la collecte et de la gestion des fonds versés par les sociétés pour financer la formation des salariés. Avec l’alternance, vous pouvez vous consacrer totalement à vos études et à la vie en entreprise, sans vous préoccuper des contraintes financières inhérentes à la poursuite d’études en école de commerce. Une solution gagnant-gagnant !

… gagnez en indépendance

Lorsqu’un jeune opte pour l’apprentissage, il est considéré comme un salarié à part entière. En plus de se faire financer ses études, l’alternant va percevoir un salaire en compensation de son travail. Encore une bonne nouvelle pour celles et ceux qui désirent goûter à la vie active, sans pour autant se priver d’une solide formation dans le supérieur.

Des barèmes ont été établis dans le secteur privé afin d’instaurer des minimums :

  • Première année de formation : 410,73 euros (moins de 18 ans), 654,12 euros (18 à 20 ans), 806,24 euros (à partir de 21 ans).
  • Deuxième année de formation : 593,27 euros (moins de 18 ans), 775,82 euros (18 à 20 ans), 927,94 euros (à partir de 21 ans).
  • Troisième année de formation : 836,67 euros (moins de 18 ans), 1 019,22 euros (18 à 20 ans), 1 186,55 euros (à partir de 21 ans).

Le jeune alternant commence donc déjà à cotiser pour sa retraite, mais aussi pour le chômage, même si le plus grand bénéfice de l’alternance consiste justement à faciliter l’insertion des jeunes sur le marché du travail !

… décrochez plus facilement votre premier job

Les étudiants qui optent pour l’alternance présentent un profil particulièrement séduisant pour les employeurs. Responsables, volontaires et polyvalents, ils font preuve d’agilité en s’intégrant aux différents services de l’entreprise, tout en menant de front leurs études. Souvent proches des nouvelles technologies, les étudiants en alternance sont perçus comme de jeunes créatifs qui s’avèrent de précieux atouts pour les entreprises.

Avec la loi « Avenir professionnel », le gouvernement a voulu faciliter encore davantage la mise en place de l’apprentissage afin d’inciter les entreprises à embaucher plus d’apprentis. Il faut dire que dans d’autres pays européens comme la Suisse, le Danemark ou l’Allemagne, l’apprentissage est encore plus développé (source Eurostat). Durant la crise sanitaire, l’État a débloqué une aide exceptionnelle allant de 5000 à 8000 euros pour les entreprises embauchant des apprentis entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021.

… ou poursuivez vos études

Du côté des alternants, outre une meilleure employabilité, l’apprentissage leur permet d’affiner leur projet professionnel en se confrontant directement à la réalité d’un métier. Certains jeunes décideront même de poursuivre leurs études. Les écoles de commerce sont de plus en plus nombreuses à mettre en place des cursus permettant aux alternants de pousser leurs études jusqu’au niveau Master 1 ou 2. De cette façon, l’alternance permet de ne se fermer aucune porte.

L’alternance avec BSB

Voilà plus de 120 ans que BSB s’est forgé une solide réputation en qualité de Grande Ecole de Management . Aujourd’hui, ses formations sont reconnues et France et à l’international, comme par exemple son programme Bachelor qui figure dans le top 5 des plus demandés sur Parcoursup. Convaincue de l’intérêt des formations en alternance, elle a sans cesse étoffé son offre ces dernières années. Face à l’explosion de la demande, elle a même doublé son nombre de places disponibles en alternance sur les campus de Dijon et Lyon pour les programmes Bachelor bac+3 et Master Grande École bac+5

Face à un marché de plus en plus tendu en raison de la crise sanitaire, l’alternance se révèle être un vivier de jeunes talents pour les entreprises et un excellent levier d’insertion professionnelle pour les alternants. « Un bon alternant doit déployer de nombreuses qualités : il doit être autonome, adaptable et organisé pour gérer et investir pleinement ces deux vies parallèles. De plus, dans notre école, l’alternance débute en troisième année de Bachelor, accessible soit après deux années de tronc commun, soit directement après un bac+2, ce qui permet à nos étudiants d’être déjà de bons généralistes avec des compétences intéressantes. Ils peuvent ensuite poursuivre en Master 1 et 2 », souligne Delphine Bertin, directrice du programme Bachelor.

Grâce à ses liens étroits avec les tissus économiques lyonnais et dijonnais, BSB apporte un soutien de taille aux étudiants dans la recherche de leur contrat d’alternance. «  Au sein du Bachelor, notre format d’alternance de deux jours à l’école et trois jours en entreprise permet aux alternants d’assurer un portefeuille de missions intéressant grâce à leur présence régulière dans l’entreprise. Ils sont très vite opérationnels », ajoute Delphine Bertin.

À noter que le Bachelor en alternance de BSB est visé par le ministère de l’Enseignement supérieur, gage de sa grande qualité. Son atout est qu’il ouvre ensuite l’accès à la poursuite d’études en M1 et M2 du Master Grande École (admission sur concours), avec la possibilité d’opter ou non pour l’alternance. « Auparavant, les étudiants qui optaient pour l’alternance souhaitaient rentrer rapidement sur le marché du travail. Mais cette perspective a changé. Les étudiants sont intéressés par l’alternance pour des raisons de financement et d’employabilité, car, s’ils poursuivent sur ce mode en Master, ils peuvent faire valoir trois ans d’expérience professionnelle en sortie d’études. Un vrai plus !  », conclut Delphine Bertin.