1. 5 voyages cools pour étudiants fauchés !

5 voyages cools pour étudiants fauchés !

Envoyer cet article à un ami
Le top des destinations branchées pour étudiants fauchés // © Crédit Agricole
Le top des destinations branchées pour étudiants fauchés // © Crédit Agricole

En vraie fille de la Côte basque, mon truc, c’est le surf. Je rêve de chasser les vagues et de voyages à travers le vaste monde… Nazaré, Jaws, Mavericks. Pour le moment, mon temps de vacances est réduit, alors je vise un autre genre de spot. Je ne me suis pas encore décidée sur le programme : nature ou visites, sorties ou farniente… Ou un peu de tout ça. Ma seule exigence : je veux voyager pas cher ! Parce que ma dernière planche a déjà mangé toutes mes économies…

J’ai fait le tour sur le Web et voici mon bilan. Et sous chaque destination, je te mets un conseil de winner pour payer moins cher.

Faire la fête à Berlin

En tête de ma bucket list, il y a surfer la vague basquaise de Belharra et puis, juste après, entrer au Berghain de Berlin, une des discothèques les plus délirantes et les plus sélectives au monde. On trouve même des tutos sur Internet pour réussir son examen de passage ! Et puis Berlin, c’est la ville où la vie ne s’arrête jamais de bouillir, agitée de fêtes improbables et de rencontres dans tous les sens. Un long week-end sera parfait pour danser comme jamais et pour découvrir les expos consacrées aux designers que j’admire (le musée du Bauhaus pour une future graphiste… c’est quelque chose).

Conseil : sois souple sur les dates ! Cela demande de jongler avec les emplois du temps… mais parfois ça passe.

Se balader à Lisbonne

La destination pour les amateurs de balades en tramway, de divines pâtisseries et d’architecture typique. Ce qui est mon cas ! Un copain me disait que dans les rues, c’est le contraste total entre les vieilles boutiques et les devantures contemporaines le long de la rua Augusta, la grande artère du centre. On y mange pour pas grand-chose et on peut passer un temps infini à rêvasser dans les cafés à écouter du fado, la musique traditionnelle du pays.

Conseil : cherche d’abord une chambre dans le réseau des auberges de jeunesse. OK, c’est parfois bruyant, mais ce n’est pas cher et ça permet rapidement de faire des rencontres.

Rêver à Budapest

Des bâtiments magnifiques, des balades magiques sur le Danube, des ruin bars où danser sur de la musique alternative, des salons de thé avec des gâteaux à tomber par terre pour trois sous, des bains thermaux où barboter en extérieur même en plein hiver… Bref, dépaysement garanti ! On signe où ?

Conseil : prends du temps sur les comparateurs de vols et de séjours. Certaines compagnies proposent des A/R pour Budapest à partir de 100 €.

S’inspirer à Istanbul

En gros, tout y est deux fois moins cher qu’en France ! Le programme va être chargé puisque j’ai envie de faire le plein de photos arty en mitraillant le Grand Bazar, la Mosquée bleue, Sainte-Sophie, le palais de Topkapi et puis la fameuse place Taksim. Il y a aussi tout le Bosphore que j’aimerais parcourir en bateau (toujours l’eau, hein…). Ça va être dur de faire un choix parce que la ville a l’air immense !

Conseil : pense à voyager en car ou en train, les tarifs pour étudiants sont carrément attractifs. Les compagnies de cars proposent même des forfaits de type 5 villes pour 99 €.

Plonger à Malte

À Malte, c’est direction la playa avec les eaux turquoise de la Méditerranéesur les plages de Golden Bay, Mellieha ou dans les criques St. Peters Pool. Pour le côté sauvage, je serai servie : chemins de douaniers, grottes, lagons, et la mer dans tous ses états. Si je veux me bouger, les activités sont nombreuses (sauf le surf, mamma mia !) : paddle, kitesurf, jet ski, etc. Et puis les villages ont l’air adorables, comme à Mdina ou La Valette. Le soir, à Saint Julian et Sliema, il paraît que c’est la grosse teuf électro façon Ibiza.

Conseil : propose tes services en wwoofing : tu travailles dans une ferme bio (céréales, maraîchage, élevage, etc.) en échange du gîte et du couvert.

Toute une banque pour toi
Partir à l’étranger en maîtrisant son budget oui, mais pas question de se priver une fois sur place. Avec la carte EKO du Crédit Agricole, tu bénéficies de retraits d’argent gratuits partout dans le monde et de paiements sans frais sur tous tes achats effectués en euro à l’étranger… Une raison supplémentaire pour réaliser tes projets de voyage avec le Crédit Agricole !