« Je fais mes deux années de master en alternance »

publié le 30 Novembre 2020
6 min

Actuellement en deuxième année de master en alternance à l’ESC Clermont Business School, Lou Ménadier, 23 ans, est pleinement épanouie. Entretien avec une alternante assistante web marketing bien partie pour être définitivement embauchée dans son entreprise coup de cœur.

Quel a été votre parcours avant d’entrer à l’ESC Clermont BS ?

Originaire de Clermont, j’ai toujours aimé le tennis, les nouvelles technologies et la mode. Après un bac STMG, j’ai fait un DUT Technique de commercialisation, avant une première licence avec un stage de six mois chez Picture. Puis j’ai effectué mon Bachelor en alternance. Depuis, je fais mes deux années de master en alternance.

Quels sont, selon vous, les atouts de l’alternance ?

Après ma licence en marketing, j’avais envie d’arrêter mes études. J’avais un peu l’impression de tourner en rond. Le stage était bien, mais je trouvais ça dur de découvrir une entreprise, de s’en imprégner et de recommencer à zéro. Jusqu’au moment où j’ai pensé à l’alternance. Comme mon stage chez Picture s’était très bien passé, ils avaient envie que je reste. L’alternance a été une super-opportunité, elle m’a permis de rester chez eux et cela m’a beaucoup motivée pour poursuivre mes études. J’adore cette double casquette qui me permet de continuer à développer mes compétences en web marketing et communication digitale. Parmi les autres avantages, il y a bien sûr le salaire, les congés payés et une embauche, souvent, à la clé.

Est-ce l’opportunité pour les grandes écoles de s’ouvrir au plus grand nombre ?

De nombreuses connaissances que j’avais à l’école m’ont conseillé cette voie. Alors j’ai tenté le concours et j’en suis ravie. Honnêtement, je n’ai quasiment rien eu à payer de toutes mes années dans une grande école, car c’est mon entreprise qui a pris en charge les frais de scolarité. C’est idéal pour celles et ceux qui n’ont pas forcément la possibilité de se payer une école de commerce. On bénéficie d’une formation au même titre que les étudiants qui ne sont pas en alternance, tout ça en ayant un salaire. Pour commencer dans la vie active, c’est top.

Comment s’articule le planning d’un alternant ?

À l’ESC Clermont, nous avons les mêmes travaux de groupe et les mêmes partiels à réaliser. Quand nous sommes à l’école, nous ne pensons pas à l’entreprise, et vice versa. Sinon, ça peut vite polluer l’esprit ou on peut être vite débordé. Dans l’état d’esprit des gens qui ne connaissent pas, cela peut être perçu comme difficile à vivre. Or, on a simplement deux casquettes et on en change une semaine sur deux. Personnellement, j’adore les travaux de groupe. Les salles pour le travail collaboratif sont top. Chacun apporte ses compétences et son background. C’est là que l’on apprend le plus.

Votre entreprise vous a-t-elle confié rapidement des missions ?

Oui. J’ai tout de suite été en charge du customer care, c’est-à-dire la relation clients, qui est un élément important dans la stratégie marketing. Je gère seule les mails clients et le tchat en ligne. Quand je suis à l’ESC Clermont, je délègue à ma stagiaire qui gère en mon absence. Ce sont de bonnes missions responsabilisantes. Il s’agit aussi de stratégie en ligne, comme organiser des jeux-concours après avoir partagé des idées avec mon manager sur un temps fort de notre plan de communication. Avoir des missions concrètes et des responsabilités permet de gagner rapidement en confiance. On apprend beaucoup, ce qui nous permet d’avoir très jeune une conscience professionnelle hyper développée.

En janvier 2021, cela fera trois ans que vous êtes chez Picture. Vous faites quasiment partie des meubles…

C’est exactement ça [rires] ! Quand je suis arrivée, nous étions une trentaine. Aujourd’hui, nous sommes un peu plus de 60. J’ai assisté à pas mal d’évolutions internes. J’ai vraiment accroché avec l’entreprise. Avant Picture, je n’avais pas réellement de conscience écoresponsable. Aujourd’hui, par exemple, je trie mes déchets, je me préoccupe de mon impact sur la planète. Cela ne m’a pas apporté que du boulot, mais aussi des valeurs. C’est pourquoi j’y suis très heureuse. Ce n’est pas qu’un job. C’est une communauté et des collègues qui sont devenus des amis. Ensemble, on essaie de faire bouger le monde du textile outdoor. Et cela rejoint ma passion pour la mode.

Quelles sont vos envies pour la suite ?

Clairement, j’aimerais rester. On en a déjà parlé. C’est dans les tuyaux, mais il n’y a rien d’officiel. Le but, c’est que je reste chez eux et que le service web marketing dont je fais partie s’agrandisse un peu. Nous sommes sur le projet d’un nouveau site afin de vendre à l’étranger. Le but est de s’ouvrir prochainement à l’Europe et j’aimerais faire partie de l’aventure. C’est vraiment sympa d’y bosser. On y passe de bons moments, avec de l’entraide et des afterworks. Mon objectif reste d’abord d’obtenir mon diplôme de master à l’ESC Clermont BS, puis un CDI.

Human road Human road