E. Crépon (ENSTA Paris) : "Nous allons afficher de manière forte notre appartenance à l'IP Paris"

Clément Rocher
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'ENSTA Paris est l'un des cinq membres de l'Institut Polytechnique de Paris
L'ENSTA Paris est l'un des cinq membres de l'Institut Polytechnique de Paris // ©  Fourni par le témoin
Une longévité record. Après 280 années d'existence, l'ENSTA Paris, plus ancienne école d'ingénieurs de France, affirme son engagement en tant que membre de l'Institut Polytechnique de Paris. La directrice Elisabeth Crépon souhaite également renforcer le positionnement de l'école avec une volonté d’accompagnement dans les grandes transitions contemporaines.

Avec ses 280 ans d'existence, l'ENSTA Paris est la plus ancienne école d'ingénieurs. Comment rester au premier plan dans le paysage de l'enseignement supérieur et de la recherche ?

 // © Jérémy Barande - Ecole polytechnique

Aujourd’hui, l’ENSTA Paris est une école généraliste qui forme des ingénieurs scientifiques et techniques dans les secteurs de la mobilité, de l'énergie et de la défense. Un établissement d'enseignement supérieur doit se questionner très régulièrement sur son positionnement et sur ce qu'il apporte à la société et aux entreprises.

En tant qu'établissement public, placé sous la tutelle du ministère des Armées, nous avons signé en 2016 un contrat d'objectif et de performance (COP) avec l’État. Le nouveau contrat sera établi à la fin de l'année 2021, en coordination avec notre raison d'être révélée le 10 juin dernier.

Pourquoi avoir travaillé sur une raison d'être ? Quel est son objectif ?

Cette raison d’être vient éclairer les objectifs que nous nous fixons et mobiliser l’ensemble de notre communauté. Elle porte les ambitions de notre établissement qui seront traduites dans le contrat d'objectif et de performance que nous allons signer avec la ministre de la Défense. Ce contrat va constituer notre feuille de route stratégique pour les cinq ans à venir.

Nous allons afficher de manière forte notre appartenance à l'Institut Polytechnique de Paris et notre contribution à son développement. Mais aussi notre engagement en tant qu'acteur pour la responsabilité sociétale et environnementale et notre ambition pour la transition numérique de l'école. Ces trois axes structureront notre contrat d'objectif et de performance.

E. Labaye (IP Paris) : "Si nous voulons être aussi performant que le MIT ou l'EPFL, il nous faut intensifier notre force de frappe"

L'ENSTA Paris représente une des cinq écoles membres de l'Institut Polytechnique de Paris. Quel est le rôle de l'établissement ?

Chaque établissement public expérimental a son propre modèle : nous avons défini le nôtre avec une dimension importante au niveau de la formation graduée. Notre rôle consiste à la construction et la réussite de ce modèle. En effet, l'Institut Polytechnique de Paris dirige ses opérations sur la base des synergies et du travail collectif réalisé par les écoles. L'ENSTA Paris apporte son expertise scientifique et technique à la fois dans la formation, la recherche et l'innovation.

Notre raison d'être porte les ambitions de notre établissement qui seront traduites dans le contrat d'objectif et de performance avec le ministère de la défense.

Depuis deux ans, l'Institut Polytechnique de Paris mène des innovations. Nous avons créé trois centres interdisciplinaires, dont "Hi! Paris" autour de l'intelligence artificielle et de la science des données. Un quatrième centre interdisciplinaire autour des enjeux de sécurité et de défense est en cours de création. Ce sera un centre important pour l'ENSTA Paris car l'école est impliquée dans ces domaines, en particulier dans celui de la robotique.

N. Glady (Télécom Paris) : "La diversité sociale est une question de survie pour nos écoles"

L'Institut Polytechnique de Paris s'inscrit dans le top 50 des universités mondiales pour son entrée dans le classement QS 2022. Quelle est votre stratégie pour progresser dans les classements internationaux ?

Cette position dans le classement QS 2022 atteste de la pertinence du travail réalisé depuis deux ans. Ce qui est vraiment important aujourd'hui c'est de conforter notre activité de recherche et d'innovation. Nous sommes en train de construire un véritable centre de recherche à travers la mise en synergie des activités de recherche des laboratoires et des centres de recherche interdisciplinaires. Nous voulons maintenir cette visibilité et cette qualité avec notamment des programmes de bourse à destination des étudiants internationaux pour notre PhD Track.

L'ENSTA Paris affiche une ambition forte en matière de transition écologique. Pourquoi ce positionnement ?

Nous voulons former nos élèves-ingénieurs à la transition écologique : nous voulons doter nos étudiants d'outils qui vont leur permettre d'intégrer cette dimension dans une démarche scientifique et technique. Nous avons réalisé un état des lieux pour identifier ce que nous faisons déjà en formation et en recherche afin d’enrichir notre offre sur le tronc commun et les spécialisations. A ce titre, nous proposons notamment un parcours "énergies en transition : production et optimisation" en troisième année qui s'intéresse aux énergies renouvelables.

Nous sommes en train de construire un véritable centre de recherche à travers la mise en synergie des activités de recherche des laboratoires et des centres de recherche interdisciplinaires.

Nous allons poursuivre la mise en œuvre de cette transition à la rentrée 2021 : elle va s'adresser à tous les élèves-ingénieurs de l'ENSTA Paris. Avec des éléments forts donnés aux étudiants dès la première année comme la fresque du climat, des conférences tenues par des entreprises partenaires ou des enseignants-chercheurs de l'école. Nous allons intégrer des éléments spécifiques sur la transition écologique en lien avec la spécialisation choisie. Cette réflexion va conduire à une évolution de notre maquette de formation. Par exemple, les mathématiques appliquées à la santé et l'environnement est une spécialisation qui va apparaître dans notre programme.

Transition écologique : les écoles d’ingénieurs ouvrent la voie

La transformation numérique de votre établissement fait aussi partie de vos chantiers…

Oui tout à fait et concernant la formation, il s'agit aujourd'hui de tirer les leçons de cette crise sanitaire. Tout l'enjeu est d'identifier les points positifs et les intégrer dans les pratiques pédagogiques afin de construire une hybridation réussie. Il faut trouver la bonne articulation entre le distanciel et le présentiel.

La crise sanitaire a aussi montré qu'il était important pour l'établissement d'avoir des modes de fonctionnement administratif et financier numériques performants. C'est vraiment une ambition de continuer la numérisation de nos processus que nous nous fixons pour les cinq prochaines années.

Retrouvez la biographie EducPros d'Elisabeth Crépon


Clément Rocher | Publié le