1. Pimpe ton apprentissage avec Sarah

Pimpe ton apprentissage avec Sarah

Envoyer cet article à un ami
Comment devenir l’apprenti de rêve // © Crédit Agricole
Comment devenir l’apprenti de rêve // © Crédit Agricole

J’ai commencé mon contrat en alternance au service graphique d’une grande agence de communication dans le centre de Bordeaux, exactement ce que je voulais. Mon travail : les projets packaging. Je m’éclate, mais au secours le changement de rythme ! Les premiers jours, je n’avais pas trop de repères… l’entreprise et l‘école, ce n’est pas du tout les mêmes codes. Heureusement j’ai rencontré Alban, apprenti depuis un an dans la boîte. Il m’a donné ses tips pour être à l’aise direct et bien s’intégrer dans mon premier job. Je vous fais le topo ici.

Les e-mails : on dit bonjour et merci

Dans une entreprise, la majeure partie des communications se fait par mail, autant te dire qu’il s’agit de surveiller son style, son orthographe et d’éviter les lolilol et les smileys pour ponctuer chaque phrase. Dans un contexte professionnel, tous les mails commencent par « Bonjour »(pas « Hey », « Yo » ou « Que la force soit sur toi »). Il faut être poli, simple et direct en attaquant tout de suite par l’information principale de ton mail («  Je voudrais savoir si… », « Je vous écris pour… », etc.). Quand on écrit à l’extérieur de l’entreprise, à un client ou à un fournisseur, on représente notre employeur, alors on la joue encore plus classe : mots choisis et complets (bien cordialement, et pas Cdlt ou A plus), remerciements, et surtout jamais de familiarité !

Les réunions, c’est sacré

Avant une réunion, on reçoit l’ordre du jour : la liste des sujets qui seront abordés. Dans cette liste, un ou plusieurs sujets concernent ton service : tu dois préparer des choses à dire sur ce sujet, pas le résumé du dernier épisode de GoT. Ne t’inquiète pas, ton maître d’apprentissage te guidera. Pendant la réunion, l’organisateur distribue la parole et décide des discussions et des changements de sujets. Y a qu’à le suivre ! Après la réunion, tu reçois le compte rendu, un récapitulatif de tout ce qui s’y est dit et décidé. Un conseil : oublie ton portable pour ne pas être tenté(e) de répondre aux sms de tes potes, ça ne se fait pas.

Le retard, comment dire…

Ce n’est pas une notion élastique, je l’ai appris à mes dépens : le retard n’est pas accepté en entreprise même pour un apprentissage, ou de manière très exceptionnelle : l’excuse du bus qui n’est jamais passé, tu ne peux pas la sortir chaque matin. Le grand changement, c’est qu’on parle désormais d’adulte à adulte : on a plus de liberté qu’à l’école mais aussi plus de responsabilités. Une solution simple si tu as souvent des pannes de réveil : avance ta montre ou ton mobile de 15 minutes, ce qui te donnera une chance d’arriver à l’heure.

On se lance !

L’autonomie, c’est qu’une fois qu’on t’a expliqué tes missions, tu sais quoi faire sans qu’un chef ou un collègue ait besoin de te le répéter 3 fois dans la journée. L’initiative, c’est savoir quoi faire devant un imprévu, quand personne ne t’a expliqué précisément comment agir dans cette situation mais que tu réagis logiquement. Bref, en entreprise on attend que tu saches faire preuve des deux. C’est vrai qu’en cours, on nous a plutôt habitués à attendre la consigne avant d’agir. Mais ça c’est fini. De manière générale, on attend de toi que tu sois volontaire, même pour des choses qui te cassent un peu les pieds (pas comme à la maison en gros !).

Pas de potes… mais des collègues !

Au bureau, il y a des gens avec qui on s’entend bien tout de suite. Mais ne commence pas à claquer des high five dès qu’on t’offre un café, ne tutoie personne avant de le sentir vraiment (et même d’y être invité[e]), ne balance pas sur les gens dans leur dos, et ne rentre pas trop dans les questions personnelles. Pareil, sur les réseaux sociaux, ne cherche pas à contacter tous tes collègues dès le début : garde Facebook pour ton réseau privé, tu verras bien comment ça évolue au travail.

L’envie d’apprendre

C’est écrit sur ton front : tu es apprenti(e) ! Tout le monde est au courant. Moi j’avais peur que l’on me juge si je ne savais pas faire telle ou telle chose. Mais la vérité, c’est qu’on ne maîtrise pas grand-chose au début, et qu’on est là pour apprendre un métier. Je l’ai donc jouée modeste et j’ai commencé à dire avec le sourire quand je ne savais pas. C’est la meilleure posture : dire franchement, droit dans les yeux, qu’on ne sait pas mais qu’on a envie d’apprendre. Mes collègues en face sont ravis de pouvoir m’expliquer, parce qu’en réalité ils sont super contents de transmettre ce qu’ils savent, et moi heureuse d’écouter et d’apprendre vraiment.

Toute une banque pour toi
Trouver un stage, un apprentissage ou un premier job, ça semble une montagne quand on est jeune. Mais pour les employeurs, c’est aussi très compliqué de trouver le profil qui convient. La bonne nouvelle, c’est que tu peux trouver ton alternance en étant bien accompagné(e)… par ta banque. Pour en savoir plus, file te renseigner ici et ose réaliser tes projets avec le Crédit Agricole !