Entretien avec une assistante chef de produit marketing bancaire en alternance

publié le 28 Janvier 2021
7 min

Si tous les chemins mènent au secteur bancaire, certaines voies sont tout de même plus effi-caces que d’autres. C’est le cas de l’alternance, un système de formation très recherché par les banques. Tous les métiers sont concernés – les professions commerciales, bien entendu, mais aussi les fonctions support. Entretien avec Annaëlle Étame, assistante chef de produit bancaire en alternance au Crédit Mutuel.

Une banque, c’est une large palette de métiers. Certains spécialistes se risquent même à un chiffre : près de 300 ! Parmi ces professions, on trouve les métiers de la relation client, les métiers du back-office, les métiers de la finance, mais aussi toutes les fonctions support : juridique, ressources humaines, comptabilité, fiscalité, contrôle de gestion, communication et marketing. Le point commun entre tous ces métiers ? L’alternance !

En 2019, ce ne sont pas moins de 6 900 contrats d’alternance qui ont été signés dans le secteur bancaire[1] ! À lui seul, le Crédit Mutuel recrute chaque année 1 300 alternants, et 80 % d’entre eux se voient ensuite proposer un CDI[2]. Un chemin qu’aimerait suivre Annaëlle Étame, actuellement en alternance au Crédit Mutuel Nord Europe à Lille en tant qu’assistante chef de produit marketing bancaire.

Annaëlle, vous vous destinez à une carrière dans le marketing, pourquoi ce choix ?

J’ai toujours aimé ça, mais j’ai eu une révélation en troisième année. J’ai fait un Bachelor plutôt généraliste et je me suis rendu compte que dans les travaux de groupe, je souhaitais toujours être celle qui s’occupait de la dimension marketing et des benchmarks. En fait, tout a vraiment commencé en cours.

Justement, quel est votre cursus ?

Après un bac ES, je suis partie en première année d’économie à La Sorbonne, mais j’ai arrêté au bout d’un an, je trouvais ça trop théorique et je n’étais pas sûre que le secteur me correspondait. J’ai donc suivi un BTS Assistant manager. C’est une formation à 360° qui m’a vraiment permis de savoir ce que je voulais faire. Ensuite, je me suis dirigée vers le Bachelor Chef de projet digital à l’ECV Digital, où je me suis positionnée sur le marketing. Cette année, je suis en master 1, toujours à l’ECV Digital. Depuis le BTS, je ne suis que des formations en alternance.

Pour quelles raisons ?

Pour le concret. Cette année, par exemple, je suis sur un rythme de quatre jours en entreprise, un jour à l’école, ça me permet d’appliquer tout de suite ce que j’apprends en cours. C’est plus cohérent d’apprendre des choses qui servent à l’instant T. Et puis l’alternance est un plus pour l’insertion professionnelle. On gagne en expérience, on prend confiance en ses capacités au fur et à mesure. À la fin du contrat, on est apte et on n’a pas de problème pour trouver une société et s’y insérer.

L’alternance sert aussi à être rémunéré et à gagner en indépendance. Qui dit indépendance financière dit indépendance sur tout le reste. On grandit plus vite. Devoir payer des factures et aller au bureau tous les jours, ça responsabilise.

Vous avez fait toute votre alternance au Crédit Mutuel ?

Non, j’ai commencé dans le secteur pharmaceutique sur un poste bilingue, un vrai challenge pour moi et c’est ce qui m’a plu. J’ai intégré le Crédit Mutuel en septembre 2020, toujours par goût du challenge. Il y a beaucoup d’idées reçues sur les établissements bancaires, donc forcément, quand on travaille dans le marketing, ça rend les missions plus stimulantes.

Pour l’anecdote, je n’étais pas cliente au Crédit Mutuel à la base. Mais je n’étais pas satisfaite de ma banque que je trouvais peu accessible, trop business et trop procédurière. J’ai donc commencé à m’intéresser au Crédit Mutuel, j’en avais l’image d’une banque proche de ses clients. Je dois avouer que j’ai été influencée par leurs pubs TV que je trouve très drôles [rires] !

Je n’ai pas été déçue, ici, tout le monde se tutoie, l’ambiance est chaleureuse. D’ailleurs, il y a peu de turn-over, ce n’est pas un hasard si les gens restent. Les alternants sont vraiment pris en considération, on a une journée d’intégration qui nous permet de nous rencontrer. Il y a beaucoup de jeunes, on a notre groupe Messenger, on s’organise des trucs. Par ailleurs, le Crédit Mutuel donne vraiment la possibilité de poursuivre son alternance sur un CDI, c’est un objectif motivant.

Parlez-nous de votre métier d’assistante chef de produit marketing bancaire.

J’assiste tous les chefs de produits du marché des particuliers. Il peut s’agir de produits de crédit, d’épargne, d’assurance, de tarif et de banque au quotidien. Le service Marketing construit un plan d’action commerciale et met en place les actions en fonction des stratégies de l’entreprise (faire une offre ou booster une offre existante, en monter une nouvelle…) et des données de ciblage. Nous pouvons mettre en place des actions correctrices ou de relance comme après le premier confinement. Idem pour les ciblages : nous choisissons des critères et le ciblage fait les extractions, suite à nos demandes.
Il faut alors mettre en place un plan d’action. En amont, mon rôle est de faire de la veille concurrentielle, de benchmarker. L’idée est de savoir comment se positionner et se différencier.

Mais je ne me limite plus aux études de marché. Je suis montée en compétence progressivement. Désormais, je suis amenée à prendre part aux actions commerciales, je suis force de proposition auprès du service Communication Marketing, qui s’occupe d’assurer la promotion de nos offres, je dresse les bilans des actions et je les présente aux chefs de produit et à la directrice du marché des particuliers.

Vous auriez un exemple autour d’un produit spécifique ?

Oui, prenons le prêt Études, par exemple. On va étudier la concurrence, ajuster les taux en fonction de la concurrence, mais aussi tenir compte de nos contraintes de refinancement qui changent chaque mois. Ces mises à jour permanentes des actions commerciales s’effectuent main dans la main avec le service Communication Marketing. En un mois, c’est bouclé et nos communications se retrouvent affichées dans les rues.

Comment voyez-vous la suite ?

Je vais déjà terminer mes études en poursuivant sur un master 2. Même si je suis en formation de marketing digital, j’aimerais rester dans l’univers du marketing produit en tant que chef de produit Crédit ou Assurance. Connaître son produit de A à Z, le promouvoir lors des actions commerciales, c’est vraiment quelque chose qui me plaît.

Human road Human road