Quel(s) cursus pour les métiers de la banque ? On vous répond

publié le 28 Janvier 2021
8 min

Tous les chemins mènent à une carrière dans la banque (ou presque) ! Il faut dire qu’avec la multitude de métiers proposés par le secteur, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les qualifications. Une condition toutefois : connaître a minima le secteur. C’est pourquoi il est vivement conseillé d’effectuer sa formation en alternance.

Il existe près de 300 métiers différents en établissement bancaire. On y trouve des métiers de la vente et de la relation client (conseiller particulier ou professionnel, gestionnaire de patrimoine, concepteur et conseiller en opérations et produits financiers, etc.), des métiers de traitement des opérations (gestionnaire de back-office, informaticien/chargé de qualité, spécialiste des opérations bancaires…), des métiers de la finance (analyste de crédit, analyste financier, trader, etc.), les nouveaux métiers de l’IT (data analyst, data scientist, spécialiste blockchain, spécialiste intelligence artificielle…) et, bien entendu, tous les métiers des fonctions support.

Misez sur l’alternance

Pour chaque profession, il y a un large choix de formations. Le plus important est l’expérience qu’on acquiert lors de son cursus. En ce sens, il est très important de privilégier une formation qui peut être réalisée en alternance. Par rapport à un stage, la longue durée de l’alternance permet de vraiment découvrir une profession et de monter progressivement en compétence. D’ailleurs, l’alternance a la cote auprès des banques, elle y fait bien souvent office de pré-recrutement. En 2019 ce sont 6 900[1] contrats d’alternance qui ont été signés dans le secteur.

Bac +2/bac +3, une porte d’entrée pour la banque de détail

Distinguons ici le BTS et le DUT. Le BTS s’adresse plutôt aux titulaires d’un bac technologique, mais accueille tout de même des étudiants issus des filières générales. Ce cursus est très professionnalisant et idéal pour exercer un premier poste de conseiller de clientèle pour particuliers.

Parmi ceux qui ressortent le plus, on trouve le BTS Banque conseiller de clientèle, bien entendu, mais aussi le BTS Comptabilité gestion et le BTS Gestion de PME pour acquérir les bases d’une bonne gestion. D’autres BTS préparent à un premier poste avec plus de responsabilités. C’est le cas du BTS Management commercial opérationnel, du BTS Négociation et digitalisation de la relation client, du BTS Commerce international à référentiel européen et du BTS Management de projets d’action commerciale.

Le DUT, quant à lui, qui deviendra le BUT (Bachelor Universitaire de Technologie) à la rentrée 2021, propose plus d’enseignements généraux et accueille davantage d’étudiants titulaires d’un bac général. Mais l’alternance y est tout de même fréquente. Plusieurs DUT se prêtent à une carrière en établissement bancaire : le DUT Gestion des entreprises et des administrations, le DUT Gestion administrative et commerciale, le DUT Carrières juridiques ou encore le DUT Techniques de commercialisation.

Enfin, il est possible d’effectuer des licences professionnelles spécialisées en banque et des licences d’économie-gestion, de droit et d’AES. Elles permettent également de basculer ensuite sur des masters professionnels.

La grande force du secteur bancaire, c’est de miser beaucoup sur la promotion interne via la formation de ses salariés. La formation continue représente en moyenne 4,5 %[2] de la masse salariale d’un établissement bancaire (contre 2 à 3 % dans le reste de l’économie). Au Crédit Mutuel, ce chiffre atteint même 5,5 % ! 97,2 % des salariés de la banque mutualiste bénéficient de formations[3].

Concrètement, cela signifie qu’il est possible d’évoluer rapidement d’un poste de conseiller de clientèle à des missions d’encadrement, puis à un poste de directeur d’agence.

Bac +4/bac +5, la voie royale pour les métiers plus techniques

Pour des postes commerciaux plus complexes, pour les métiers de traitement, les métiers de l’IT et bien entendu les métiers de la finance, un bac +4 ou bac +5 est un minimum. Ceci s’explique par la complexité des missions à exercer.

Un conseiller de clientèle pour professionnels s’adresse à la fois à des entreprises, des commerçants, des artisans et des professions libérales. Le conseiller en gestion de patrimoine s’occupe de clients ayant des ressources très importantes. Le responsable d’agence est tour à tour financier, gestionnaire, commercial et manager. Le spécialiste big data, blockchain ou intelligence artificielle mobilise des compétences techniques et intellectuelles de haut niveau. Quant aux spécialistes de la finance, ils doivent être à l’aise avec les mathématiques, tout savoir du fonctionnement d’une entreprise et maîtriser des produits financiers complexes.

Parmi les formations les plus adaptées, on trouve les masters Banque/finance, des Mastères spécialisés qui apportent une double compétence, les écoles spécialisées, des Masters of science, utiles pour maîtriser l’anglais à la perfection, les IEP et les Écoles Supérieures de Commerce, saluées pour leurs formations très polyvalentes, ainsi que les écoles d’ingénieurs, reconnues pour leurs enseignements matheux et analytiques.

5 métiers, 5 cursus à la loupe

Directeur d’agence

Deux options :

. Commencer en bas de l’échelle et capitaliser sur la promotion interne.
. Obtenir un diplôme d’école spécialisée, un magistère (banque, finance, assurances), un master (banque, droit, économie, gestion) ou un Mastère spécialisé banque et ingénierie financière. À noter quand même qu’on ne devient directeur d’agence qu’après une première expérience professionnelle réussie en banque.

Gérant de portefeuille

Le gérant de portefeuille optimise la valorisation des fonds des investisseurs et des institutions. Sa méthode ? Des placements efficaces !

Pour exercer ce métier, il convient d’être titulaire d’un bac +5 spécialisé dans la finance (école de commerce, école d’ingénieurs, master) ou d’un bac +6 (Mastère spécialisé banque et ingénierie financière).

Trader

Le téléphone collé à l’oreille, le trader vend et achète des actions et obligations en fonction de leurs cours. Objectif : réaliser des profits en très peu de temps.

Après le bac, l’idéal est d’entrer en école d’ingénieurs ou de commerce, voire de préparer un master complété par un Mastère spécialisé en finance.

Responsable du back-office

À l’arrière des salles de marchés ou des agences, le responsable du back-office organise le contrôle, le traitement et le suivi des opérations bancaires.

Pour exercer ce poste, il est utile d’opter pour un master Finance de marchés, techniques financières et bancaires, Finance internationale ou Management des opérations de marché. Il est également possible d’entrer en école de commerce pour obtenir un diplôme avec spécialisation en banque, finance de marchés ou finance internationale.

Spécialiste blockchain

La blockchain est une technologie infaillible qui sert à stocker et à échanger des informations de manière sécurisée, fiable et non modifiable. Une révolution pour le domaine bancaire, où les données et opérations sensibles sont monnaie courante.

Plusieurs formations permettent d’exercer des missions de spécialiste blockchain : master Informatique avec spécialisation blockchain, école d’ingénieurs, Mastère spécialisé blockchain, ou encore Master of Science blockchain, data et innovation.

[1]. Association Française des Banques (AFB), chiffre 2019
[2]. Association Française des Banques (AFB), chiffre 2019
[3] Crédit Mutuel, chiffres 2020