1. Cet étudiant malvoyant a remporté le prix Jeune Pousse du concours TousHanscène
Portrait

Cet étudiant malvoyant a remporté le prix Jeune Pousse du concours TousHanscène

Envoyer cet article à un ami
Kévin Girard, 20 ans, a joué son propre rôle d'étudiant malvoyant dans une vidéo à destination des jeunes handicapés. // © Photo fournie par le témoin
Kévin Girard, 20 ans, a joué son propre rôle d'étudiant malvoyant dans une vidéo à destination des jeunes handicapés. // © Photo fournie par le témoin

De son quotidien d’étudiant malvoyant, Kévin Girard, 20 ans, a fait une vidéo de 3 minutes, toute en humour et autodérision. Il a remporté le prix Jeune Pousse du concours TousHanscène 2016, dont le double objectif est d’encourager des collégiens et lycéens en situation de handicap à accéder aux études et de changer le regard du handicap dans les études supérieures.

"Ma vidéo de trois minutes vise à prouver aux jeunes handicapés qui ont 16-17 ans et veulent continuer leurs études qu'il faut y aller", résume Kévin Girard. À 20 ans, il a remporté le prix Jeune Pousse du concours de vidéo TousHanscène, à la fin mars.

En première année de BTS (brevet de technicien supérieur) assistant de gestion PMI-PME au lycée Thibaut-de-Champagne à Provins (77), Kévin joue son propre rôle : celui d'un étudiant malvoyant confronté à des situations fictives – tirées de faits réelsde son quotidien au lycée.

Filmée et montée par le proviseur adjoint de son lycée, cette vidéo lui a permis de traverser une période difficile. "Je n'ai pas d'AVS [auxiliaire de vie scolaire] et celle de mon ancien lycée, qui m'aidait parfois, est décédée au mois de décembre", relate-t-il. Kévin a accepté ce BTS "aveuglément !", plaisante-t-il, après un début d'année catastrophique en psychologie à l'université de Villetaneuse (93), où on ne l'a pas du tout aidé. "Pas si simple d'intégrer une filière dans laquelle il y a 'plein de visuels' et un ordinateur en braille qui ne permet pas de lire les fichiers Excel."

Kévin souhaite se former au doublage audiovisuel et devenir voix off. "Si incroyable que cela puisse paraître, ce n'est pas axé sur le visuel mais sur le timecode, assure-t-il. J'ai passé une audition et le directeur d'IMDA (Institut des métiers du doublage et de l'audiovisuel) à Boulogne-Billancourt (92) m'a dit de revenir quand je voulais. Cela coûte 1.900 €, mais je percevrai des aides financières du fait de mon handicap."