1. Olympiades internationales de chimie : comment la délégation française se prépare ?
Reportage

Olympiades internationales de chimie : comment la délégation française se prépare ?

Envoyer cet article à un ami
Les Olympiades internationales de la chimie sont un moyen pour les participants de développer leurs connaissances dans cette matière. // © Anne-Sophie Debled
Les Olympiades internationales de la chimie sont un moyen pour les participants de développer leurs connaissances dans cette matière. // © Anne-Sophie Debled

Paris accueille cette année la 51e édition des Olympiades internationales de chimie. Quatre-vingts pays du monde entier participent à cette compétition scientifique de haut niveau à destination des étudiants. Bienvenue dans les coulisses de la préparation des quatre membres de la délégation française.

Ils s’appellent Alexis, Dorian, Marceau et Valentine et ils vont représenter les couleurs de la France aux Olympiades internationales de chimie 2019. Cette épreuve se déroule du 21 au 30 juillet à l’ENCPB – lycée Pierre-Gilles-de-Gennes-à Paris. De la chimie des polymères à la chimie organique en passant par les réactions acido-basiques, ce domaine ne recèle plus beaucoup de secrets pour nos quatre jeunes français.

Valentine est étudiante en prépa BCPST (biologie, chimie, physique et sciences de la Terre), la seule membre de la délégation issue de cette filière scientifique. Les autres viennent de prépa PCSI (physique, chimie et sciences de l'ingénieur). La classe préparatoire scientifique dispose de plusieurs heures de cours de chimie par semaine mais l’enseignement peut varier en fonction de la filière.

Lire aussi : Qu'est-ce qui vous attend en prépa scientifique ?

Des cours de renforcement en chimie

Une véritable alchimie s’est formée entre ces quatre étudiants et le domaine de la chimie. Chacun d'eux ont suivi des cours supplémentaires avant de pouvoir être sélectionnés. Marceau a notamment suivi près de trois heures de cours le samedi après-midi pendant cinq mois. L’occasion, selon lui, "d’explorer un domaine à fond".

"Il fallait s’accrocher", concède Valentine, fière de représenter la gente féminine au concours. Un examen a permis de sélectionner vingt-quatre étudiants pour la phase suivante : une semaine de stage expérimental au lycée Galilée à Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine, en mai.

Les candidats lors du stage de préparation.  Crédit : Anne-Sophie Debled // © Anne-Sophie Debled
Les candidats lors du stage de préparation. Crédit : Anne-Sophie Debled // © Anne-Sophie Debled

Une semaine de découverte et d’apprentissage

Vingt-quatre jeunes pour seulement quatre places dans la délégation pour les Olympiades. Au programme de ce stage : de nombreuses heures de travaux pratiques avec des intervenants professionnels. "L’objectif est d’avoir une pratique parfaite", affirme Dorian.

Tous les étudiants ont saisi l’opportunité d’approfondir leurs connaissances en chimie, d’effectuer des expérimentations, de connaître les procédure à suivre. Les professionnels, eux, ont pu évaluer la qualité et la précision de leurs manipulations. Cette semaine était aussi l’occasion de visiter des établissements d’enseignement supérieur qui ont fait de la chimie une de leurs spécialités.

Si l’atmosphère était studieuse, Valentine a retrouvé un esprit "de colonie de vacances" au cours de ce stage. "Maintenant je ne sais pas si je suis vraiment prête. On a beaucoup de mal à réaliser", plaisante-elle.

Alexis, qui s'était déjà qualifié lors de la précédente édition disputée lors de son année de terminale, se félicite, lui, de faire partie des quatre finalistes. "J’avais les outils pour comprendre cette fois-ci", confirme-t-il.

Lire aussi : Sciences de l'ingénieur : ces petits génies inventent les outils de demain

Le stress monte

Si les cours sont officiellement terminés pour nos quatre étudiants, les vacances n’ont pas encore réellement commencé. Marceau profite de son temps libre pour préparer des exercices qu’il ne maîtrise pas encore tout à fait. Le stress commence aussi petit à petit à monter pour les candidats."Les Oympiades sont vraiment dans pas longtemps. Je ne voyais pas tellement la date arriver", déclare Dorian.

La délégation française s'est rendue à Lyon pour une semaine de préparation avant le début de la compétition. Les étudiants passeront en revue de nombreux corrigés d’exercice dans le but d’être fin prêts.

 Les quatre représentants français aux Olympiades de chimie (de gauche à droite en blouse blanche : Valentine, Marceau, Dorian et Alexis).   Crédit: Anne-Sophie Debled
Les quatre représentants français aux Olympiades de chimie (de gauche à droite en blouse blanche : Valentine, Marceau, Dorian et Alexis). Crédit: Anne-Sophie Debled

La chimie mise à l'honneur en France

Ces Olympiades internationales de chimie représentent pour eux une occasion unique de partager leur passion avec des jeunes venant des quatre continents. Les candidats pourront non seulement développer leurs connaissances en chimie mais aussi profiter de l’événement pour visiter Paris.

Lors de la compétition, les concurrents s'affronteront sur une épreuve théorique et une épreuve pratique réparties sur deux jours. Petite précision : les épreuves sont individuelles et un classement permettra aux participants de se situer lors de l’annonce des résultats.

La France a-t-elle des chances de gagner ? Les quatre étudiants demeurent confiants dans leur capacité de réussir mais voient surtout un moyen de vivre une semaine exceptionnelle auprès d’étudiants internationaux. La délégation chinoise se présente néanmoins comme un sérieux concurrent pour nos étudiants français.

Les Olympiades Internationales de chimie concluent une année scolaire 2018–2019 qui avait été déclarée par le gouvernement comme "l’année de la chimie, de l’école à l’université". Plusieurs actions éducatives ont été menées sur tout le territoire, dans les établissements scolaires et de l’enseignement supérieur, ainsi que dans les lieux de culture scientifique, dans l’objectif de promouvoir et mettre en valeur auprès des jeunes élèves et étudiants l’importance de la chimie.