1. La prépa ATS : un tremplin pour les BTS et DUT qui visent une école d'ingénieurs
Décryptage

La prépa ATS : un tremplin pour les BTS et DUT qui visent une école d'ingénieurs

Envoyer cet article à un ami
Après un BTS ou un DUT, la prépa ATS vous permet de viser plus haut : une école d'ingénieurs. // © Stephane AUDRAS/REA
Après un BTS ou un DUT, la prépa ATS vous permet de viser plus haut : une école d'ingénieurs. // © Stephane AUDRAS/REA

Passerelle pour accéder en école d'ingénieurs, la prépa "ATS" (adaptation technicien supérieur) permet aux DUT et BTS de s'offrir les meilleures chances de réussite aux concours. Au prix d'un an d'efforts (presque) toujours payants.

Connaissez-vous la prépa ATS ? Cette classe d'"adaptation technicien supérieur" propose aux titulaires d'un DUT (diplôme universitaire de technologie) ou d'un BTS (brevet de technicien supérieur) une remise à niveau scientifique en un an. Objectif : intégrer une école d'ingénieurs. Moins connue du grand public que les prépas "classiques", cette année passerelle affiche pourtant un taux de réussite loin d'être négligeable.

Selon votre filière, vous pourrez suivre une prépa ATS ingénierie industrielle ou une prépa ATS biologie. La première accueille des BTS et des DUT du secteur industriel et les prépare à l’entrée dans les écoles d’ingénieurs (Arts et Métiers ParisTech, ENSEA, etc.). Trente-neuf établissements disposent actuellement d’une prépa ATS ingénierie industrielle.

Lire aussi : Classement 2018 des écoles d'ingénieurs : le top 10 pour entrer par les admissions parallèles

La prépa ATS biologie est quant à elle réservée aux titulaires de BTSA (BTS agricole), du BTSM (BTS maritime) spécialité pêche et gestion de l'environnement marin, ou de BTS et DUT proches d’une spécialité agricole ou agroalimentaire, qui visent les concours de la banque agro-véto. Cette prépa est proposée dans 12 lycées.

Il existe aussi, dans une moindre mesure, des classes ATS métiers de la chimie ou génie civil, pouvant conduire les titulaires d'un bac+2 vers une école d'ingénieurs spécialisée.

Publiques (sauf quelques exceptions), les différentes classes prépa ATS sont gratuites, conditionnées seulement au versement des droits d'inscription liés à la double inscription à l'université à hauteur d'environ 200 €.

Objectifs : réussir les concours puis les études d'ingénieur

Durant votre année de préparation, vous connaîtrez un emploi du temps chargé, largement tourné vers les matières scientifiques. Comptez une dizaine d'heures de mathématiques en cours et en TD (travaux dirigés) et des approfondissements en fonction des différentes spécialités de classe ATS.

"Le but, c'est de se présenter aux concours, les réussir et être à l'aise dans les écoles ingénieurs", explique Annie Leuridan, professeure en classe prépa ATS au lycée Livet à Nantes (44).

Des cours de français, de langue, et d'EPS (éducation physique et sportive) sont également à suivre. S'il faut rattraper les connaissances scientifiques théoriques des étudiants passés par une prépa classique, les étudiants d'ATS doivent également atteindre un niveau d'expression écrite et orale équivalent.

Les écoles d'ingénieurs recrutent déjà sur dossier ou sur concours spécifique (banque d’épreuves BTS-DUT, banque agro-veto des concours B et C, procédures en réseau, etc.) les diplômés de BTS et DUT, "mais leur taux d'échec une fois dans l'école est important, assure Sébastien Gergadier, président de l'UPSTI (Union des professeurs de sciences et techniques industrielles). Le fait de passer par l'ATS permet de rattraper toutes les disciplines suivies".

Les BTS et DUT, davantage tournés vers la pratique que la théorie, rattrapent ainsi l'écart de culture générale et certaines méthodes de travail.

Être motivé et prêt à évoluer

Si les classes ATS acceptent souvent les dossiers des "premiers" de promo, ces prépas cherchent avant tout des étudiants motivés. "En BTS, un élève qui affiche 12 ou 13/20 de moyenne générale, avec des notes plutôt homogènes, a toutes ses chances, assure Sébastien Gergadier. Un tiers environ des étudiants ATS affiche une mention passable ou assez bien. J'ai moi-même intégré une prépa ATS alors que mes notes étaient modestes en BTS, et je n'ai pas démérité par la suite." En effet, puisque Sébastien Gergadier est aujourd'hui titulaire d'un diplôme d'ingénieur de l'INSA Strasbourg et d'une agrégation en génie électrique.

Lire aussi : Le palmarès 2018 des prépas scientifiques : quelle CPGE pour vous ?

Les responsables de classes ATS ne cherchent absolument pas des bourreaux du bachotage et des orateurs amoureux des "khôlles". L'objectif de recrutement est d'apprendre aux ex-BTS et DUT à se "mettre au travail". "On fait les choses plus ou moins bien pendant ses études. Ce qui nous intéresse, c'est la capacité d'évolution", explique Sébastien Gergadier. De bonnes appréciations obtenues durant les études vont jouer en votre faveur, surtout quand elles montrent une progression et une volonté de s'améliorer.

Des "interros" écrites mais aussi orales, sous forme de "khôlles", sont réalisées chaque semaine. L'année, difficile, requiert deux heures de travail personnel par jour et quatre à cinq heures le week-end. Mais pas question de mettre fin à votre vie sportive, artistique ou sociale pour autant. "On explique aussi qu'il faut profiter des week-ends et des vacances pour voir ses amis, prévoir du temps pour se relâcher et s'aérer la tête. Il faut réorganiser son temps pour continuer ses activités."

Plus de places offertes aux concours que de candidats

Qu'importe votre profil : si vous suivez une classe ATS, de nombreuses écoles d'ingénieurs vous sont accessibles. Les étudiants, qui ont pour une bonne part suivi un BTS mécanique ou électrotechnique, se tourneront plus naturellement vers les diplômes de génie mécanique, comme à Arts et Métiers ParisTech (l'une des écoles les plus prisées), l'ICAM ou une ECAM.

Mais la force de la remise à niveau d'une classe ATS permet de réussir les concours, puis ses études dans des parcours plus classiques d'ingénieur généraliste, comme le réseau Polytech ou le groupe ENI. Il est également possible de débuter ses études avec un BTS agricole et, suite à la prépa, intégrer une des écoles centrales.

Le redoublement est impossible, sauf cas exceptionnel. Mais pas d'inquiétude, rassure Annie Leuridan : "Il y a beaucoup plus de places disponibles dans les écoles pour les BTS et DUT que de candidats, que ce soit via les concours ou les admissions parallèles. Même constat pour le concours ATS."

Le dernier rapport du jury du concours réservé à la prépa le confirme : très bonne réussite aux écrits, davantage d'appelés aux oraux que de candidats qui s'y présentent et, au final, plus de places offertes par les écoles que de candidats.