1. Brevet 2018 : les correcteurs vont être souples pour la dictée
Décryptage

Brevet 2018 : les correcteurs vont être souples pour la dictée

Envoyer cet article à un ami
Une correction de la dictée tout en souplesse. // © plainpicture/ballyscanlon
Une correction de la dictée tout en souplesse. // © plainpicture/ballyscanlon

L'Etudiant s'est procuré les consignes de correction qu'ont reçues les enseignants pour l'épreuve de français, et notamment pour la dictée. Celles-ci sont plutôt bienveillantes.

Vous avez mal écrit "disposât" à la dictée de l'épreuve de français du brevet 2018 ? Pas d'inquiétude : cela ne sera pas comptabilisé comme une faute. En effet, le ministère de l'Éducation nationale a indiqué aux correcteurs, dans les consignes de correction, que "l'erreur sur "disposât" sera neutralisée". Mieux : si vous l'avez bien orthographié, vous glanerez un point supplémentaire, alors que la correction de la dictée fonctionne normalement en ôtant des points.

Extrait des consignes données aux correcteurs du brevet de français // © Capture d'écran
Extrait des consignes données aux correcteurs du brevet de français // © Capture d'écran

Les consignes données indiquent également que sera acceptée l'écriture "ce n'était" alors que le texte l'écrivait "ce n'étaient". "S'assoir" sera aussi toléré, d'après les nouvelles règles orthographiques de 1990, alors que le texte l'écrivait "s'asseoir".

L'intro et la conclusion : bien mais pas obligatoires

Une autre consigne de correction qui peut surprendre concerne le sujet de réflexion. Ainsi, une introduction et une conclusion ne sont pas forcément attendues, alors que les professeurs de français enseignent généralement cette méthode : "Les attentes en la matière ne doivent pas être formalistes", est-il indiqué.
Enfin, globalement, les consignes indiquent que seront valorisées les "très bonnes réponses" : cela pourra vous rapporter un point supplémentaire par question, pour un maximum de quatre points au total. Attention toutefois : ces consignes nationales peuvent être modifiées au niveau académique.