1. Métiers de l’Internet : se former au Web dans les écoles d’ingénieurs
Boîte à outils

Métiers de l’Internet : se former au Web dans les écoles d’ingénieurs

Envoyer cet article à un ami
Si toutes les écoles d’ingénieurs forment à l’informatique et aux réseaux, trois formations sont dédiées aux nouvelles technologies. // © EPITA
Si toutes les écoles d’ingénieurs forment à l’informatique et aux réseaux, trois formations sont dédiées aux nouvelles technologies. // © EPITA

Toutes les écoles d’ingénieurs dispensent peu ou prou une formation à l’informatique et aux réseaux. Trois formations, plus spécifiquement dédiées aux nouvelles technologies, ont été sélectionnées par Jean-Michel Oullion, auteur du guide Les métiers d’Internet, publié aux éditions l’Etudiant. Extraits.

Les écoles présentées ici sont Télécom Lille 1, l'École pour l'informatique et les techniques avancées, l'école 42 et l'UFR lettres, arts, communication et technologies de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée.

Télécom Lille 1 : sciences de gestion et de management

Née en 1990, Télécom Lille 1 délivre un diplôme d'ingénieur en sciences et technologies de l'information et de la communication. Les ingénieurs formés y bénéficient d'une ouverture vers les sciences de gestion et de management.

Les études durent cinq ans et se déroulent en alternance : les étudiants passent donc 40 % de leur temps sur le terrain. La formation est ouverte sur concours (dossier, épreuves écrites et entretien) aux bacheliers S et STI.

L'EPITA : une formation très large

Bien que le diplôme délivré par l'EPITA (École pour l'informatique et les techniques avancées) ne soit pas reconnu par la Commission des titres d'ingénieur, l'école jouit d'une bonne réputation. Elle a été l'une des premières en France, en 1997, à lancer une spécialisation multimédia dans le cadre de son cursus.

Au programme : une formation très large sur cinq ans couvrant aussi bien les technologies de base que le volet infographie, le traitement du signal, les réseaux, les télécoms, la documentation intelligente ou encore un enseignement général sur les facettes d'Internet. Au lendemain de l’obtention de leur diplôme, 98 % des diplômés de la promotion 2011 étaient intégrés en entreprise, dont 70 % dans l’entreprise où ils ont effectué leur stage.

L’école 42 : gratuite !

Le fondateur de l'école 42, Xavier Niel, a aussi créé Free. Autant dire qu’il voit les choses en grand. Pour cette école, qui ouvre ses portes en novembre 2013 dans le 17e arrondissement à Paris, ce n’est pas moins de 1.000 étudiants qui seront recrutés par promotion ! Le nom de l’école, 42, fait référence au roman Le Guide du Voyageur Galactique de Douglas Adams, dans lequel le nombre 42 est la réponse aux grandes questions de l’univers.

S’appuyant sur son slogan "Born to Code", l’école 42 vise à former en trois ans des jeunes de 18 à 30 ans sans diplôme aux métiers de développeur ou de responsable avec un niveau analogue à celui des diplômés issu de l’enseignement privé payant. Car, différence de taille, l’école 42 est gratuite (une première pour une école informatique) puisque la fondation Free en assure le financement.

L’école ne délivre pas de diplôme reconnu par l’État, mais propose des enseignements très pragmatiques s’appuyant sur des projets collaboratifs. Pour postuler, les candidats doivent d’abord franchir une présélection sur Internet avant de passer d’autres épreuves au siège de Free, à Paris. (Lire aussi : Recrutement à l'école 42 : une plongée dans la "piscine").

L'IMAC à Marne-la Vallée

Au sein de l'université de Paris-Est Marne-la-Vallée, l’école publique IMAC délivre le diplôme d’ingénieur du même nom (Image, multimédia, audiovisuel et communication).

Les études, d’une durée de trois ans au niveau bac+2, s’adressent à un public hétérogène d’une cinquantaine d’étudiants par promotion : les diplômes les plus représentés sont scientifiques (classes prépa, DUT Informatique, DUT SRC…) et artistiques (BTS communication visuelle, BTS audiovisuel, licence cinéma).

L’esprit est de former des ingénieurs créatifs. Les enseignements s’organisent autour de trois dominantes : informatique et mathématiques, multimédia et audiovisuel, culture de l'entreprise et gestion de projet.

Lors des deux dernières années, les étudiants effectuent obligatoirement deux stages. Selon l’école, 97 % des diplômés sont embauchés six mois après leur scolarité, au salaire moyen de 31.000 € par an.

En savoir plus

Peut-on travailler sur Internet après une formation courte ?
Existe-t-il des écoles spécialement dédiées à Internet ?
Métiers du Web : en dehors des écoles Internet, quelle autre école envisager ?
Se former à Internet à la fac, c'est possible ?

À lire
Nouvelles écoles de l’Internet : la bonne stratégie pour travailler dans le Web ?
Informatique high tech : le banc d’essai des sites d’emploi
Des geeks qui ont fait fortune grâce au Web

Les métiers du Web
Les nouveaux métiers du Web
Community manager, un nouveau métier pour le web 2.0
Le community management : un nouvel eldorado pour les jeunes diplômés ?
Les fiches métiers sur le secteur Web/informatique/télécom

Témoignages
- Zoom sur le métier de chef de projet Web
- Le métier de community manager en vidéo