Parfum : les études, les métiers, les débouchés

Par Clément Rocher, publié le 12 Novembre 2021
5 min

Le monde du parfum reste pour beaucoup énigmatique. Il n'empêche que de nombreux jeunes envisagent, chaque année, de rejoindre ce secteur professionnel. Quelles sont les études pour se former à ce domaine de niche et bien souvent de passion ? Quels sont les métiers et débouchés dans le parfum ? Découverte d'un domaine notamment lié à la chimie.

L’industrie française des cosmétiques et du parfum jouit d'une excellente réputation dans l'Hexagone mais aussi à l'international. Il existe plusieurs itinéraires de formation pour intégrer ce monde professionnel et les perspectives d'avenir sont nombreuses.

Lire aussi

Des formations spécialisées dans le domaine du parfum

On trouve des formations courtes pour travailler dans le monde du parfum. C'est le cas du BTS MECP – Métiers de l’esthétique, cosmétique, parfumerie (bac+2), à l'issue duquel les diplômés maîtrisent les soins esthétiques et les techniques de commercialisation des produits et des services.

Les écoles spécialisées couvrent l'ensemble des métiers de l'industrie du parfum. L'ESP (École Supérieure du Parfum), présente sur deux campus à Paris et à Grasse (Alpes-Maritimes), propose des cursus complets et transversaux pour maîtriser l'art subtil du parfum, de l’extraction des matières premières au marketing.

L'ISIPCA (Institut Supérieur International du Parfum, de la Cosmétique et de l'Aromatique Alimentaire), situé à Versailles, propose des programmes spécialisés dans la parfumerie.

"Il faut être passionné par les odeurs et aimer la polyvalence. Nos programmes nécessitent une curiosité d'esprit et beaucoup de créativité. Cela demande aussi d'avoir une certaine rigueur scientifique et de ne pas se montrer réfractaire à la chimie", explique Chantal Artignan, directrice de l’École Supérieure du Parfum.

Lire aussi

Des école d'ingénieurs en chimie ou un cursus universitaire pour se spécialiser en parfum

Les écoles françaises d'ingénieurs de chimie, rassemblées au sein de la Fédération Gay-Lussac, préparent notamment les étudiants à exercer dans le domaine de formulation au sein de maisons de parfums ou d'entreprises des cosmétiques. Les écoles nationales supérieures de chimie (ENSC) comme des écoles d'ingénieurs spécialisées en chimie telles ESCOM ou ITECH, proposent des majeures dédiées à la chimie des formulations avec des applications et des débouchés dans les cosmétiques et les parfums.

Kevin Neilde est enseignant en formulation à l’ESCOM. Parmi les qualités requises pour réussir dans ces études d'ingénieurs en chimie de la formulation, en plus des compétences techniques, il souligne l’importance de bien "savoir rassembler les informations et d’avoir une bonne capacité d’analyse."

Il est par ailleurs possible de se diriger vers des cursus universitaires à bac+5. Ainsi, l'Université du Havre propose un master chimie arômes, parfums, cosmétiques (ARPAC) et celle de Montpellier un master ingénierie des cosmétiques arômes et parfums (ICAP).

Lire aussi

Parfums et cosmétiques, du "nez" au pro du marketing, un large horizon professionnel

Les étudiants de l’École Supérieure du Parfum ont la possibilité de partir en stage à l'international. Et près de 35% des diplômés de l'école prennent la décision de travailler à l'étranger. "Le marché des parfums est international et nos étudiants sont très prisés", convient Chantal Artignan.

A l'issue de la formation, les jeunes diplômés maîtrisent l’ensemble du spectre de création, de production et de distribution qui marque la naissance et le lancement d’un parfum. Kevin Neilde explique ainsi que les jeunes ingénieurs seront en interaction permanente avec d’autres spécialistes, aussi bien avec ceux du marketing que les fournisseurs de matière première.

On retrouve une dizaine de domaines professionnels dans le monde de la parfumerie : création de parfums, production-qualité-contrôle et environnement, marketing et vente. Ces métiers sont ouverts à des profils formés de bac+2 à bac+5, du technicien à l'ingénieur.

La création de parfum demande beaucoup de persévérance et de talent, et les places sont rares pour devenir "nez". Ainsi, un grand nombre de diplômés choisissent de se diriger vers l'industrie agroalimentaire ou bien de la parapharmacie, domaines dans lesquels les compétences en formulation et création de saveurs ou odeurs sont tout aussi recherchées.

Articles les plus lus

A la Une écoles spécialisées

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !