Enquête santé : un tiers des étudiants victimes de violences ou de discriminations

Par Pauline Bluteau, publié le 27 Août 2019
2 min

INFOGRAPHIES. En plus du stress, du manque de sommeil et de concentration dû aux écrans, 35 % des étudiants seraient victimes de violences et de discriminations, notamment sur les réseaux sociaux. C’est en tout cas ce que révèle l’enquête Opinionway pour la mutuelle étudiante Heyme (ex-SMEREP).

Près de huit étudiants sur dix se considèrent en bonne santé et se disent satisfaits de leur vie étudiante. Mais à quel prix ? Entre des conditions de vie pas toujours optimales (65 % sont en difficulté financière), une alimentation peu équilibrée (94 % des étudiants grignotent entre les repas) et l’utilisation de produits psychoactifs pour décompresser, difficile d’évaluer le nombre d'étudiants en bonne santé.

Des violences verbales et psychologiques

Cette année, la nouvelle mutuelle étudiante Heyme a décidé de faire le point sur un autre sujet de société : les violences et les discriminations subies par les 16–28 ans. Résultat : un tiers d’entre eux en ont déjà été victimes depuis qu’ils sont étudiants.

Loading...

Loading…

Lire aussi

Des réseaux sociaux omniprésents

Outre les violences, les étudiants souffriraient également d’un manque de sommeil et de concentration dû en partie à l’utilisation de leur téléphone. Deux étudiants sur cinq se disent incapables de ne pas consulter les réseaux sociaux pendant une journée. Bien conscients que leur santé numérique ne doit pas être négligée, étudiants et lycéens attendent d’ailleurs une meilleure prévention en matière de nouvelles technologies.

Loading...

Loading…

Articles les plus lus

Nos sélections d'offres de jobs étudiants

A la Une santé étudiante

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !