1. Santé : au revoir la SMEREP, bonjour HEYME, la nouvelle mutuelle pour les étudiants
En bref

Santé : au revoir la SMEREP, bonjour HEYME, la nouvelle mutuelle pour les étudiants

Envoyer cet article à un ami
HEYME, la nouvelle mutuelle étudiante née de la fusion entre la MEP et la SMEREP. // © Fotolia
HEYME, la nouvelle mutuelle étudiante née de la fusion entre la MEP et la SMEREP. // © Fotolia

Depuis le 1er septembre 2019, la Sécurité sociale étudiante n'existe plus. Les anciens organismes, bien connus sous le nom de SMEREP ou MEP, deviennent la première mutuelle dédiée aux jeunes : HEYME. Qu’est-ce que cela va changer pour vous ? L’Etudiant fait le point.

C'est désormais officiel : depuis la rentrée 2019, tous les étudiants sont obligatoirement affiliés au régime général de la Sécurité sociale, soit a priori celui de leurs parents. Mais ce n’est pas tout, en juin dernier, il y a également eu du changement du côté des mutuelles. La SMEREP et la MEP, connues en tant qu’organismes de Sécurité sociale sont devenues la première mutuelle de France dédiée exclusivement aux 16–35 ans (75.000 adhérents). Son nom : HEYME. "On avait envie d’interpeller et de marquer cette volonté d’appartenance des jeunes", explique Hadrien Le Roux, président de la SMEREP.

Désormais, les deux assureurs se concentrent donc uniquement sur leurs offres de complémentaires santé. Si elles ne sont pas obligatoires, elles sont pourtant vivement recommandées pour être mieux remboursé. La nouvelle mutuelle est disponible depuis juillet 2019. Seul critère pour y adhérer : celui de l’âge, à savoir, avoir entre 16 et 35 ans. "Nous assurons majoritairement des étudiants, mais cela concerne aussi les jeunes free-lance ou auto-entrepreneurs", assure le président de la SMEREP.

Ce qui change pour les étudiants

En réalité, cela n'a pas d'impact pour les étudiants déjà inscrits à la SMEREP ou à la MEP pour l'année 2018–2019. Votre contrat est reconduit tacitement chaque année au 1er septembre. "Pour eux, cela ne changera rien, mais pour nous ils feront désormais partie d’HEYME", détaille Benjamin Biale, directeur général de la SMEREP et de la MEP. Inutile donc de résilier pour passer de la SMEREP à HEYME par exemple, le résultat sera le même.

Lire aussi : Santé étudiante : ce qui vous est remboursé (ou non) par la Sécurité sociale

Mais attention, les offres ne sont pas tout à fait les mêmes. Pour la MEP, le tarif minimum était de 6 € et de 8 € pour la SMEREP. À HEYME, les offres oscillent entre 9,90 € et 39,90 € par mois. "Tout dépend du budget et des besoins des étudiants", confirme Hadrien Le Roux. Si vous n'avez pas encore choisi, regardez bien quelles sont vos garanties. Notamment si vous avez besoin d’être couvert lors d’un séjour à l’étranger ou d’un stage.

Prévenir plutôt que guérir

Conscients que les jeunes n’ont pas le temps, l’argent et l’envie de se préoccuper de leur santé, les porte-paroles d’HEYME estiment mettre tout en œuvre pour limiter les comportements à risques des jeunes. "Nous allons poursuivre les actions sur les campus et dans les lycées pour faire de la prévention autour des soirées d’intégration, du stress, du sommeil, de l’alimentation, du sport mais aussi de tout ce qui concerne les éco-gestes, la prévention en matière de cyberharcèlement, la lutte contre les préjugés…", détaille Benjamin Biale.

La mutuelle a également développé un partenariat avec Médecin Direct, un service de téléconsultation, pour faciliter les démarches des étudiants, avoir des conseils et des prescriptions plus rapidement.