1. Télécoms : quels métiers recrutent en alternance ?
Décryptage

Télécoms : quels métiers recrutent en alternance ?

Envoyer cet article à un ami
Dans les télécoms, côté technique, les niveaux de qualification appréciés vont du bac+2/3 au diplôme d'ingénieur. // © Sébastien Ortola/REA
Dans les télécoms, côté technique, les niveaux de qualification appréciés vont du bac+2/3 au diplôme d'ingénieur. // © Sébastien Ortola/REA

Le secteur des télécoms se caractérise par le jeune âge de ses salariés – les moins de 35 ans représentent 26 % des effectifs –, mais aussi par sa forte valeur ajoutée et sa haute technicité : on recense aujourd’hui 63 % d’ingénieurs et de cadres.

Quels métiers ? Quels diplômes ?

Conseiller clientèle grand public à distance ou dans les points de vente, ingénieur commercial entreprises, chef de marché, chef de projet déploiement, technicien maintenance, architecte réseaux, ingénieur de recherche... Les télécoms sont constituées de métiers variés, qui vont de la relation commerciale à la recherche et développement, en passant par les fonctions techniques. De ce fait, les diplômes permettant de commencer sa carrière dans le secteur sont de tous niveaux.

Dans le domaine de la relation client, tous les recruteurs apprécient les formations de niveau bac+2 orientées vente, qu'il s'agisse du BTS NRC (négociation et relation client), du BTS MUC (management des unités commerciales) ou du DUT (diplôme universitaire de technologie) techniques de commercialisation. Des diplômes permettant de débuter comme conseiller clientèle grand public, puis d'évoluer vers des postes de conseiller clientèle entreprises ou de coordinateur d'équipe. Pour les fonctions marketing, les entreprises apprécient les diplômes d'écoles de commerce et de management.

À lire aussi : Les métiers de l'informatique, des télécoms et du Web

Côté technique, les niveaux de qualification appréciés vont de bac+2/3 (DUT et licence pro réseaux et télécommunications, par exemple), à des diplômes d'ingénieur spécialisé dans la conception de réseaux, l'exploitation, la sécurité, ou encore la réglementation, voire à des Mastères Spécialisés. Bref, le spectre est large.

Les perspectives de recrutement en alternance

Opérateurs de télécoms, fournisseurs d'accès Internet, câblo-opérateurs, sociétés de gestion des réseaux optiques, centres d'appels... Tels sont les principaux acteurs du secteur.
Les entreprises accueillent aujourd'hui près de 2.000 étudiants en contrat de professionnalisation par an et plus de 2.000 en contrat d'apprentissage, dont le tiers prépare un diplôme à bac+4 ou plus. Au cœur des transformations technologiques et des usages de la révolution numérique, les spécialisations dans l'analyse de données ou la sécurité des réseaux sont particulièrement prisées par les recruteurs. Une opportunité pour les titulaires d'un BTS ou d'un DUT dans un domaine technique de poursuivre leurs études vers un diplôme d'ingénieur. De plus en plus d'écoles du secteur offrent la possibilité d'obtenir son diplôme par le biais de l'apprentissage.

Laurence Berthonneau, secrétaire générale de l'Unetel-RST (Union nationale des entreprises de télécommunications, de réseaux et de services en télécommunications)

"Si les entreprises se montrent prudentes sur leurs intentions de recrutement, il y a néanmoins un flux régulier d'embauches, notamment par le biais de l'alternance, pour des postes de chargé de relation client, de technicien réseaux, de commercial BtoB ou encore d'ingénieur réseaux."

Où se renseigner ?

• L'Observatoire des métiers des télécommunications propose des informations sur les métiers du secteur, ainsi que des études prospectives sur leurs évolutions.
• Actualités, données économiques, innovations, évolutions des usages... Le site de la Fédération française des télécoms permet d'en savoir plus sur le secteur et les acteurs qui le composent.