1. Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs de sciences de la vie et de la Terre
Bancs d’essai

Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs de sciences de la vie et de la Terre

Envoyer cet article à un ami
L'université Grenoble Alpes arrive en tête de ce classement de l'insertion après un master de SVT. // © Francois HENRY/REA
L'université Grenoble Alpes arrive en tête de ce classement de l'insertion après un master de SVT. // © Francois HENRY/REA

TABLEAUX. Découvrez les facs qui assurent la meilleure insertion après un master SVT, grâce à notre enquête basée sur les chiffres de l’Éducation nationale

Les titulaires de master SVT connaissent une insertion en demi-teinte, selon les chiffres de l'Éducation nationale qui servent de base à notre enquête. 30 mois après leur sortie de l’université, ils sont 85 % à avoir un emploi dont 95 % à temps plein. Mais seuls 59 % occupent un emploi stable et 60 % sont cadres. Une situation qui se reflète aussi sur leur rémunération, puisque le salaire médian net s’élève à 1.710 € par mois… soit près de 400 € de moins que les titulaires d’un master sciences de l’ingénieur.

54 universités proposent la spécialité SVT en master. Mais le nombre ou la part de répondants étant souvent insuffisant, le ministère ne publie les résultats que pour 22 d’entre elles.

Lire aussi : Université : le palmarès 2017 de la réussite en master

Grosses universités parisiennes et petites facs de province

C’est l’université Grenoble-Alpes qui se place en tête de ce classement. Issue de la fusion des trois facs grenobloises, Grenoble-Alpes propose, au sein de son pôle sciences, technologie, santé, plusieurs spécialités SVT, dont sciences de la Terre et des planètes, environnement (7 parcours) ou master biodiversité, écologie, évolution (2 parcours).

Deuxième, la prestigieuse université Paris-Sud permet de suivre de nombreux masters SVT dont agrosciences, environnement, territoires, paysage, forêts ou bioinformatique. Enfin Lyon 1-Claude Bernard, à la 3e place, possède également un important pôle sciences, technologie, santé, avec, par exemple, des masters sciences de l'océan, de l'atmosphère et du climat ou biologie végétale…

Toutes les universités au-dessus de la 10e place obtiennent des résultats supérieurs à la moyenne. Parmi elles, on trouve un établissement scientifique parisien, l’UPMC. Mais aussi des universités multidisciplinaires de taille modeste, comme Limoges, Nice ou Poitiers.

Lire aussi :
- Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs de droit
- Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs de psychologie
- Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs de gestion
- Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs d'info-com
- Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs en sciences de l'ingénieur

Si le tableau ne s'affiche pas, cliquez ici.

Méthodologie

L'enquête insertion 2017 du ministère de l'Éducation nationale porte sur l'emploi des diplômés 2013 de l'université, de nationalité française. Nous avons choisi de nous baser sur leur situation 30 mois après leur sortie de l'université.

Les universités suivantes avaient des effectifs de répondants trop faibles (moins de 30) ou un taux de réponse inférieur à 30 % pour que leurs résultats soient significatifs : Amiens, Antilles-Guyane, Artois, Avignon, Besançon, Bordeaux - Montaigne, Bretagne-Sud, Caen, Cergy-Pontoise, Chambéry, Clermont-Ferrand 1, Corse, Evry, La Réunion, Le Havre, Le Mans, Lille 2, Littoral, Mulhouse, Nantes, Nîmes, Orléans, Paris 13, Paris 7, Paris Descartes, Paris-Est Créteil, Pau, Perpignan, Saint-Etienne, Toulon, Tours, Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Source : MENESR / SIES / décembre 2016