1. Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs en sciences de l'ingénieur
Bancs d’essai

Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs en sciences de l'ingénieur

Envoyer cet article à un ami
Les sciences de l'ingénieur à l'UPMC : une formation sûre pour l'emploi. // © Camille Stromboni
Les sciences de l'ingénieur à l'UPMC : une formation sûre pour l'emploi. // © Camille Stromboni

TABLEAUX. Découvrez les universités qui affichent les meilleurs taux d'insertion professionnelle après un master sciences de l'ingénieur grâce à notre classement basé sur les données du ministère de l'Éducation nationale.

Question insertion, les titulaires d'un master sciences de l'ingénieur sont gâtés : 30 mois après leur sortie de l'université, 92 % sont en emploi, 86 % occupent un poste stable, 99 % travaillent à temps plein et 79 % sont cadres. Leur salaire médian reflète cette bonne situation, puisqu'il s'affiche à 2.100 € nets par mois... soit plus qu'un titulaire d'un master de gestion.

En France, si on compte des filières en sciences de l'ingénieur dans 46 universités, seules 19 ont récolté assez de réponses pour que le ministère de l'Éducation nationale juge leurs chiffres significatifs (les autres facs sont citées dans la méthodologie). Nous avons néanmoins choisi de publier leurs résultats pour informer les étudiants intéressés par cette spécialité.

Lire aussi : Université : le palmarès 2017 de la réussite en master

Paris 6 rivalise avec les meilleures écoles d'ingénieurs

L'UPMC-Paris 6 s'affirme comme la grande gagnante de ce palmarès, avec des résultats dignes des meilleures écoles d'ingénieurs. Son master SPI se décline en 10 spécialités allant de l'acoustique aux systèmes avancés et robotique.

Viennent ensuite, ex-aequo, les universités de Bordeaux et de Cergy-Pontoise. La première regroupe 650 élèves de master au sein de son unité sciences de l'ingénieur. La seconde possède un important département sciences et techniques. Celui-ci propose, par exemple, un master génie civil parcours bâtiment intelligent et efficacité énergétique. Mais tous les établissements jusqu'à la 10e place – Grenoble Alpes, Clermont 2, Bretagne Sud, Toulouse 3, Angers, Lorraine et Lyon 1 – se situent au-dessus de la moyenne.

Lire aussi :
- Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs de droit
- Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs de psychologie
- Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs de gestion
- Insertion après un master : le palmarès 2017 des facs d'info-com

Méthodologie

L'enquête insertion 2017 du ministère de l'Éducation nationale porte sur l'emploi des diplômés 2013 de l'université, de nationalité française. Nous avons choisi de nous baser sur leur situation 30 mois après leur sortie de l'université.

Les universités suivantes avaient des effectifs de répondants trop faibles (moins de 30) ou un taux de réponse inférieur à 30 % pour que leurs résultats soient significatifs : Amiens, Brest, Caen, Chambéry, Dijon, Institut national universitaire Jean-François Champollion, La Réunion, Le Havre, Le Mans, Limoges, Littoral-Côte d'Opale, Montpellier, Mulhouse, Orléans, Paris 11-Paris Sud, Paris 13-Paris Nord, Paris Ouest Nanterre La Défense, Paris-Est Créteil, Pau, Poitiers, Reims, Rennes 1, Rouen, Saint-Étienne, Tours, UTT, Valenciennes.

Source : MENESR / SIES / décembre 2016