1. Université : le palmarès 2017 de la réussite en licence
Décryptage

Université : le palmarès 2017 de la réussite en licence

Envoyer cet article à un ami
L'université d'Angers affiche l'un des meilleurs taux de réussite en licence. // © Virginie Bertereau
L'université d'Angers affiche l'un des meilleurs taux de réussite en licence. // © Virginie Bertereau

TABLEAUX. L'Etudiant a analysé les taux de réussite en licence des universités sur trois ans. Résultat ? Les facs gagnantes ne sont pas forcément les plus réputées...

Votre université fait-elle partie de celles qui font le mieux réussir en licence ? Une question cruciale quand on sait qu'en moyenne seuls 4 étudiants sur 10 obtiennent leur licence au bout de 3 ou 4 ans. Mais ce taux peut varier selon les pédagogies et les soutiens mis en place par chaque établissement.

Lire aussi : bac par bac, les licences à choisir... et celles à éviter

La prime aux petites universités de proximité

Les quatre universités gagnantes sont de petites structures : l'Institut national universitaire Champollion (aussi connu sous le nom de Centre universitaire de formation et de recherche Nord-Est Midi-Pyrénées) situé à Albi, Castres et Rodez. N'accueillant que 4.000 étudiants, dont 87 % en licence, sa devise est "Small is beautiful". L'université d'Angers ne compte que 21.900 étudiants, celle de Corse 3.700 et celle de Clermont 1-Blaise Pascal, 14.700.

Les résultats mitigés des facs parisiennes

Même si les universités de la capitale présentent plutôt de bons taux bruts de réussite, il existe de grandes disparités quant à leur valeur ajoutée. L'UPMC, l'UPEM, Versailles–Saint-Quentin et Nanterre, affichent de bons scores, malgré des structures très différentes. On compte ainsi 88 % de bacheliers S en licence à l'UPMC contre 52 % à Versailles–Saint-Quentin, Paris-Est Marne-la-Vallée n'accueille que 11.200 étudiants tandis que Nanterre en inscrit 31.000. À l'autre extrémité de notre classement, des facs comme Paris 2, Paris 3, Paris 11 et Paris 5 affichent des valeurs ajoutées... négatives !

Dans le bas de notre tableau, outre Lille 2 et Lille 3, on trouve Aix-Marseille et Strasbourg, deux universités qui se sont récemment restructurées et qui comptent respectivement 62.600 et 46.000 étudiants. Ces deux institutions, placées dans le top 500 du classement de Shanghai, prouvent que l'on peut être bon en recherche ... et moins bon en licence !

Si le tableau ne s'affiche pas, cliquez ici.

Méthodologie

Pour déterminer les universités faisant le mieux réussir en licence, impossible de se baser sur les taux bruts de réussite, aucune fac n’ayant la même population étudiante de départ.

Le ministère de l’Éducation calcule donc pour chaque université un taux de réussite attendu (ou taux estimé), en se basant sur des critères comme le bac obtenu par les étudiants, leur origine sociale… En le comparant au taux de réussite réel, il en déduit une "valeur ajoutée", qui est soit positive si la fac fait mieux qu’espéré, soit négative, si ces résultats sont moins bons que prévu.

Nous avons aussi préféré nous baser sur le passage de L1 en L2 au bout d’un an, plutôt que sur la réussite de la licence en 3 ou 4 ans. La raison ? Ce second indicateur ne prend pas en compte les élèves qui ont, par exemple, quitté la fac après la L2 pour intégrer une école d’ingénieurs non universitaire. Un inconvénient que n’a pas le passage de L1 en L2, où se concentre d’ailleurs la majorité des échecs en licence.

Source : Notes Flash Passage L1-L2 2014-2015, 2014-2015 et 2014-2015.