1. Stages : dis-moi ton niveau de formation, je te dirai combien tu vas gagner
Boîte à outils

Stages : dis-moi ton niveau de formation, je te dirai combien tu vas gagner

Envoyer cet article à un ami
Un stage sur deux donne lieu à gratification. // © plainpicture/Image Source/InStock
Un stage sur deux donne lieu à gratification. // © plainpicture/Image Source/InStock

Un tiers des étudiants a effectué un stage durant l'année universitaire 2014-2015, selon une étude publiée en octobre par le Ministère. Un stage sur deux donne lieu à une gratification. Découvrez les formations qui indemnisent le plus les stagiaires et celles qui paient le mieux.

Un stage sur deux donne lieu à gratification. C'est ce qui ressort de la note d'information du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche publiée en octobre 2016. Un étudiant sur trois (34 %) a effectué un stage durant l'année universitaire prise en compte (2014-2015). Sans surprise c'est dans les cursus fortement professionnalisants que la fréquence des stages est la plus répandue : 72 % des étudiants en écoles d'ingénieurs, 82 % des étudiants de licence professionnelle ou encore 63 % des étudiants de DUT ont ainsi effectué un stage. Ils ne sont que 15 % en licence générale.

Consulter toutes nos offres de stages

La fréquence des stages augmente aussi avec le nombre d'années d'études : par exemple en première année de licence générale, seuls 4 % des étudiants effectuent un stage alors qu'en deuxième année de master ils sont 54 %.


Étant donné que plus de la moitié des stages (56 %) durent plus de 2 mois, leur rémunération est obligatoire. L'indemnité minimum à verser est de 3,60 € de l'heure. Un stagiaire à temps plein a donc droit à un minimum de 554 € de gratification mensuelle.

Ceux qui touchent plus de 600 € par mois sont majoritairement les élèves ingénieurs de 3e année (61 %). À noter que les étudiants de master 2e année sont tout de même près d'un tiers (31 %) à toucher plus de 600 € d'indemnité.