1. Logement étudiant : visites, bail, état des lieux… préparez-vous !
Boîte à outils

Logement étudiant : visites, bail, état des lieux… préparez-vous !

Envoyer cet article à un ami
N'hésitez pas à vous faire accompagner par un parent ou un ami pour vos visites, à deux on remarque plus de choses à notifier. // © Fotolia
N'hésitez pas à vous faire accompagner par un parent ou un ami pour vos visites, à deux on remarque plus de choses à notifier. // © Fotolia

Le mot d’ordre pendant votre recherche d’appartement : soyez prudent et attentif à tout. Pendant les visites, au moment de la signature du bail ou de l’établissement de l’état des lieux, il faut tout vérifier jusqu’au moindre petit détail.

Ça y est, vous venez de repérer un logement qui vous plaît. Mais avant de pouvoir y poser vos valises, il vous reste quelques obstacles à franchir.

Une visite, ça ne s’improvise pas

Au moment de visiter un appartement chez un propriétaire privé ou lors d'un rendez-vous dans une agence immobilière, soyez prêt à dégainer un dossier de location complet, qui doit notamment comporter :
– une photocopie de votre pièce d’identité (carte d’identité, passeport ou carte de séjour pour les étudiants étrangers) ;
– une photocopie de votre carte d’étudiant ou, à défaut, d'un certificat de scolarité ;
– une photocopie de votre contrat de travail et de vos trois derniers bulletins de salaire (si vous êtes salarié) et/ou de ceux de vos garants (parents…) ;
– une photocopie de votre dernier avis d’imposition et/ou de celui de vos garants ;
– une lettre justifiant la prise en charge de vos garants avec leurs pièces d'identité et justificatifs de domicile ;
– une photocopie de la taxe foncière ou des impôts locaux si votre garant est propriétaire ;
– les éventuelles quittances de loyer de votre précédente location.

Lire aussi : Logement étudiant : toutes les clés pour trouver votre appart

La liste exhaustive des documents qu’un propriétaire peut exiger a été fixée par décret. À noter que tout document concernant votre compte bancaire est désormais interdit (RIB, relevés de comptes…).

Présentez votre dossier avec des photocopies classées dans une pochette plastifiée, en ayant vos originaux à portée de main. Enfin, soignez votre présentation. Face à des propriétaires qui craignent souvent de retrouver leur logement abîmé ou qui redoutent les loyers impayés, il vous faut, sinon les séduire, du moins les rassurer.

Ce qui doit figurer sur le bail

Vous êtes maintenant prêt à signer le bail. Veillez à ce qu’il soit établi à votre nom pour vous permettre de percevoir les aides de la CAF (Caisse d'allocations familiales). Bien sûr, lisez-le attentivement avant de signer. Il doit comprendre le nom et l’adresse du propriétaire, l'adresse du logement, la durée de location et la date d'entrée dans le logement, la description du logement et de ses annexes, l’énumération des parties communes, l’usage du logement, le montant et les termes de paiement du loyer, ainsi que les conditions de révision éventuelles et le montant du dépôt de garantie.

Lire aussi : Premier bail : tout ce que vous devez checker

Doivent également figurer la surface habitable (selon le mode de calcul de la loi Boutin), l'équipement d'accès aux technologies d'information et de communication, la nature et le montant des travaux effectués depuis la fin de la dernière location, le montant et la date du versement du dernier loyer acquitté par le précédent locataire. Dans le cas d'une colocation, le nom de tous les colocataires doit être inscrit sur le bail. Enfin, repérez les éventuelles clauses abusives.

L’état des lieux, un point clé

L'état des lieux, ce document qui décrit l’état de l’appartement à votre arrivée, doit être extrêmement précis. En cas de litige, c'est sur lui que s'appuiera le propriétaire pour étayer ses plaintes. Sachez qu'un logement se visite vide et en plein jour. Vérifiez les robinets, la chasse d’eau, les prises et les interrupteurs, les portes, les fenêtres, le chauffage électrique, les plaques électriques, etc. Indiquez toute trace de dégradation : trous dans les murs, usure des sols, état des fenêtres…

Lire aussi : État des lieux : 8 conseils pour ne pas se faire avoir

Pour être valable, l'état des lieux doit être signé par les deux parties : le propriétaire et le locataire. Avant de signer, vérifiez que tout a été noté. Une fois chez vous, si vous remarquez une dégradation non signalée, prévenez le propriétaire par lettre recommandée avec accusé de réception.

Pour les locations meublées, vous signerez un inventaire après avoir vérifié scrupuleusement l’état du mobilier, des appareils électroménagers et de la vaisselle. Si l’appartement est à rafraîchir et que vous proposez d’effectuer les travaux contre un mois de loyer, vous signerez un accord par écrit, en deux exemplaires.
Et voilà, vous n'avez plus qu'à emménager !