1. Sophie Ponçot et Sylvain Hamanaka opèrent dans une clinique juridique à la Sorbonne
Portrait

Sophie Ponçot et Sylvain Hamanaka opèrent dans une clinique juridique à la Sorbonne

Envoyer cet article à un ami
Sophie Ponçot  et Sylvain Hamanaka sont membres de la Clinique juridique de Paris. // © Jacques Graf/Divergence pour l'Etudiant
Sophie Ponçot et Sylvain Hamanaka sont membres de la Clinique juridique de Paris. // © Jacques Graf/Divergence pour l'Etudiant

ILS VONT FAIRE LA UNE. Étudiants en droit, Sophie et Sylvain ont mis leurs connaissances au service de la Clinique juridique de Paris. Cette association étudiante apporte des réponses aux personnes qui la sollicitent sur des questions de droit.

Sophie Ponçot, 23 ans, et Sylvain Hamanaka, 22 ans, étudiants en droit à Paris 1-Panthéon-Sorbonne, font partie de l’équipe qui gère la Clinique juridique de Paris. Cette association, créée en 2015, a pour but de "favoriser l’accès au droit, en permettant aux étudiants de pratiquer", explique Sophie, chargée de la communication.

Une équipe de 284 étudiants en droit

"Nous avons une gouvernance étudiante et indépendante de l’université, et des cabinets d’avocats", souligne Sylvain. Un choix qui rend parfois le développement difficile : "Nous n’avons pas de local, mais nous nouons progressivement des partenariats avec d’autres structures telles que France Terre d’asile, pour tenir des permanences."

Lire aussi : Tous les portraits des jeunes qui vont faire la une

Du droit des affaires aux droits des femmes, en passant par le droit social, les sujets sont variés. Les participants font attention à ne pas dépasser les limites de leur rôle : "Nous ne sommes pas des avocats, nous ne faisons pas de conseil. Nous décryptons le langage juridique et soumettons nos analyses", précise Sylvain.

Une pédagogie solidaire

Secrétaire général de l’association, Sylvain s’est découvert une passion pour "transmettre les connaissances en droit". En M1 (première année de master) de droit franco-allemand, il envisage d’effectuer une année de césure pour devenir attaché parlementaire en Allemagne. Quant à Sophie, en M1 justice, procès et procédures, elle a été précédemment présidente, chargée de communication de Genepi – association nationale étudiante œuvrant dans les prisons – au cours d’un service civique. Elle vise une carrière d’avocate pour "apporter une meilleure défense à ceux qui en ont besoin".

La Clinique juridique, récompensée par les concours de l’incubateur du barreau de Paris et Animafac (réseau d’associations étudiantes), espère organiser davantage d’ateliers pour former ses bénévoles, mais aussi "développer un pôle de vulgarisation". Toujours dans l'optique d’aider les autres.