1. Étudier à l'américaine : 3 questions à Karine Chaux, directrice du CEFAM « Nos étudiants ont un niveau académique supérieur à celui des Américains ! »
Partenariat

Étudier à l'américaine : 3 questions à Karine Chaux, directrice du CEFAM « Nos étudiants ont un niveau académique supérieur à celui des Américains ! »

Envoyer cet article à un ami
Karine Chaux, directrice du CEFAM // © CEFAM
Karine Chaux, directrice du CEFAM // © CEFAM

Des cours 100 % en anglais, une année d’études aux États-Unis pour 100 % de la promo, une pédagogie inspirée du système anglo-saxon et l’obtention d’un BBA américain… Entrer dans cette école post-bac (sur concours ou critères d’excellence) vous garantit l’acquisition d’un profil international ! Le point avec Karine Chaux, directrice du CEFAM (Centre d’études franco-américain de management).

1) Les cours sont dispensés en anglais au CEFAM. Quels sont vos objectifs ?

L’international est incontournable aujourd’hui, surtout dans le monde du business. Les cours prodigués par l’équipe se déroulent 100 % en anglais et permettent à nos étudiants d’acquérir un très bon niveau de langue, y compris technique. Au terme de leur formation, ils deviennent bilingues. Nos homologues des universités américaines nous disent chaque année, à la remise des diplômes, que nos étudiants ont un niveau d’anglais supérieur à celui des Américains ! À l’entrée de notre business school, nous demandons seulement aux étudiants d’avoir un niveau correct de terminale. L’école se charge ensuite de développer l’oralité et d’enseigner l’anglais écrit courant du business. Nos cours ouvrent également sur la culture générale et le monde anglo-saxons. C’est important de comprendre les contextes culturels étrangers des professionnels avec lesquels on travaille, notamment dans la négociation.

2) La culture business anglo-saxonne infuse également dans vos méthodes d'apprentissage. En quoi cela rend-il votre enseignement original ?

Les grandes écoles françaises parlent depuis peu de « classe inversée ». Au CEFAM, cela fait 33 ans que nous avons adopté cette orientation. Nous basons notre pédagogie sur le modèle académique américain en invitant les étudiants à anticiper le cours, à réfléchir par eux-mêmes. Ils arrivent en classe en étant capables de questionner l’enseignant sur le contenu du cours. On cherche ainsi à développer l’esprit critique des étudiants, à les pousser à exprimer leur point de vue et à se nourrir de celui des autres. Par cette méthode, on les prépare en même temps au monde de l’entreprise. Au cours de leurs stages et lors de leurs premiers jobs, ils seront prêts à résoudre les problèmes de façon autonome en cherchant les clés de compréhension et les solutions à partir de ce qu’ils savent.

3) À l'issue des trois années en France, le CEFAM propose aux étudiants d’effectuer leur quatrième année dans une des universités américaines partenaires. Comment cela fonctionne-t-il ?

Oui, on donne la possibilité à 100 % de nos étudiants de partir étudier outre-Atlantique pour y effectuer leur BBA (Bachelor in Business Administration) sur l’un des campus américains partenaires: Northeastern University (Boston), Temple University (Philadelphie), Pace University (New York), Siena College (Albany) et Rider University (Lawrenceville, New Jersey). Il n’y a pas de quota par établissement, c’est un véritable transfert aux États-Unis dans une université accréditée par l’AACSB, le « label de référence » dans le paysage des écoles de commerce dans le monde. Pour financer son séjour, l’étudiant peut décrocher une bourse grâce à ses notes obtenues au CEFAM en France.

Concrètement, après avoir validé leur TOEFL, nos étudiants sélectionneront leur campus en fonction des matières qu’ils auront suivies ou de leur projet professionnel. Sur place, ils peuvent profiter pleinement de toutes les infrastructures, pour le sport par exemple. Ils y développeront un solide réseau qui perdurera tout au long de leur vie professionnelle. Je suis moi-même diplômée de Temple University, notre partenaire à Philadelphie, et pas une semaine ne se passe sans que je reçoive de nouvelles de mes anciens camarades diplômés. Il y a un vrai sentiment de fratrie et une vie étudiante inoubliable sur ces campus !