Les formations en comptabilité, du bac+2 au bac+8

Par Catherine Piraud-Rouet, publié le 14 Decembre 2021
5 min

Les études de comptabilité constituent une pyramide allant de bac+2 à bac+8. À chaque niveau de formation correspondent des débouchés différents, avec la possibilité d’intégrer le marché du travail ou de poursuivre au niveau supérieur. Partout, la demande des entreprises est au rendez-vous !

Pour suivre une carrière dans la comptabilité il existe plusieurs paliers d'études différents. Du bac+2 au bac+8, vous avez de nombreuses possibilités de formations pour accéder aux plus hautes fonctions.

Les formations en comptabilité à bac+2 (BTS ou BUT) : un minimum de plus en plus insuffisant

Dès l'obtention du bac, deux filières d’études courtes coexistent : le BTS comptabilité-gestion en deux ans ou le BUT GEA (gestion des entreprises et des administrations), option gestion comptable, fiscale et financière en trois ans. "Tous les bacs généraux, les bacheliers STMG option finance et les bacs pros comptabilité y ont leur place, à condition d’avoir une appétence pour les chiffres", explique Valérie Piot, directrice déléguée de l’ICS-Bégué.

BTS comme BUT sont des formations à la fois généralistes et professionnalisantes. "On y apprend le traitement des opérations courantes (inventaires, bilans, comptes de résultats, gestion des stocks…), mais aussi des aspects RH (embauche, paie, heures supplémentaires, contrats de travail…)", détaille Mathilde, étudiante en 2e année de DCG (diplôme de comptabilité et de gestion) à l’Essym (Paris) après un BTS compta-gestion dans la même école.

Ces cursus débouchent sur des postes d’assistants comptables. "Toutefois, dans un contexte de dématérialisation accélérée de la profession, les compétences acquises dans ces filières, qui tiennent avant tout de la saisie, nécessitent de plus en plus une poursuite d’études", recommande Nathan Heintz, étudiant en 2e année de DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion) en alternance à l’IAE de Lyon.

Lire aussi

A bac+3 (licence ou DCG) : le premier palier des études comptables

A bac+3, on peut passer par une licence en université, en comptabilité-gestion ou CCA (comptabilité- contrôle- audit). Mais l’idéal reste le DCG. "Ce diplôme en trois ans est une filière exigeante, recommandée aux élèves dotés d’une capacité de travail importante", prévient Valérie Piot.

Le DCG comprend 13 UE (unités d’enseignement), en quatre grandes catégories : droit, économie, management et gestion comptabilité. "Entre le BTS et le DCG, la quantité de travail est multipliée par trois", précise Mathilde. Débouchés du DCG : contrôleur de gestion, auditeur junior, responsable de paie, trésorier, analyste de crédit, comptable…

Lire aussi

A bac+5 (master ou DSCG) : le sésame pour des postes de cadre

A bac+5, on peut passer par un master CCA, mais aussi par les filières de spécialisation de grandes écoles de commerce. C’est le cas de TBS Education, via son parcours Audit-DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion). "Une option qui permet de valider cinq UE sur les sept que compte le DSCG, la voie royale à ce niveau", précise Anne Rivière, directrice du programme grande école.

Le DSCG est composé d’enseignements en comptabilité-gestion, management, économie et droit. Il permet d’accéder aux métiers de directeur comptable, de contrôleur de gestion, d’analyste financier ou d’auditeur interne. "Dans 99 % des cas, nos étudiants sont embauchés par les grands cabinets d’audit avant même la fin de leurs études", pointe Anne Rivière.

Lire aussi

A bac+8 (DEC) : la porte ouverte pour devenir d'expert-comptable

Le diplôme d’expertise comptable (DEC) est indispensable pour exercer en tant qu’expert-comptable. Il est aussi la principale voie d’accès au commissariat aux comptes.

La préparation au DEC est réalisée par les instituts régionaux de formation (IRF) ou par des organismes privés. Le cursus est couplé avec un stage de trois ans, soit de commissaire aux comptes (CAFCAC), soit d’expert-comptable (DEC). Nathan, étudiant-stagiaire, sait qu’il n’aura que l’embarras du choix, tant les débouchés fourmillent, dans tous les domaines d’activité : levées de fonds, nouvelles technologies, immobilier, international…

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une écoles spécialisées

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !