1. Le service civique vous plaît... mais ne vous rapporte pas encore assez
En bref

Le service civique vous plaît... mais ne vous rapporte pas encore assez

Envoyer cet article à un ami
Le service civique attire de plus en plus les jeunes, mais manque encore de reconnaissance auprès des entreprises. // © F.Marvaux/REA
Le service civique attire de plus en plus les jeunes, mais manque encore de reconnaissance auprès des entreprises. // © F.Marvaux/REA

INFOGRAPHIE. D’après le baromètre de l’IFOP publié le 4 juillet 2019, le service civique confirme son attractivité auprès des jeunes et des recruteurs. Mais malgré son gage d’expérience professionnelle, le dispositif souffre encore d'un manque de reconnaissance.

Le service civique plaît. En 2017, 125.000 jeunes entre 16 et 25 ans se sont portés volontaires pour effectuer une mission d’engagement. Deux ans plus tard, le dispositif bénéficie toujours d’une très belle notoriété puisque neuf jeunes sur dix en ont une bonne image. Une belle expérience personnelle et professionnelle qui a su également convaincre les proches des volontaires, tout comme les recruteurs qui y voient un véritable tremplin pour les jeunes. Mais dans les faits, le service civique manque encore de reconnaissance. Un frein qui empêche certains jeunes de s’engager.

Loading...

Loading…

Une priorité : la valorisation du service civique

Pour Béatrice Angrand, présidente de l’Agence du service civique, le baromètre le montre bien, l’un des enjeux majeurs du service civique est d’améliorer la valorisation du dispositif auprès des entreprises et de la société en général. "Il faut comprendre que les jeunes apportent aussi beaucoup aux structures dans lesquelles ils s’engagent, il y a une réciprocité importante", affirme-t-elle.

Attribuer des crédits (ECTS) durant le cursus universitaire, favoriser le recrutement des volontaires post-service civique, avoir une meilleure connaissance de l’engagement grâce au SNU (service national universel)… Plusieurs outils sont déjà mis en place. Mais d’après les jeunes interrogés par l’IFOP, cela ne suffit pas. "Le service civique bénéficie d’une très belle notoriété, mais il est temps de passer à la vitesse supérieure." La collaboration avec de grandes entreprises comme Microsoft, Orange ou Casino doit permettre cette transition.

Lire aussi : Comment faire de votre service civique une ligne en or sur votre CV ?

Pas d’augmentation de l’indemnisation en perspective

Pour autant, pas question d’augmenter l’indemnisation perçue par les volontaires qui s’élève cette année à 580,55 € (472,97 € versés par l'État + 107,58 € versés par l'organisme d'accueil). "On sait que le montant versé ne suffit pas à tous les jeunes. On y travaille avec le ministère afin de proposer des aides supplémentaires", assure Béatrice Angrand.

La présidente préfère rester vigilante en insistant sur le fait que le service civique ne doit pas être un substitut à l’emploi, mais au contraire un moyen de découvrir sa vocation et de donner le goût à l’engagement. "C’est une année d’orientation, c’est d’ailleurs pour cela que beaucoup de volontaires s’engagent juste après le bac."