Avec "si", emploie-t-on toujours le conditionnel ?

Par Sandrine Campese du Projet Voltaire, publié le 25 Septembre 2019
2 min

Vous avez certainement retenu, de vos années d’écoliers, que la présence de "si" impliquait une condition et donc l’emploi du mode conditionnel. Pas si vite ! Tout dépend du temps du verbe qui suit immédiatement.

Si je fais plus attention, je ferai moins de fautes

Dans la première partie de la phrase, "si" est suivi d’un verbe conjugué au présent de l’indicatif. Dans ce cas, le verbe de la seconde partie de la phrase est conjugué au futur. Et à la première personne du singulier, la terminaison est -ai, d’où "je ferai", que l’on prononce d’ailleurs [feré]. Pour vous en assurer, remplacez "je" par "nous" : Si nous faisons (présent) plus attention, nous ferons (futur) moins de fautes.

Si je faisais plus attention, je ferais moins de fautes

Dans la première partie de la phrase, "si" est suivi d’un verbe conjugué à l’imparfait de l’indicatif. Dans ce cas, le verbe de la seconde partie de la phrase est conjugué au conditionnel. Et à la première personne du singulier, la terminaison est -ais, d’où "je ferais", que l’on prononce d’ailleurs [ferè]. Pour vous en assurer, remplacez "je" par "nous" : Si nous faisions (imparfait) plus attention, nous ferions (conditionnel) moins de fautes.

En règle générale, "si" n’est jamais suivi du conditionnel. Astuce musicale : "Les si n’aiment pas les ré" (en l’occurrence, les –rais). On ne dira donc pas, à l’instar de Petit Gibus de La Guerre des boutons : "Si j’aurais su, j’aurais pas venu" !

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !