1. Arnaud, ingénieur informaticien : comment j'ai été recruté chez YouTube
Portrait

Arnaud, ingénieur informaticien : comment j'ai été recruté chez YouTube

Envoyer cet article à un ami
Arnaud a été embauché à 23 ans chez Google, pour travailler sur YouTube. // © Éric Garault pour L'Étudiant
Arnaud a été embauché à 23 ans chez Google, pour travailler sur YouTube. // © Éric Garault pour L'Étudiant

Arnaud, ingénieur informaticien, a concrétisé un projet dont rêvent de nombreux étudiants et jeunes diplômés. À 23 ans, il travaille chez Google, pour le réseau social et site Web de vidéos YouTube. Comment y est-il parvenu ? Il raconte.

Il est grand, très grand même. Avec son 1,90 mètre, Arnaud, ingénieur informaticien chez Google, a du mal à entrer dans la 2CV rouge flamboyant qui trône au milieu de l'open space où il travaille. "Avant, il y avait un écran à l'intérieur pour des visioconférences. Mais je n'en ai jamais profité", admet le jeune homme de 23 ans.

Il faut dire que cela fait peu de temps qu'Arnaud fréquente ce bureau à la moquette graphique, où les peluches et les Lego côtoient des plantes vertes... En avril 2015, il a été embauché comme ingénieur informaticien au sein de l'équipe R&D affectée à YouTube, propriété du géant américain Google.

Son équipe travaille au sein du siège français de Google, à Paris. "Le service R&D représente une centaine d'ingénieurs ici, commente Arnaud. "Il y a 20 nationalités différentes. Je travaille aux côtés d'un Ouzbek et d'un Bulgare." Pas question de parler français : tout se passe en anglais au quotidien. "Même avec les collègues français, j'en ai pris l'habitude", explique Arnaud.

 De Montluçon à Henri-IV

Spécialiste des algorithmes, des méthodes mathématiques qui permettent par exemple de trier des données numériques, Arnaud travaille dans l'entreprise dont il rêvait. "Depuis trois ou quatre ans, je m'imaginais idéalement être embauché chez Google, encore plus à YouTube ! Je suis depuis longtemps un grand utilisateur de la plateforme pour des vidéos, du gaming, de la musique, des tutoriels... J'adore ce site !"

Comment Arnaud a-t-il réussi à entrer si jeune dans ce saint des saints du numérique ? Après un bac S à Montluçon (03), le jeune homme intègre une prépa MPSI (maths, physique, sciences de l'ingénieur) au lycée Henri-IV à Paris. "C'est là que j'ai découvert le développement informatique et l'algorithmique, qui m'ont beaucoup plu." À l'issue des concours, Arnaud entre en école d'ingénieurs à Télécom ParisTech. Au bout de trois ans, il commence sa vie professionnelle comme informaticien au sein d'une entreprise de solutions informatiques pour le secteur du tourisme et du voyage, dans le sud de la France.

Lire aussi : Métiers du numérique : les femmes sont des geeks comme les autres !

5 entretiens sur une journée

Après six mois en poste, sa vie bascule. "J'ai été contacté via LinkedIn par un chasseur de têtes de Google, avec qui j'ai eu ensuite des échanges informels au téléphone. Il avait repéré mes compétences sur GitHub, un site qui permet aux informaticiens de rendre publics leurs codes." Le chasseur de têtes donne à Arnaud quelques éléments sur une opportunité de poste chez Google, puis le jeune homme passe un entretien téléphonique. "On m'a ensuite donné rendez-vous au siège pour une journée d'entretiens : quatre entretiens d'algorithmique, un de systems design", raconte Arnaud.

Il rencontre ainsi cinq personnes différentes. "Il fallait résoudre des questions via un algorithme. Quant au systems design, il s'agissait d'une question de plus haut niveau, où il fallait imaginer une infrastructure informatique répondant à un problème. J'ai pris ça comme une série d'énigmes, je n'étais pas trop stressé... Au déjeuner, un ingénieur m'a emmené manger à la caféteria et m'a montré les bureaux. J'étais ravi !"

Choisi parmi des millions

À la sortie de cette journée particulière, Arnaud est plutôt satisfait. "J'ai appelé mes parents pour les rassurer. Ils étaient plus inquiets que moi ! C'est après coup que j'ai eu des doutes sur la qualité de mes entretiens..." Au bout de deux semaines, Arnaud apprend qu'il est embauché chez YouTube. "C'était la fête !" Pas étonnant quand on sait que Google reçoit 2,5 millions de CV dans le monde chaque année... "Les jeunes ingénieurs diplômés devraient essayer les candidatures spontanées. Nos compétences sont très recherchées", affirme l'informaticien.

Derrière les tendances de YouTube

Au quotidien, Arnaud s'occupe de l'onglet Tendances de YouTube, qui met en avant les vidéos les plus appréciées par les utilisateurs. "Je travaille à améliorer l'algorithme pour que le service apporté soit le meilleur possible. Notre travail impacte des millions de personnes, c'est exaltant !" Ses journées commencent à 10 h 00 et se terminent vers 19 h 00. "Tous les matins, un petit déjeuner est offert. Ici, la nourriture est gratuite, même pour le déjeuner. Je suis flexible sur mes horaires et je travaille dans l'open space ou dans l'une des nombreuses salles à notre disposition : salle de jeux, bibliothèque, etc."

Des conditions de travail en or ?

Avant d'y entrer, Arnaud n'avait aucune idée des conditions de travail chez Google. Il a ainsi découvert la salle de repos, la salle de sport, la salle de musique, les goûters hebdomadaires, les visioconférences avec les dirigeants depuis la Californie... Tout un univers ! "J'ai des collègues passionnés et enthousiastes, la communication est excellente et mon manager me fait confiance. Beaucoup de projets de développement concrétisés par Google viennent des ingénieurs, pas des managers", témoigne Arnaud.

Il ne parlera pas de son salaire : l'entreprise a une politique de confidentialité à ce sujet. "Il est dans la fourchette haute du marché, mais pas exorbitant", avance le jeune cadre en CDI au forfait. Il ne parlera pas non plus de l'image de Google dans la société, parfois assimilé à une hyperpuissance de surveillance, voire à Big Brother. "Je me focalise sur mon travail pour YouTube. Je n'ai jamais pensé à comment Google était perçu. Il y a beaucoup de transparence, ici, sur la stratégie de l'entreprise." De quoi donner envie de pousser la porte pour en avoir le cœur net.