1. Bac STL 2018 : si vous passez l’épreuve de spécialité à l’oral de rattrapage
Coaching

Bac STL 2018 : si vous passez l’épreuve de spécialité à l’oral de rattrapage

Envoyer cet article à un ami
Bac STL - Oral de rattrapage // © Juliette Lajoie
Bac STL - Oral de rattrapage // © Juliette Lajoie

Comment se déroule l'oral de rattrapage de spécialité de la série STL ? Comment pouvez-vous gagner des points ? Qu'attendent de vous les examinateurs ? Tous nos conseils.

L'épreuve orale de spécialité au bac STL

L'épreuve porte sur l'enseignement spécifique à la spécialité suivi par le candidat (sciences physiques et chimiques en laboratoire ou biotechnologies). Le temps de passage est de 20 minutes, tout comme le temps de préparation.

Vous tirez au sort un sujet composé de deux questions portant sur deux domaines différents du programme de l'enseignement de spécialité.

Lire aussi : Bac STL : l’épreuve de CBSV et d’enseignement spécifique à la spécialité, à quoi s’attendre

Vous devez y répondre en vous appuyant sur des documents, semblables à ceux qui ont été exploités lors de l'examen sur table. Dans un premier temps, vous exposez vos éléments de réponse pendant 10 minutes. Puis, vous vous confrontez aux questions de l'examinateur (10 minutes également).

Lire aussi : Bac STL : conseils pour réussir l'épreuve de CBSV et d'enseignement spécifique à la spécialité

Pour gagner des points à l'oral de spécialité

Vous ne devez pas restituer votre cours : ce n'est pas ce qui vous est demandé. Vous devez vous servir de vos connaissances pour exploiter et commenter les documents qui vous sont soumis. Les examinateurs attendent ici des candidats capables de raisonner, de démontrer, d'argumenter, d'analyser, de trier de l'information...

Lire aussi : Bac STL : les révisions pour l'épreuve de CBSV et d'enseignement spécifique à la spécialité

La clarté de l'expression et un minimum de savoirs sont essentiels. "Se contenter de réviser son cours ne servira pas à grand-chose. Les candidats doivent refaire des devoirs sur table et des travaux pratiques vus pendant l'année", conclut Charlène Boucher, professeure de sciences physiques au lycée Victor-Bérard de Morez (39).