1. Bacs techno 2019 : conseils pour réussir l’épreuve de philosophie
Coaching

Bacs techno 2019 : conseils pour réussir l’épreuve de philosophie

Envoyer cet article à un ami
Bac TECHNO - Conseils pour réussir // © Juliette Lajoie
Bac TECHNO - Conseils pour réussir // © Juliette Lajoie

Que vous soyez candidat en STMG, STI2D, STD2A, STL ou ST2S, vous disposez de 4 heures pour traiter l'épreuve de philo. Comment bien la réviser ? Quels types d'exercices aurez-vous à traiter ? Qu'attendent les correcteurs le jour J dans vos copies ? Comment préparer l'oral de rattrapage au cas où ? Tous nos conseils.

Ce que les correcteurs attendent de vous

Pour l'explication de texte

Les correcteurs attendent de vous que vous répondiez précisément à chacune des questions, de façon ordonnée et développée. Construisez vos réponses avec un petit plan et appuyez vos remarques sur des citations précises du texte.

Pour la dernière question, l'“essai critique”, les correcteurs attendent que vous preniez du recul par rapport au document. Vous devez discuter la thèse – ou les arguments – sans l'oublier totalement. Vous devez également être capable de “tenir un peu la distance”, c'est-à-dire de développer, sur au moins une page, un propos ordonné.

Pour la dissertation

Les correcteurs attendent de vous une problématique, c'est-à-dire que vous posiez un problème philosophique sur le sujet proposé. “La problématique, c'est tout simplement la formulation claire et directe du problème que ces questions posent et qui fait que l'on ne peut pas y répondre immédiatement de manière satisfaisante”, développe Thibaut de Saint Maurice, professeur de philosophie au lycée Gustave-Eiffel à Rueil-Malmaison (92).

Lire aussi : Bacs techno : l'épreuve de la philosophie, à quoi s'attendre

Une fois la problématique posée, il faut construire votre argumentation. C'est le rôle du plan en trois parties que l'on décline en thèse/antithèse/synthèse ou en thèse 1/thèse 2/ thèse 3. Les deux premières parties permettent de mettre en avant une contradiction. La troisième partie peut être la synthèse de ce que l'on peut penser à la fois dans la première et dans la deuxième partie. Elle peut également proposer une troisième thèse.

"Posez d'abord l'architecture de votre raisonnement en construisant votre plan et posez ensuite les auteurs", préconise Francis Métivier, professeur de philosophie au lycée Duplessis-Mornay à Saumur (49). Attention à ne pas confondre idée et auteur ! Citez d'abord l'idée, puis l'auteur ou l'exemple. N'enchaînez pas les "selon Kant", "selon Sartre", etc. Et n'abusez pas des citations. Cela risque de faire un peu récitation.

Lire aussi : Bacs techno : les révisions pour l’épreuve de philosophie

Ce qui rapporte des points

Certaines "cerises sur le gâteau" rapportent des points. Dégager une troisième thèse dans la troisième partie de votre dissertation vous permettra de tutoyer les sommets de la notation. Pour y parvenir, Gilles Vervisch, professeur de philosophie au lycée Paul-Émile-Victor à Osny (95), auteur d'ouvrages et blogueur de l'Etudiant, conseille de "trouver le présupposé commun aux deux premières thèses", c'est-à-dire ce sur quoi la thèse et l'antithèse – ou thèses 1 et 2 – s'accordent. Ainsi, vous "déconstruirez ce présupposé pour dégager une troisième thèse ne reposant pas sur celui-ci", poursuit l'enseignant. C'est à la fois le plus difficile à faire et le plus convaincant pour un correcteur.

Ce qu’il ne faut pas faire

Ne traitez pas un sujet du bac comme une question de cours, en notant sur votre copie tout ce que vous savez sur la ou les notions que vous identifiez. C'est le défaut le plus fréquent observé par les correcteurs. Certains candidats repèrent la notion centrale et citent leur cours sans travailler la question. C'est d'autant plus dangereux qu'une notion peut être en jeu dans un sujet sans être directement citée. Si vous voyez le mot "liberté", ne sautez pas dessus pour construire votre sujet autour ! Revenez-en toujours à : "Quel est le problème posé ?"

Attention à votre "pensée personnelle". Il n'est pas question de vous contenter d'une discussion de comptoir dans laquelle vous enchaînerez les opinions ou raconterez votre vie. "Bannissez les 'je pense que', prévient Thibaut de Saint Maurice. Le seul 'je' possible est universel, ne désigne pas un individu en particulier, et surtout pas vous !"

Lire aussi : Bacs techno : si vous passez la philosophie à l'oral de rattrapage

"Évitez de faire un plan oui/non/ça dépend des cas", prévient Gilles Vervisch. Vos correcteurs attendent trois vraies parties !