1. Supérieur
  2. 24 heures à Maistrance, école des métiers de la Marine
Partenariat

24 heures à Maistrance, école des métiers de la Marine

Envoyer cet article à un ami
 // © Marine nationale
// © Marine nationale

L’École de Maistrance (EDM) forme chaque année un millier d’officiers mariniers capables d’encadrer des opérateurs. Reportage, 24h durant au cœur du quotidien des Maistranciers. 

6 h pile :

Le clairon résonne dans les bâtiments des filles et des garçons. À Maistrance, la journée débute plus tôt que dans la Marine en général, afin d’habituer les nouvelles recrues à être matinales. «  Pour ne pas être en retard, nous faisons souvent sonner nos réveils cinq à 10 minutes avant le branle-bas. Une demi-heure, ça passe très vite pour faire sa toilette, se raser, s’habiller et faire son lit  », commente le second maître Benjamin, passé par les rangs de cette école en 2019.

6h30 :

Les jeunes, parés pour une nouvelle journée, se retrouvent pour le premier appel.

6h30–7h10 :

Les Maistranciers disposent d’une courte demi-heure pour petit-déjeuner. Au menu, un repas classique composé de céréales, beurre, confiture… « Le mercredi et les week-ends, nous avons droit à une pâtisserie ! », souligne Benjamin avec gourmandise.

7h10 :

Poste de propreté, autrement dit, ménage ! «  Une personne par chambrée est désignée pour faire la chambre ; les autres partent nettoyer les couloirs, les salles de cours, voire les extérieurs  », précise Benjamin. L’opération dure une vingtaine de minutes.

7h30 :

Tous les élèves du centre d’instruction se regroupent sur la place d’armes. L’occasion de rendre l’appel au commandant du centre et de participer à la cérémonie des couleurs. « Attention pour les couleurs. » Avec cette phrase qui résonne tous les matins, le pavillon français est hissé et flottera toute la journée jusqu’au coucher du soleil. « C’est un moment très solennel durant lequel nous ôtons nos coiffes », insiste-t-il avant d’ajouter que le mercredi, la cérémonie dure un peu plus longtemps, car le commandant est accueilli par un peloton d’honneur constitué d’élèves armés. «  Le commandant et le capitaine d’armes – celui qui fait régner l’ordre sur la base – profitent de ce rassemblement pour nous communiquer des informations, nous féliciter ou au contraire nous réprimander, ajoute-t-il. Puis nous rompons les rangs pour partir étudier.  »

8h10 :

Début des cours. En règle générale, les Maistranciers commencent la matinée par du sport. « Selon les jours, c’est course à pied (deux heures), renforcement musculaire (deux heures) ou méthodes naturelles (une heure). Ces dernières sont de loin les plus physiques, les plus salissantes et nécessitent d’être abordées en groupe  », témoigne le second maître. S’ensuivent deux à trois heures de « voies d’approfondissement  », c’est-à-dire des maths, du français, de l’anglais, de la géopolitique ou de la physique selon les cursus. «  Ce sont des matières en rapport avec la future spécialité de l’élève. Personnellement, j’ai beaucoup étudié l’anglais et la géopolitique, mais ceux qui se destinent par exemple à l’aéronautique vont davantage travailler les maths et la physique  », justifie ce comptable logisticien.

12 h :

La matinée de cours est achevée. Impossible cependant de filer déjeuner sans la permission des gradés. « C’est un peu l’heure de vérité. Si certains lits ont été mal faits ou que des affaires traînent dans les chambres, toute la compagnie est pénalisée », se souvient Benjamin avant de légitimer cette sanction : «  Nous nous apprêtons à vivre une partie du temps sur un bateau, espace confiné par excellence. Nous devons apprendre très tôt à ne pas nous éparpiller. » La pause déjeuner dure en moyenne une heure.

13h-17h30 :

L’après-midi, les Maistranciers reçoivent des cours liés à la vie du militaire (défense d’une base, patrouille, garde armée et non armée, garde statique et non statique…) et du marin (repérages sur un bateau, calculs de conversion, amarrage et, bien sûr, permis bateau) ; ce sont ceux qui ont les plus forts coefficients aux examens. «  Les premiers mois, nous étudions la théorie en classe et ensuite nous passons à la mise en pratique  », détaille notre interlocuteur. La journée se termine par des cours liés à la sécurité, car chaque marin doit savoir utiliser le matériel de protection et agir en cas d’incendie. Après la théorie, là aussi, c’est le moment de la mise en pratique sur un bateau reconstitué dans un bunker et dans une base de pompiers (exercice incendie, fumée, lumière rouge… Tous les éléments sont réunis pour s’entraîner).

17h45 et 18h15 :

Quartier libre. «  Nous profitons de ce temps libre pour réviser avant d’aller dîner  », reconnaît cependant Benjamin. Comme pour le petit déjeuner et le déjeuner, les Maistranciers effectuent un appel par compagnie avant de se rendre au réfectoire.

18h30–19h30 :

C’est l’heure du dîner. L’occasion de se retrouver entre camarades et d’échanger sur la journée. « Lorsque le dîner est terminé, nous effectuons un dernier appel pour nous assurer que personne ne s’est sauvé ni n’est tombé malade », plaisante le second maître. La journée n’est pas finie pour autant.

19h45– 21h15 :

Étude et cours de soutien.

21h15 :

Les Maistranciers peuvent regagner leur chambre.

22h30 :

Extinction des feux « sauf le mercredi, le vendredi et le samedi où nous avons des permissions de sortie jusqu’à 23h30  », conclut Benjamin. Les Maistranciers peuvent aussi rentrer chez eux le week-end et bénéficient d’une semaine de vacances bien méritée au milieu de leur formation.

Pour en savoir plus sur l'école de Maistrance, rendez-vous sur etremarin.fr

Découvrez les autres articles sur la Marine nationale