1. Classement QS 2018 : les masters en management et MBA français ont la cote !
En bref

Classement QS 2018 : les masters en management et MBA français ont la cote !

Envoyer cet article à un ami
HEC Paris arrive en tête du classement mondial QS 2018 des masters en management. // © HEC
HEC Paris arrive en tête du classement mondial QS 2018 des masters en management. // © HEC

Vous cherchez un master en management ou en finance réputé au niveau international ? Voici quatre nouveaux classements qui pourront vous aider à faire votre choix. Plusieurs écoles françaises se distinguent dans les différentes spécialités évaluées par le cabinet anglo-saxon QS sous l'angle de l'employabilité et de l'entrepreneuriat.

Vous êtes étudiant et vous aimeriez intégrer un master qui vous assure un emploi à la sortie ? Qui vous donne les meilleures chances pour réussir dans la création de votre entreprise ? Voici quatre nouveaux classements internationaux qui pourront vous aider à faire votre choix. Le think tank britannique Quacquarelli Symonds, spécialisé en enseignement supérieur, a évalué l’insertion professionnelle et l'entrepreneuriat des diplômés de trois spécialités de masters : management, finance, et analyse financière, ainsi que des diplômés de MBA.

Masters en management : cocorico !

C’est HEC Paris qui arrive en tête du Classement QS World University Rankings des Masters in Management 2018. Son programme “MSc Strategic Management” devance ainsi les 121 autres formations évaluées dans 29 pays. Les deux autres formations sur le podium sont le programme MiM de la London Business School puis celui d’ESADE, à Barcelone.

Les écoles françaises sont bien représentées dans le top 15, puisque l’on y trouve l’ESSEC (4e), l’ESCP Europe (11e), l’EMLyon (12e) et l’EDHEC (14e). C’est suffisamment rare pour être souligné : les États-Unis ne figurent pas dans ce peloton de tête, puisque leur premier master classé se trouve en 16e position (Michigan Ross).

Lire aussi : Le palmarès des grandes écoles de commerce 2018

Masters en finance : l’excellence anglo-saxonne

Britanniques et Américains se disputent les premières places du Classement QS des Masters in Finance 2018, qui a comparé 130 programmes.

Outre-Manche, la London Business School et Oxford (Said) occupent respectivement la première et la quatrième places, tandis qu’outre-Atlantique, le Massachusetts Institute of Technology (Sloan BS) et la Haas School of Business de l’université de Californie, Berkeley, arrivent deuxième et cinquième.

La française HEC Paris sort son épingle du jeu avec sa troisième position. À noter les belles performances de l’ESCP Europe (8e ex aequo), de l’EMLyon (9e) et de l’ESSEC (10e).

Masters en analyse financière : une spécialité américaine

La spécialité “analyse financière” est beaucoup plus rare : seuls 45 programmes, dans 10 pays, ont été évalués dans le Classement QS Masters in Business Analytics 2018. Ainsi, le programme de master en analyse financière de Melbourne est le seul présent en dehors des États-Unis et de l’Europe.

Les programmes américains trustent le haut du classement avec en tête celui de la Sloan Business School du Massachusetts Institute of Technology (région de Boston), suivi par les masters de Texas McComb (à Austin), de l’USC (Marshall, à Los Angeles) et de Minnesota Carlson (à Minneapolis).

MBA : Harvard talonnée par deux écoles françaises

Enfin, le classement mondial QS 2018 des MBA (Master of Business Administration) place en tête Harvard Business School. Plus proche de vous, deux écoles françaises décrochent les deuxième et troisième places : l’INSEAD et HEC Paris, parmi 232 programmes classés. Sur les 20 meilleurs programmes du point de vue de l’employabilité et de l’entreprenariat, 12 sont américains.

Méthodologie

Le QS World University Rankings est établi sur la base de 5 indicateurs : l’employabilité (avec plus de 40.000 réponses de recruteurs), l’entrepreneuriat et la réussite des diplômés (analyses approfondies des profils de 49.000 anciens à la carrière "brillante", venant de pays, de secteurs et d’industries très variés), le retour sur investissement, le leadership éclairé et la diversité.