1. Étudiants, doctorants, le HuffingtonPost ouvre ses pages à vos recherches

Étudiants, doctorants, le HuffingtonPost ouvre ses pages à vos recherches

Envoyer cet article à un ami

Les étudiants de Sciences po, l’École polytechnique, HEC Paris, l’université Pierre-et-Marie-Curie et l’ENS Cachan, vont pouvoir publier des articles présentant leurs recherches sur le site du Huffington Post. Objectif de l'opération baptisée “Têtes chercheuses” :  valoriser la recherche auprès du plus grand nombre.

Des textes de recherche écrits par des doctorants et des étudiants en M2 sur un site d’information grand public ? À partir du mercredi 12 juin 2013, c’est possible ! En association avec Sciences po, l’école Polytechnique, HEC Paris, l’université Pierre-et-Marie-Curie et l’ENS Cachan, le Huffington Post lance l’opération "Têtes Chercheuses".

L’objectif est de donner un espace d’expression à des étudiants, mais aussi à des chercheurs afin qu’ils présentent leurs travaux au plus grand nombre."J'ai pris goût à la science en lisant des textes de chercheurs dans des revues spécialisées comme ‘Sciences et Vie Junior’ ou ‘la Recherche’. C'est une manière pour moi de rendre la pareille", explique l'un des auteurs, Thomas Boulier, doctorant à l'École polytechnique.

Contribuer à établir des ponts entre la recherche et la société

Marine Bourgeois, doctorante en sciences politiques à Sciences po, a contribué elle aussi à cette initiative. "Il faut travailler sur les ponts entre la recherche et la société, affirme la jeune femme. Les chercheurs ont une mission vis-à-vis du public. Il est important qu’ils se mobilisent afin de nourrir le débat public d’une réflexion appuyée sur les bases d’un travail solide."

Son sujet – Les règles d’attribution des logements sociaux en France – est porteur, mais l’opération est ouverte à toutes les disciplines. "C’est un bon exercice que d’écrire simplement, de coller à l’actualité et d’essayer de donner envie au lecteur d’aller plus loin", résume Marine Bourgeois.

Cette initiative s’inscrit dans un vaste mouvement d'ouverture du milieu de la recherche sur le reste de la société. Ainsi récemment, une doctorante de Strasbourg a fait appel à la générosité public pour lever des fonds et poursuivre ses travaux. L’université de Lorraine, elle, a participé à un concours international de vulgarisation au titre évocateur : "Ta thèse en 180 secondes".