1. Écoles de commerce postbac : les tuyaux des étudiants pour assurer aux oraux des concours
Coaching

Écoles de commerce postbac : les tuyaux des étudiants pour assurer aux oraux des concours

Envoyer cet article à un ami
Pour réussir vos entretiens, il faut les préparer en amont. // © Skynesher/iStockphoto
Pour réussir vos entretiens, il faut les préparer en amont. // © Skynesher/iStockphoto

Les oraux des écoles de commerce postbac approchent à grands pas. Vous craignez de ne pas être à la hauteur ? Des étudiants qui sont passés par là – avec succès ! – vous donnent les clés pour franchir cette étape sereinement.

"Être soi-même, mais être "pro", y compris dans sa tenue"

Maude, 21 ans, en première année à l'EDC. En 2014, elle a réussi le concours Link.

  

À quoi s'attendre

"À l'entretien individuel, il y a 2 ou 3 jurés. Pendant les 30 minutes de l'oral, on parle de nous, de nos projets, de notre parcours scolaire, de nos défauts et de nos qualités. Il y a également un mini-jeu d'entreprise (45 min à 1 heure) avec six autres candidats. On nous donne un thème et on doit trouver des solutions collectivement."

 

Ce qu'il faut faire

"Le premier conseil est de rester soi-même. Faites des phrases courtes et simples et adoptez un langage courant et courtois. Il faut préparer en amont son entretien et savoir quoi répondre aux questions qui vont obligatoirement tomber, du type : 'Pourquoi avoir choisi notre école ? Pourquoi ce secteur d'activité ? Quel est votre projet professionnel ? Qu'est-ce que vous pourriez apporter à l'école ? Quelle est votre valeur ajoutée ?' Il y a aussi des informations de base à connaître sur l'école, comme le nom du président ou du directeur général, les masters proposés ou les différentes associations."

 

Ce qu'il faut éviter

"Mentir. La plupart des jurés le remarquent, ils seront tatillons sur les détails et vous pouvez vous retrouver piégé. N'essayez pas de parler un langage soutenu si vous n'en avez pas l'habitude. En revanche, il faut venir en tenue professionnelle : une chemise, une veste et pas de baskets. Et attention, le jury peut brusquement poser des questions en anglais. Il ne faut pas avoir peur. Il ne cherche pas à évaluer votre niveau mais surtout votre capacité à réagir au changement."

 

Ce qui a fait la différence

"Lorsqu'on remplit le dossier de candidature, on nous demande de citer un évènement marquant dans l'actualité des deux dernières années. Et à l'oral, on nous interroge sur ce choix. Je pense que j'ai surpris les jurés en parlant de la démission du Pape Benoît XVI. Aucun autre candidat ne l'a évoqué. Selon moi, il faut sortir du lot."


 

"Soyez incollable en économie... et sur les spécificités de l'école convoitée"

Antoine, 18 ans, en première année de BBA ESSEC. En 2014, il a réussi le concours Sésame.

À quoi s'attendre

"Les épreuves orales comprennent trois entretiens de 10 minutes dont un de motivation, un de LV1 (langue vivante 1) et un de LV2. Mais au total, il faut compter une demi-journée sachant que le bureau des étudiants organise des petites activités et une visite du campus. L'ambiance était vraiment détendue et cela m'a permis d'être moins stressé."
  

Ce qu'il faut faire

"On a 100 % de chance d'être interrogé sur le programme de l'école. Il faut suivre l'actualité - primordiale en économie - et s'intéresser à ce qui se passe autour de nous. Il est important aussi de connaître l'école et ses particularités. C'est bien de savoir par exemple que le jeudi est libre afin de permettre aux étudiants de se consacrer à la vie associative."

  

Ce qu'il faut éviter

"Ne venez surtout pas 'en mode touriste', tongs et short. Il n'est pas forcément nécessaire de mettre un costume, mais habillez-vous un minimum afin de montrer que vous attachez de l'importance à cet oral. Par ailleurs, évitez les 'blancs' dans la discussion en essayant de toujours renvoyer la balle au jury."
  

Ce qui a fait la différence

"Je m'étais très bien préparé. J'étais vraiment motivé et je connaissais l'école et son campus sur le bout des doigts. J'avais aussi une idée très précise de mon projet professionnel et c'est ce dont on a parlé les trois quarts du temps pendant l'entretien."


 

"Répétez votre argumentaire avec vos proches... et ayez confiance en vous !"

Selma, 18 ans, en première année à l'ESSCA. En 2014, elle a réussi le concours ACCÈS.

À quoi s'attendre

"Il y a un entretien de motivation, un entretien de groupe et un commentaire de texte en anglais. J'ai préféré commencer par l'IESEG pour m'entraîner avant l'Essca, que je visais. Les questions sur l'actualité sont inévitables. Ils m'ont également posé des questions un peu déroutantes du style : 'Si vous étiez un animal, lequel seriez-vous ? Si vous deviez organiser un dîner avec trois personnalités importantes pour vous, lesquelles choisiriez-vous ?"
 

Ce qu'il faut faire

"Je conseille de répéter avant avec vos parents et vos amis. Sur une feuille blanche, j'ai écrit toutes mes qualités, mes défauts et mes activités, en me justifiant. Même si on ne peut pas anticiper toutes les questions, cela permet de ne pas être pris au dépourvu. Choisissez un fait d'actualité marquant au préalable et exercez-vous à argumenter. L'idée est que ça soit bien clair dans votre tête. Il faut avoir confiance en soi (mais pas trop)."

 

Ce qu'il faut éviter

"Il faut éviter d'hésiter trop longtemps au moment de répondre. Ne mentez pas en vous inventant des activités, et pendant l'entretien de groupe, ne restez pas passif. Il faut savoir donner ses idées, mais aussi répartir la parole au sein du groupe, prendre des notes, et faire évoluer la discussion."
  

Ce qui a fait la différence

"Je pense que ma franchise et mon honnêteté ont joué en ma faveur. Par exemple, je ne fais pas de sport. Je l'ai dit clairement au jury, mais j'ai su le justifier. Le sourire et la bonne humeur sont aussi des points positifs !"