1. Enzo a choisi Skema Sophia-Antipolis pour la richesse de sa vie associative
Portrait

Enzo a choisi Skema Sophia-Antipolis pour la richesse de sa vie associative

Envoyer cet article à un ami
Enzo, en deuxième année de Bachelor (BBA in Global Management), à Skema Sophia-Antipolis. // © Laurent Carré pour l'Etudiant
Enzo, en deuxième année de Bachelor (BBA in Global Management), à Skema Sophia-Antipolis. // © Laurent Carré pour l'Etudiant

Écologie, développement durable, humanitaire... Enzo est un citoyen engagé qui aime convaincre et fédérer autour des questions de société qu'il juge importantes. Il détaille comment son cursus à Skema lui permet de mener études et défense des causes qui lui tiennent à cœur.

Découvrez notre palmarès des écoles de commerce postbac en 4 ou 5 ans

"J’ai toujours été attiré par les thématiques du développement durable et des énergies renouvelables", raconte Enzo, 23 ans. En entrant à Skema, c’est donc assez naturellement que le nouvel étudiant a choisi de rejoindre HOPE (Humanitarian Organization Promoting Equity), une association humanitaire défendant des valeurs sociales et écologiques.

Le jeune homme a passé un entretien de motivation pour intégrer l’association. "On m’a demandé ce que je pouvais apporter à HOPE et si j’avais du temps à lui consacrer. Il faut dire que prendre part à des associations humanitaires est assez chronophage", reconnaît-il. Pour les grands événements, les adhérents peuvent consacrer jusqu’à dix heures par semaine à organiser des galas de charité ou à rechercher des partenaires.

Un étudiant engagé

"J’apprécie particulièrement tout l’aspect communication : j’aime sensibiliser le plus de personnes possible à la cause que je défends", explique Enzo, désormais en deuxième année de Bachelor (BBA in Global Management) à Skema Sophia-Antipolis.

Au cours des six mois qu’il a passés dans l’association, Enzo a travaillé sur la mission Project Rescue Ocean, dont le but est de nettoyer les plages d’Antibes. Il a également contribué à développer des ruches à l’école. "Mais le projet 'Espero com Camille Murris' est celui qui nous a le plus tenu à cœur", raconte le jeune homme.

Lire aussi : Engagement associatif : comment en faire un atout face aux recruteurs

Camille Murris, étudiante à Skema, était très impliquée dans HOPE. Elle souhaitait partir en Amérique du Sud et aider des enfants dans le besoin. Mais la jeune fille a été tuée lors de l’attentat de Nice en 2016 avant d’avoir pu aller au bout de son projet. Pour lui rendre hommage, une dizaine d’étudiants de l’association sont partis à Belo Horizonte (Brésil) afin d’aider à la construction d’une annexe pour un centre d’accueil d’enfants défavorisés. "Je n’ai pas pu me joindre au groupe, car je travaillais. Mais j’ai participé à la préparation du voyage", précise Enzo.

Pour Enzo, Skema s’apparente aux campus américains. La vie associative y est presque indissociable de la scolarité. "Participer à une association est important pour s’intégrer, pour partager ses envies et ses rêves", conclut l’étudiant.

Mon cours préféré : "Tous les cours sont extraordinaires. Je ne peux pas en choisir un seul. Les enseignants s’intéressent vraiment à nous et connaissent leur sujet. Je me souviens par exemple d’un cours en sciences environnementales pendant lequel le professeur était remarquable : il ne préparait rien, arrivait sans notes et savait de quoi il parlait."

Mon meilleur souvenir : "Quelques jours après la rentrée, nous avons fait un “live conference” avec les établissements Skema du monde entier. Les enseignants et les élèves nous saluaient de Chine, du Brésil, des États-Unis. C’était assez incroyable."

Mon projet professionnel : "J’ai choisi de suivre un cursus luxe à l’école pour pouvoir devenir directeur national ou régional d’une grande marque après l’obtention de mon diplôme. Puis, lorsque j’aurai les fonds, j’ouvrirai une entreprise dédiée à l’aquaponie [une technique de culture de végétaux en symbiose avec des poissons]."