1. Rentrée décalée : Vianney, du droit au tourisme
Témoignage

Rentrée décalée : Vianney, du droit au tourisme

Envoyer cet article à un ami
En Nouvelle-Calédonie, ­Vianney a obtenu son BTS tourisme en décembre 2014. La rentrée décalée lui a permis de ne pas attendre septembre pour poursuivre ses études. // © Sabine Delcour pour l'Étudiant
En Nouvelle-Calédonie, ­Vianney a obtenu son BTS tourisme en décembre 2014. La rentrée décalée lui a permis de ne pas attendre septembre pour poursuivre ses études. // © Sabine Delcour pour l'Étudiant

À 23 ans, Vianney n'aime pas perdre du temps. Il a rapidement abandonné les études de droit qui ne lui correspondaient pas pour se tourner vers le tourisme. Grâce aux rentrées décalées, il a pu enchaîner les formations. Retour sur son parcours.

Vianney est un étudiant qui sait s'adapter. Fils de préfet, le jeune homme a connu 18 déménagements en vingt-trois ans. Après un bac ES (économique et social), obtenu facilement à Quimper (29), ­Vianney s'inscrit en droit à Paris 2-Panthéon-Assas. Rapidement, le jeune homme s'ennuie. "Je n'étais pas dans mon élément, c'était trop indigeste et le programme était très lourd."

Alors qu'il se demande s'il va bifurquer, son père est nommé en Nouvelle-Calédonie, ­Vianney décide de le suivre. Il intègre un BTS tourisme au lycée La Pérouse, à ­Nouméa, une classe dans laquelle il est le seul métropolitain. Après des allers-retours avec la métropole pour y effectuer ses stages, ­Vianney obtient son BTS en décembre 2014, une "diplomation" décalée par rapport à la métropole.

Son changement de voie

Les mois précédents, il entend parler de Sup de co et de la rentrée décalée par le correspondant de Sup de co La Rochelle, venu faire la promotion de l'école. Il décide de passer le concours par Skype, qui consiste en une épreuve écrite, une épreuve orale en anglais et un entretien de motivation. Intéressé par les cours intégralement en anglais et la situation géographique de l'école, le jeune homme ne se voit surtout pas attendre une rentrée en septembre en métropole, "deux semaines de battement seulement, c'était bien" !

Lire aussi : Tout savoir sur les rentrées décalées

Son nouveau cursus

Il intègre en janvier 2014 un Bachelor anglophone tourisme "inversé" au sein de l'école de management rochelaise. Inversé, parce qu'il y suit des cours avec successivement deux promotions différentes : une promotion pour le second semestre et une autre pour le premier semestre l'année suivante. D'un point de vue académique, pas de problème d'adaptation pour Vianney, il estime ne pas avoir eu de difficultés à suivre les cours, et se réjouit de l'excellente ambiance au sein de l'école.

Dans le cadre de son cursus, il effectue deux stages : le premier en tant qu'assistant manager dans un trois-étoiles dans le Sud-Ouest de la France, et le second au Shangri-La Hotel Paris, au service Guest Relations, durant cinq mois. Il trouve même le temps de suivre une formation de barman durant un mois. Seul inconvénient pour Vianney, qui n'aime pas perdre de temps : "J'aurais aimé faire mon cursus encore plus accéléré !" Diplômé en 2015, il suit désormais un MBA (Master of Business Administration) à l'école internationale d'hôtellerie et de management Vatel.

Salon de la rentrée décalée

Rendez-vous samedi 16 décembre 2017, de 10 h à 18 h, à Paris. Invitation gratuite sur letudiant.fr.