ENSEA : nos bonnes raisons d’aller étudier à l’École Nationale Supérieure de l’Électronique

publié le 01 Mars 2022
8 min

Située à Cergy-Pontoise, en Île-de-France, l’École Nationale Supérieure de l’Électronique et de ses Applications (ENSEA) peut se vanter de faire partie des meilleures écoles d’ingénieurs françaises (source : L’Usine Nouvelle, 2019). L’établissement propose des cursus dans l’air du temps, adaptés à la transition numérique et aux enjeux sociétaux et environnementaux actuels, tout en assurant un suivi, un échange et un accompagnement de grande qualité aux étudiants. Zoom sur cette école moderne et prometteuse.

Si vous ne connaissez pas l’ENSEA, c’est le moment de vous y intéresser. L’école, fondée en 1952, forme chaque année des centaines d’étudiants aux carrières d’ingénieur dans les secteurs de l’électronique et de l’énergie, des systèmes embarqués, des réseaux et télécommunications, du traitement de l’information, de l’informatique, des biosciences ou encore de la sécurité des objets connectés.

L’établissement est basé en France, ce qui n’empêche pas 20 % de ses élèves de profiter de doubles cursus à l’étranger, puisque l’ENSEA compte actuellement 140 accords internationaux et 30 doubles diplômes. Quand on rencontre Lisa, étudiante à l’ENSEA, elle nous confirme cette dimension internationale qui faisait de l’école son premier choix pour poursuivre ses études : « Il est obligatoire, pour obtenir son diplôme, d’avoir réalisé une expérience d’au minimum trois mois à l’étranger, que ce soit en y faisant une partie de ses études ou un stage. »

En clair, l’école prône l’expérience à l’étranger pour ses nouvelles recrues en leur proposant et en les accompagnant sur une multitude de destinations, des séjours de deux à 18 mois, en académique ou en entreprise, de la première à la dernière année. Mais pas seulement… L’ENSEA a en effet plus d’une corde à son arc pour nous convaincre de rejoindre ses bancs. Les voici.

Un système éducatif qualitatif

Chaque année, l’ENSEA diplôme près de 250 élèves ingénieurs. Si l’école existe depuis plus de sept décennies, elle garde comme priorité l’accompagnement privilégié de ses élèves. Son atout principal ? « C’est une école humaine. Le fait de ne pas avoir des promos immenses permet à mon sens plus de cohésion au sein de l’école, plus de rencontres entre les différentes générations, plus de proximité avec les professeurs et l’administration », nous explique Lisa, au cours d’un entretien sur sa formation.

L’ENSEA prévoit un professeur pour 10 élèves, pas plus, pour s’assurer que les étudiants soient écoutés et accompagnés durant leur cursus d’apprenti ingénieur. Ainsi, les cours se veulent participatifs, rythmés par des mises en situation et des projets de groupe pour donner du sens aux études et motiver les troupes à donner le meilleur.

L’enseignement dispensé par l’ENSEA apporte un contenu scientifique et technique solide, mais aussi en phase avec les nouvelles réalités des entreprises : l’école donne beaucoup d’importance aux soft skills associées à l’innovation, la gestion de projet complexe et le management d’équipes, afin de s’assurer que les diplômés ont toutes les clés en main pour se lancer sur le marché du travail ou dans l’entrepreneuriat.

Une formation technique, mais surtout humaine

Placer l’humain au cœur de l’ingénierie est une priorité pour l’ENSEA, d’où le lancement de son programme « Beyond Engineering », qui fait la part belle à l’initiative étudiante et à l’ouverture et à la personnalisation du parcours en introduisant, en sus du diplôme d’ingénieur, des possibilités de parcours certifiants centrés sur les intérêts de l’élève et construits conjointement. L’objectif ? « Penser en dehors du cadre, être innovant, réfléchir en tenant compte de notre environnement pour proposer des initiatives et des actions responsables qui ont du sens », peut-on lire sur le site de l’école.

L’accompagnement du corps enseignant

Le suivi des élèves par les enseignants et la diversité de leurs expertises est l’une des plus grandes qualités de l’ENSEA. « Le corps professoral est passionné par ses domaines d’expertise, désireux de transmettre et d’accompagner les étudiants dans leur développement professionnel. Je suis la personne que je suis et épanoui professionnellement en partie grâce à ce que l’ENSEA m’a apporté », explique Damien Moubêche, aujourd’hui Global Payment et Fraud Manager chez Dior. Les étudiants peuvent ainsi compter sur l’aide de leurs professeurs pour traverser toutes les épreuves et aventures de leur cursus scolaire. Si un élève rencontre des difficultés, par exemple, ou peine à trouver un stage, ou encore s’il fait face à des soucis personnels voire financiers.

La communication est un atout de l’ENSEA, qui met l’élève au centre de ses dispositifs et croit au bien-être de ses étudiants pour les voir réussir. Raison pour laquelle de très nombreux services se sont développés et s’adaptent aux besoins des étudiants, année après année : on peut citer l’aménagement des études pour des situations de handicap ou d’activité sportive ou artistique intense, des aides sociales par des prêts et les services d’une assistante sociale, du support à la réussite avec des conseillers d’études, du conseil personnalisé ou encore la possibilité de tutorat, de mentorat avec les alumni, des ateliers variés de support au projet professionnel, de développement personnel ou de bien-être, tels que simulations d’entretiens, écoute active et dynamique relationnelle, approche multiculturelle ou encore sophrologie.

L’inclusivité renforcée

L’ENSEA s’emploie à proposer ses formations et à accueillir au mieux toutes et tous les élèves qui souhaiteraient rejoindre ses bancs. Au travers de systèmes de bourse, d’aide au logement, de prêt de matériel et d’accompagnement sur mesure, l’école se soucie de former des promotions inclusives et ouvertes à toute personne motivée.

Et si l’ingénierie a longtemps véhiculé une image très masculine, l’ENSEA vise à abolir ces clichés et à pointer haut et fort le besoin de femmes dans ces métiers touchant toutes les activités et impactant l’humain et la société. « Je ne me suis jamais sentie rabaissée, jugée, moins compétente ou exclue d’un groupe parce que je suis une femme. C’est une école très inclusive et pas seulement avec les femmes, mais aussi avec toutes les minorités (personnes avec des handicaps, personnes de tout genre ou orientation sexuelle, de toute origine ou religion).

Il y a d’ailleurs beaucoup de diversité dans notre école », raconte Lisa, actuellement en semestre d’études à Chicago avec l’ENSEA. Bon nombre d’associations et d’organisations sont présentes sur le campus pour répondre aux questions et accompagner les (futurs) élèves dans leurs démarches et difficultés quotidiennes.

La force d’un réseau

Le réseau d’alumni ENSEA est très développé dans tous les secteurs industriels et des services et très présent auprès des étudiants. Les anciens élèves ont un excellent souvenir de leur passage à l’école et de ce qu’elle leur a permis d’accomplir et choisissent donc de rester connectés. « Huit mille diplômés, ce sont 8 000 pistes potentielles et surtout, des centaines d’entreprises représentées. J’ai eu connaissance de cette offre d’emploi [chez Dior, NDLR] grâce à un autre diplômé de l’ENSEA ! », explique Damien, ancien élève et aujourd’hui en poste. Si les professeurs aident quotidiennement les étudiants dans leurs recherches de stage et dans l’accompagnement scolaire, de nombreux forums et rencontres sont organisés avec le réseau des anciens élèves et partenaires de l’école. En bref, les nouvelles recrues de l’ingénierie française y sont bien entourées !

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !