1. "Ethic’Actu", une revue sans tabou pour sensibiliser les étudiants en médecine à l’éthique
Boîte à outils

"Ethic’Actu", une revue sans tabou pour sensibiliser les étudiants en médecine à l’éthique

Envoyer cet article à un ami
Être médecin nécessite d'être un bon technicien mais aussi de se préoccuper de l'éthique. // © plainpicture/Johner/Depiction AB
Être médecin nécessite d'être un bon technicien mais aussi de se préoccuper de l'éthique. // © plainpicture/Johner/Depiction AB

L’ANEMF (Association nationale des étudiants en médecine de France) a publié fin août 2017 le tout premier numéro d’Ethic’Actu, un mensuel gratuit et décomplexé qui porte un regard critique sur les pratiques et les mœurs des professionnels de santé.

"L’éthique n’est pas seulement l’affaire du Comité consultatif d’éthique, et elle ne se résume pas uniquement à de grands débats de société comme l’euthanasie ou le clonage", tient à rectifier Franck Rolland, vice-président en charge de la réflexion éthique à l’ANEMF (Association nationale des étudiants en médecine de France) et rédacteur en chef (et pour le moment unique rédacteur) de la revue "Ethic’Actu".

L’étudiant en sixième année de médecine à l’université Paris-Saclay ajoute : "L’éthique concerne aussi les carabins et leur formation, au travers notamment des touchés vaginaux réalisés sans consentement préalable au bloc opératoire. Une pratique illégale, mais qui a encore lieu dans certains services."

La plume pour parler du bistouri

Disponible sur la page Facebook de l’ANEMF, le premier numéro traite d’épisiotomie (incision du périnée durant l’accouchement et violence gynécologique lorsqu’elle n’est pas consentie), ainsi que de communication entre le monde de la santé et le grand public. Des sujets d’actualité : en juillet 2017, Marlène Schiappa, la secrétaire d’État à l’Égalité femmes-hommes, a déclenché la polémique en affirmant qu’il y avait 75 % d’épisiotomies en France.

D’autres violences médicales sont évoquées sans tabou dans ce premier numéro d’Ethic'Actu au titre volontairement provocateur : "Épisiotomie : la question n’est pas tranchée !".

Interroger les études de médecine